Navigation – Plan du site
Philosophie et religion

Mutations du théologico-politique

Quels déplacements, quels défis, quelles tâches ?
Mutations of Theologico-Political. What Shifts, what Challenges, what Tasks?
Mutaciones de lo teológico-político. ¿Qué desplazamientos, cuáles desafíos, qué tareas?
Pierre Gisel
p. 63-84

Résumés

La crise du politique doit être replacée dans la question plus large de l’institutionnalité et des médiations, de leur disposition et des instances qu’elles y articulent et comment. D’où la convocation d’une généalogie, qui décale un religieux assurant fondement et sanction à un ordre social. On passera par la conscience d’ambivalences propres au processus de sécularisation, la validation d’une différenciation des instances qui traversent le social et des agencements singuliers qui s’y nouent. Pas question ici de « retour », mais une interrogation critique qui décale, ouvrant sur une histoire plus complexe de notre passé occidental et sur fond comparatiste plus large. La tâche du présent ne sera dès lors celle ni d’un théologico-politique à valider, ni de ses substituts à interroger, mais d’une redistribution en vue de repenser le bien commun par-delà une homogénéité sociale surplombée d’un universel et par-delà les radicalités religieuses contemporaines.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Un aboutissement ambivalent
Une histoire plus différenciée
Le contemporain
Des instances à redistribuer

Aperçu du texte

Partons du présent. On y parle de crise du politique. Elle passe par ses types de rapport avec la société civile, la place de l’individu, la valeur et le déploiement des singularités – de positions, d’héritages et de projets –, une mondialisation étale, un développement destructeur suivant une logique économique dessertie de tout social donné, une exploitation de la nature portant atteinte à la biosphère, un fonctionnement du social et du monde du travail en entreprise ou en institution homogénéisé à coup de prises en charges prévenantes et sécuritaires – en outre sur fond de matraquages contre la « résistance au changement » –, une incapacité à penser les différences et à les rendre fructueuses, avec, à l’arrière-plan, la question d’un « commun » le plus souvent investie en forme de surplomb par un « même » – de droit universel –, conduisant à réduire l’humain et le social auxquels il commande, ou devrait commander.

Par-delà ces caractéristiques se profile une crise des institutions...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gisel, « Mutations du théologico-politique », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 63-84.

Référence électronique

Pierre Gisel, « Mutations du théologico-politique », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 28 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/26625 ; DOI : 10.4000/assr.26625

Haut de page

Auteur

Pierre Gisel

Faculté de théologie et de sciences des religions, Université de Lausanne (Suisse), Pierre.Gisel@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org