Navigation – Plan du site
Philosophie et religion

Conviction religieuse et responsabilité politique La question d’une implication des religions dans nos espaces publics

Religious Conviction and Political Responsibility. The Question of an Involvement of Religion in our Public Spaces
Convicción religiosa y responsabilidad política. La cuestión de una implicación de las religiones en nuestros espacios públicos
Jean-Marc Ferry
p. 105-122

Résumés

Comment impliquer les religions dans l’espace politique européen sans porter atteinte à la neutralité de la raison publique ? Une participation active des religions aux discussions publiques visant à instruire des questions de société est-elle compatible avec une conception neutraliste de nos espaces démocratiques ? Or, s’il est vrai que l’autonomie personnelle requiert de surmonter l’opposition entre responsabilité et conviction, dans l’esprit d’une « perlaboration » entre raison publique et foi religieuse, la réussite du défi « postséculier » suppose une conversion des religions aux principes – faillibiliste, criticiste, perspectiviste – d’une société ouverte. Cela s’accorde aux conditions d’un authentique dialogue interreligieux qui, à l’écart des tentations relativistes, assume la nécessaire confrontation – civile, légale et publique – des prétentions à la vérité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Dilemme de la sécularisation religieuse
Structurer l’espace européen
La médiation juridique
Le partage républicain en question
D’une perlaboration entre raison publique et logos religieux
Le « pluralisme religieux » au risque du relativisme
Du rapport à la croyance des autres
Pour sortir du relativisme

Aperçu du texte

Quel est, sous le regard de la philosophie politique, le risque actuel auquel, en Europe, nos identités semblent exposées ? Le risque est que l’universel et le commun se dressent l’un contre l’autre ; que le Commun de la volonté politique et de l’identité nationale entre en conflit avec l’Universel des droits de l’homme et de l’équité procédurale. Je mets ce risque en relation avec le fait que l’État-nation n’est plus tant menacé de l’intérieur par les luttes sociales, en dépit des « indignations », que directement mis en cause par un environnement extérieur, lequel est marqué par un ensemble de phénomènes critiques pour l’unité politique qu’il est censé garantir.

Nous connaissons ces phénomènes :

C’est d’abord la montée en puissance des groupes économiques, métapouvoir « ailé » qui ne connaît pas les frontières et sanctionne dans l’instant les éventuelles manipulations des taux d’escompte, des ratios bancaires, des prélèvements fiscaux.

C’est aussi la constitution de pouvoirs non état...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Ferry, « Conviction religieuse et responsabilité politique La question d’une implication des religions dans nos espaces publics », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 105-122.

Référence électronique

Jean-Marc Ferry, « Conviction religieuse et responsabilité politique La question d’une implication des religions dans nos espaces publics », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 11 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/26656 ; DOI : 10.4000/assr.26656

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org