Navigation – Plan du site
Philosophie et religion

Philosophie, politique et religion

Une exploration des paradigmes contemporains
Philosophy, Politics and Religion. And Exploration of Contemporary Paradigms
Filosofía, política y religión. Una exploración de los paradigmas contemporáneos
Philippe Portier
p. 263-284

Résumés

On a souvent décrit la modernité en la rapportant à l’idée de sécularisation du politique : à la faveur de la « grande séparation » hobbesienne, le pouvoir serait devenu un lieu vide, dissocié de toute attache à la transcendance, privé même de tout contenu substantiel. Cette étude entend rappeler que la philosophie politique contemporaine ne s’est nullement accommodée de ce processus de déthéologisation : au cours des dernières décennies, son propre a bien été, en s’appuyant sur le constat des « déraillements » de la modernité, de vouloir reconstituer une forme de lien entre le politique et le religieux. Cette intention partagée s’est incarnée dans trois grandes architectures de sens. La première tient dans le paradigme du recouvrement : il s’agit ici, tout en adhérant le plus souvent aux institutions démo-libérales, de replacer le droit politique sous dépendance de la norme religieuse. La deuxième position s’agence, quant à elle, autour du paradigme de la substitution : on saisit le politique alors comme un objet d’investissement religieux. La troisième figure relève du paradigme de la délibération : attachée au principe d’indétermination démocratique, à distance donc de toute primauté du spirituel comme de toute religion du politique, elle se construit, quant à elle, autour du dessein d’articuler, dans l’espace de la discussion civique, les convictions séculières et les croyances religieuses. Dans son ordre propre, la philosophie politique confirme l’hypothèse de l’inscription de nos sociétés dans une forme de post-sécularité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Le paradigme du recouvrement
Le paradigme de la substitution
Le paradigme de la délibération

Aperçu du texte

Un ordre inédit s’instaure quelque part autour de 1700. Le monde occidental répudie l’ascendant de la foi pour laisser place à une politique de l’immanence : le pouvoir gouvernemental se replie alors sur ses seules raisons. Cette structure de l’être-ensemble naît d’une double mutation. S’impose d’abord une nouvelle figure du sujet. L’homme se présentait, dans le temps médiéval, sous l’image d’une simple créature, assujettie aux règles de l’ordre divin. Il devient alors son propre Créateur, « l’auteur de ses propres jours », comme dit le Coriolan de Shakespeare. La liberté, de là, change de nature. Elle consistait hier dans le fait d’« obéir aux prescriptions de la loi éternelle ». La société l’assimile désormais à l’autonomie : elle la saisit comme la faculté offerte au sujet de déterminer à son gré, en s’appuyant sur les droits qu’il tient de sa nature, sa propre ligne d’existence. S’affirme ensuite une nouvelle figure du pouvoir. L’âge ancien fixait le gouvernement dans l’hétérono...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Portier, « Philosophie, politique et religion », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 263-284.

Référence électronique

Philippe Portier, « Philosophie, politique et religion », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 22 août 2017. URL : http://assr.revues.org/26733 ; DOI : 10.4000/assr.26733

Haut de page

Auteur

Philippe Portier

Groupe sociétés, religions, laïcités, GSRL-UMR 8582 (EPHE-CNRS), philippe.portier@gsrl.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org