Navigation – Plan du site
Religions et dictatures

“Somos ovejas de su rebaño”

El papel de la diócesis de Neuquén para las víctimas de la dictadura militar argentina (1976-1983)
« Nous sommes les ouailles de son troupeau. » Le rôle du diocèse de Neuquén selon les victimes de la dictature militaire argentine (1976-1983)
“We are the Sheep of his Reign.” The Letters of the Diocese of Neuquén for the Victims of the Argentinian Military Dictatorship
Barbara Rupflin
p. 61-77

Résumés

Pour étudier le rôle du diocèse de Neuquén à l’époque de la dictature militaire argentine entre 1976 et 1983, l’analyse se base sur des lettres adressées par les proches parents des détendus et disparus à l’évêque Jaime de Nevares. Comment abordaient-ils le problème de leur double marginalisation (de ne pas trouver une place dans le discours officiel qui niait le phénomène des disparus et de ne pas se sentir représentés par l’Église catholique qui ne soutenait pas en tant qu’institution officielle la cause des victimes du terrorisme de l’État) ? À rebours de la majorité de l’Église argentine, l’évêque de Neuquén s’est engagé pour les Droits de L’Homme, en association avec d’autres prêtres, religieux et laïcs. Grâce à leur correspondance avec l’évêque, les proches des disparus du pays entier ont ainsi pu développer un esprit communautaire, malgré les distances. De cette façon, ils ont établi une relation affective avec cette partie de l’Église catholique qui s’était distanciée de la position hégémonique de l’Église d’État, et ils ont retrouvé un sentiment d’appartenance vis-à-vis de la communauté des catholiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Nuevas fuentes, nuevas realidades
Argentina y Chili: vistas comparados
El papel de los obispos

Aperçu du texte

Las Fuerzas Armadas que se instauraron en el poder a partir del golpe de estado en 1976 se vieron como salvadores de la nación católica que creían amenazada por “fuerzas subversivas”. No tan solo los integrantes de grupos guerrilleros sino también opositores políticos eran categorizados de “subversivos”. Con ello llegaron a ser el “otro” de la Argentina definida en el discurso hegemónico como católica y civilizada, y como tal, blanco de la persecución estatal. Parte esencial del dominio represivo de las Fuerzas Armadas era la práctica de la desaparición. Esa práctica convirtió también a los familiares mismos, muchos de ellos católicos practicantes, en víctimas del terrorismo de estado y los situó fuera del proyecto hegemónico de los militares, que propagaba como objetivo restablecer la “nación católica”. El discurso hegemónico marginaba las experiencias de los familiares, incluso se negaba la existencia del fenómeno de la desaparición, así que sus vivencias y su saber quedaban fuera...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Rupflin, « “Somos ovejas de su rebaño” », Archives de sciences sociales des religions, 170 | 2015, 61-77.

Référence électronique

Barbara Rupflin, « “Somos ovejas de su rebaño” », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 170 | avril-juin 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/26853 ; DOI : 10.4000/assr.26853

Haut de page

Auteur

Barbara Rupflin

Centro de Excelencia “Religión y Política” , Westtfälische Wilhelms-Universität Münster, rupflin@uni-muenster.de

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org