Navigation – Plan du site
Varia

Gustave d’Eichthal en Algérie

Entre utopie saint-simonienne et quête des origines (1838-1839)
Gustave of Eichthal in Algeria: between Simonian Utopia and a Quest of Origins
Gustave d’Eichtal en Argelia (1838-1839): entre utopía sansimoniana y búsqueda de los orígenes
Valérie Assan
p. 335-350

Résumés

En 1838-1839, Gustave d’Eichthal effectua en Algérie un séjour motivé par son intérêt pour les Juifs du pays. Le jeune homme élabora une théorie originale sur le rôle du peuple juif dans le salut de l’humanité, issue à la fois de la pensée saint-simonienne sur les « races » et de la tradition juive. La rencontre avec les Juifs « orientaux » constituait un retour à ses origines, dont sa conversion au christianisme et son éducation assimilatrice l’avaient éloigné. Or, à cette période, les dirigeants du judaïsme français faisaient tous leurs efforts pour obtenir du gouvernement de la Monarchie de Juillet la création de consistoires sur le modèle métropolitain. Eichthal embrassa ce projet et joua un petit rôle d’intermédiaire entre des notables juifs d’Alger et les dirigeants des instances juives françaises.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Peuple noir et peuple juif
Gustave d’Eichthal et le judaïsme
Contacts avec les Juifs d’Alger et avec les leaders du judaïsme français

Aperçu du texte

La conquête de l’Algérie par la France induisit des mutations irréversibles au sein de la société juive de l’ancienne Régence d’Alger. En effet, dans l’Algérie précoloniale, les Juifs étaient soumis à la dhimma : tolérés en pays musulman comme peuple du Livre au même titre que les chrétiens, ils étaient néanmoins soumis à une série de mesures vexatoires. Chaque communauté juive s’administrait de manière autonome, un moqaddem (chef de la nation juive) étant placé à sa tête. Avec la mise en place du pouvoir colonial, les institutions juives ne tardèrent pas à être désorganisées. Après une période transitoire dans les années 1830, le chef de la nation fut supprimé et les tribunaux rabbiniques se virent peu à peu retirer la plupart de leurs attributions : à partir de 1842, ils eurent à juger exclusivement les infractions religieuses qui ne constituaient pas un crime ou un délit du point de vue de la loi française et sur les questions d’état civil (mariages religieux et divorces).

Les dir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Assan, « Gustave d’Eichthal en Algérie », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 335-350.

Référence électronique

Valérie Assan, « Gustave d’Eichthal en Algérie », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 16 août 2017. URL : http://assr.revues.org/26792 ; DOI : 10.4000/assr.26792

Haut de page

Auteur

Valérie Assan

Groupe sociétés, religions, laïcités, GSRL-UMR 8582 (EPHE-CNRS), valerieassan@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org