Navigation – Plan du site
Varia

Déracinement et vie religieuse : Italiens, Espagnols et Tsiganes dans le Midi de la France (1830-1980) Des étrangers qui ne pratiquent pas

Deracination and Religious Life: Italians, Spanish and Gypsies in the South of France 1830-1980
Desarraigo y vida religiosa: italianos, españoles y gitanos en el Mediodía francés (1830-1980)
Gérard Cholvy
p. 171-189

Résumés

Déracinement et vie religieuse dans le Midi méditerranéen de la France, entre 1830 et 1980. Une étude qui concerne les Italiens, les Espagnols, accessoirement, les Tsiganes (ou Gitans). Leur pratique religieuse régulière est faible et plus encore pour les hommes : enquêtes des années 1950-60 et remontée dans le passé (Marseille 1861, Sète 1889). Mais il faut en préciser les contours à partir de la région d’origine : le Frioul n’est pas la Sicile, ni l’Andalousie en Haute-Castille. Importent les raisons d’émigrer, le « deseo de vivir mejor » domine, il implique le travail du dimanche. Pour autant, ces migrants sont « religieux », attachés aux rites de passage, à une religiosité faisant appel au sentiment, à l’émotion, aux démonstrations extérieures. De là, chez les Gitans, le succès des pasteurs pentecôtistes. Émergence aussi de militants. L’acculturation par la médiation des cultures provençales, occitanes ou catalanes. Les conflits ? En 1896, Jules Guesde dénonce ces briseurs de grève. Par la suite adhésions à la CGT et au Parti communiste. Après 1945 évolution du clergé français, aumôneries des Espagnols.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

D’où viennent-ils ? Pourquoi viennent-ils ?
Esquisse d’une étude du contenu de la vie religieuse des migrants en France
L’acculturation au milieu

Aperçu du texte

Bien avant toute enquête systématique, les représentants des Églises ont souligné avec inquiétude les dangers du déracinement pour le maintien des traditions religieuses « Le déraciné par le seul fait d’être arraché à son milieu, à ses habitudes, à sa parenté, perd sa pratique religieuse. On l’a observé pour le Breton qui s’éloigne de la Bretagne, pour les Italiens, pour les Espagnols qui viennent travailler en France. Pratiquants chez eux, ils ne le sont pas au loin. » Ce texte a le mérite de dire à partir de quel critère fut le plus souvent apprécié l’éloignement vis-à-vis des Églises, « la pratique religieuse ». Il évoque aussi l’origine géographique du migrant sans établir de distinctions formelles entre les migrations à l’intérieur d’un même État et les migrations en provenance d’un autre ensemble national. Il affirme sans nuance que les déracinés sont « pratiquants chez eux ». Il nous invite à une analyse rétrospective qui bornera ses ambitions à un aspect des migrations de ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Cholvy, « Déracinement et vie religieuse : Italiens, Espagnols et Tsiganes dans le Midi de la France (1830-1980) Des étrangers qui ne pratiquent pas », Archives de sciences sociales des religions, 170 | 2015, 171-189.

Référence électronique

Gérard Cholvy, « Déracinement et vie religieuse : Italiens, Espagnols et Tsiganes dans le Midi de la France (1830-1980) Des étrangers qui ne pratiquent pas », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 170 | avril-juin 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/26912

Haut de page

Auteur

Gérard Cholvy

Université Paul-Valéry, Montpellier III, gerardcholvy@me.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org