Navigation – Plan du site
Philosophie et religion

La seconde performance, ou la religion

The Second Performance, or Religion
La performance sucesiva, o la religión
Philippe Büttgen
p. 195-210

Résumés

Un champ d’investigation est proposé pour la philosophie des religions : la confession de foi, comme acte de parole et discipline de vérité où se rassemble un grand nombre des variétés de l’expérience religieuse. À l’énonciation d’une confession de foi sont supposément liés plusieurs effets, sociaux et individuels. La question devient : que faire d’une parole qui sauve ? On appelle alors religion l’acte opéré sur ou à partir d’un acte de parole : après la promesse ou le pacte viennent la confession et le rituel. Ce nouvel acte peut donc être verbal et non verbal : on surmonte l’opposition des croyances et des pratiques. Une direction s’ouvre pour la théorie des actes de parole, ainsi qu’une définition de travail de la religion comme performance seconde.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Aperçu du texte

« Il est plus facile de professer une doctrine que d’y soumettre sa pensée ». L’avertissement d’Étienne Gilson en 1936, dans un de ses livres les plus durs, prend aujourd’hui l’ampleur d’une question.

La question est celle de la place prise par l’affirmation parmi les règles, contraintes et disciplines que la pensée s’impose. Gilson était le premier à le savoir : « professer une doctrine » est un excellent moyen d’y « soumettre sa pensée ». Lui-même pour l’occasion citait de longues parties de « notre catéchisme » : c’était sans doute simplification voulue, hommage à la « bonne vieille », vetula, dont la foi charbonnière, celle du credo de la messe, a nourri les argumentaires médiévaux.

Il n’empêche : cette insistance des affirmations (credo, shéma, shahâda), la constance du lien entre foi et profession de foi, amènent à questionner non seulement les appartenances religieuses mais aussi, plus largement, les obéissances que nous nous donnons – nos rigueurs.

Gilson voyait juste : il sera...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Büttgen, « La seconde performance, ou la religion », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 195-210.

Référence électronique

Philippe Büttgen, « La seconde performance, ou la religion », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 22 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/26701 ; DOI : 10.4000/assr.26701

Haut de page

Auteur

Philippe Büttgen

Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, Philippe.Buettgen@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org