Navigation – Plan du site
Philosophie et religion

Christianisme, épistémologie et sciences humaines

Christianity, Epistemology, and Social Sciences
Cristianismo, epistemología y ciencias humanas
Roger Pouivet
p. 143-156

Résumés

Les sciences humaines et sociales sont confrontées à un paradoxe épistémologique. Elles prétendent expliquer les croyances religieuses en partant du principe que leurs causes ne peuvent pas être les raisons que le croyant serait prêt à leur reconnaître, y compris l’existence de Dieu. Les théories psychologiques ou sociologiques des croyances religieuses sont aussi biaisées par l’adoption du présupposé naturaliste selon lequel les croyances religieuses sont des effets psychologiques ou sociaux, et non des dispositions cognitives qui ont leur dignité intellectuelle. Cela les conduit à présenter les croyances qu’elles prétendent expliquer comme des erreurs ou des illusions, ou au moins comme épistémologiquement déficientes. Les sciences humaines et sociales apparaissent alors, hélas, comme un obstacle épistémologique à la compréhension des croyances religieuses.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La misère épistémologique des sciences humaines et sociales appliquées aux croyances religieuses ?
Sciences des religions versus épistémologie des croyances religieuses
Épistémologie de la religion versus sciences humaines et sociales
L’idéologie naturaliste

Aperçu du texte

Si la religion chrétienne est vraie, son origine est surnaturelle, c’est Dieu lui-même. Les croyances religieuses sont un don épistémique que Dieu fait aux croyants. Saint Augustin, dans les Confessions (VIII, IV, 1), demande ainsi : « Seigneur, agissez en nous par votre grâce ». Or, seules des causes naturelles sont tenues pour acceptables dans les explications données par les sciences humaines ou sociales. Ces sciences présupposent le naturalisme ontologique, la thèse qu’il n’existe aucune réalité surnaturelle ; ou, pour le moins, elles reposent sur le principe qu’il convient d’avoir, dans une activité scientifique digne de ce nom, une méthodologie naturaliste, en faisant comme si le naturalisme ontologique était vrai. C’est là que réside le paradoxe épistémologique d’une étude scientifique de la religion chrétienne. En refusant, par principe, toute origine surnaturelle au christianisme, les sciences humaines et sociales présentent les croyances chrétiennes comme fausses, illusoir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Pouivet, « Christianisme, épistémologie et sciences humaines », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 143-156.

Référence électronique

Roger Pouivet, « Christianisme, épistémologie et sciences humaines », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 27 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/26678 ; DOI : 10.4000/assr.26678

Haut de page

Auteur

Roger Pouivet

Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie-Archives Poincaré, UMR 7117 (CNRS, Université de Lorraine), Roger.Pouivet@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org