Navigation – Plan du site
Philosophie et religion

La sécularisation du croire : pragmatisme et religion

The Secularization of Belief: Pragmatism and Religion
La secularización del creer: pragmatismo y religión
Jean-Marie Donegani
p. 229-262

Résumés

La donne séculière qui marque le rapport actuel des populations occidentales au christianisme ne peut être conçue comme la simple dégradation d’un modèle religieux traditionnel marqué par la dépendance absolue et l’hétéronomie radicale. Il s’agit plutôt d’un modèle anthropologique et axiologique abouti et cohérent, assis sur la prévalence du pluralisme, du subjectivisme et du relativisme. La philosophie pragmatiste d’origine nord-américaine, et les théologies qui en découlent, permettent de rendre compte du nouveau cours qui vient colorer et transformer les manières de croire et de pratiquer, en les arrachant à l’ancien système d’emprise intransigeant. Il faut dès lors concevoir la croyance sur un plan anthropologique et non plus épistémologique, quitter la question de sa vérité ou de sa fausseté pour ne considérer sa validité et sa plausibilité qu’à l’aune de son efficacité pratique et de sa validation affinitaire. Ne pouvant plus être vérifiée sur un mode cognitif, la foi religieuse postmoderne fait subir à la notion de vérité une telle déflation que la démarche classique de la théologie fondamentale s’en trouve bouleversée. Les institutions religieuses voient leur vocation d’instances de régulation du croire délégitimées par l’immanentisme de la méthode démocratique qui refuse tout moment d’inconditionnalité et ne vérifie la force pratique des croyances qu’à l’aune du genre de vie qu’elles permettent de réaliser.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

De la pluralité au pluralisme
Unité et totalité
Monisme et pluralisme
Théologie du pluralisme religieux
Du subjectivisme au relativisme
Subjectivisme et modernité
Subjectivisme et relativisme
Relativisme et herméneutique
De la vérité à la croyance
Croyance et expérience
Croyance et vérité
Expérience et vérité religieuse
Vérité-cohérence et théologie pratique

Aperçu du texte

Sans doute parce que le terme de « sécularisation » ouvre à des enjeux théoriques et pratiques importants concernant l’identité et le destin de l’Occident chrétien, il a suscité des débats dont la dimension polémique était manifeste. En particulier, se sont affirmées deux interprétations opposées de la sécularisation, l’une la considérant comme un mouvement d’émancipation à l’égard de la religion, l’autre comme une simple mutation interne de celle-ci. Dans un cas, on met l’accent sur les assauts de la modernité subis par la religion, notamment dans sa version catholique, intégraliste et intransigeante ; dans l’autre on insiste sur le caractère émancipateur d’un christianisme désenchantant le monde et livrant l’histoire à la liberté humaine. Il reste que quelle que soit l’interprétation que l’on privilégie de l’expression « sortie de la religion », les traits de la situation religieuse contemporaine sont identifiables sous une série de termes : désinstitutionnalisation, pluralisme, s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Donegani, « La sécularisation du croire : pragmatisme et religion », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 229-262.

Référence électronique

Jean-Marie Donegani, « La sécularisation du croire : pragmatisme et religion », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 22 août 2017. URL : http://assr.revues.org/26728 ; DOI : 10.4000/assr.26728

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Donegani

Centre de recherches politiques de Sciences Po, jeanmarie.donegani@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org