Navigation – Plan du site

Églises en ruines, société en déclin ? 

Frédéric Gugelot

Texte intégral

  • 1 Sur cette famille d’écrivains, voir Frédéric Gugelot, « Conversions fin de siècle 1980-2000 », dans (...)

1L’hebdomadaire Valeurs actuelles a publié le 8 juillet 2015 dans ses colonnes un « Appel pour sauver nos églises » lancé par Denis Tillinac1. La première liste de signataires retient l’attention, notamment du fait de la présence de l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, aux côtés d’essayistes et romanciers comme Alain Finkielkraut, Jean Raspail et Eric Zemmour. Le texte en appelle à la protection des églises, « ces sentinelles de l’âme française » dont le recteur de la Mosquée de Paris a demandé - avant de rapidement devoir faire marche arrière - la transformation en mosquées pour pallier la pénurie de lieux de culte pour les musulmans, ce qui, inévitablement, a provoqué le débat. Le texte de la pétition précise que « les Français savent de la science la plus sûre, celle du cœur, ce qu’incarnent les dizaines de milliers de clochers semés sur notre sol par la piété de nos ancêtres : la haute mémoire de notre pays. ».

  • 2 Vital Rambaud, « Barrès et la Grande Pitié des Eglises de France », dans Jacqueline Lalouette et Ch (...)
  • 3 Maurice Barrès, La Grande Pitié des Eglises de France, L’œuvre de Maurice Barrès, t. VIII, Paris, C (...)
  • 4 M. Barrès, Mes Cahiers, 1907, Paris, Plon, 1994, p.388.
  • 5 M. Barrès, Mes Cahiers, 1913, Paris, Plon, p.664.
  • 6 H. Bordeaux, La glorieuse misère des prêtres, Paris, Bloud et Gay, 1923,  p.33.
  • 7 Citation de Paul Bourget dans Henry Bordeaux, Reconstructeurs et mainteneurs, Paris, Plon, 1954, p. (...)

2Ce type d’appel n’est pas nouveau. Dès avant la Grande Guerre, l’écrivain nationaliste, Maurice Barrès avait lancé une campagne de presse en faveur des églises abandonnées, sous un titre magnifique, La Grande Pitié des Églises de France2. Barrès prend l’opinion à témoin et à travers les articles diffusés par L’Écho de Paris, organise une pétition qui connaît un véritable succès, au-delà des rangs conservateurs. Ses arguments mêlent patriotisme et catholicisme : « La formation de l’âme ! C’est la grande affaire, une affaire qui importe à chaque individu et à la civilisation. (…) comment nier la valeur éducative de notre architecture religieuse ? L’église n’est pas un bibelot. Elle est une âme qui contribue à faire des âmes »3. Il est plus explicite encore dans les notes de ses cahiers personnels : « Catholicisme, monument, type de ma race, immortel et complet poème avec lequel je suis accordé, sans toi, je ne sens en moi que bien peu de choses nobles car je m’égare, ne suis point guidé »4. Et Barrès passe du personnel au collectif : « L’ordre public, la santé publique sont intéressés à ce que les sentiments religieux s’épanouissent dans des cadres fermement établis sous une discipline et une hiérarchie. Et j’ajoute qu’en France la religion ne peut recevoir cette discipline salutaire et nécessaire que de Rome »5. Cette question de la protection des églises engage alors – comme aujourd’hui ? - toute une idéologie. Une interprétation décadente de leur temps conduit des écrivains et penseurs à mener le combat de la défense des églises et de l’Église. La survie du catholicisme passe par la préservation de ses biens culturels, la protection des édifices n’étant qu’une étape de la défense de la société. L’écrivain catholique Henry Bordeaux ne dit pas autre chose en 1923 : « l’église n’est pas qu’un effet de paysage, elle est un signe de vie spirituelle. Elle est un symbole : or, elle n’est plus rien sans le maintien de cette vie spirituelle qu’elle représente, de cette vie profonde au-dessus des bassesses et des tristesses de la vie ordinaire, de la vie quotidienne. »6. Ces prises de position s’inscrivent dans une « lutte » : « La lutte religieuse est une lutte pour la civilisation. A un processus continu de désagrégation et de destructions sociales, nous voyons une fois de plus l’Église opposer une action médiatrice. C’est vraiment la lutte de la santé contre la maladie, de la vie contre la mort »7. En contrepoint, les valeurs promues fleurent la nostalgie d’un âge d’or, font l’éloge de l’immobilité et l’apologie d’une élite, seule protectrice de ces valeurs.

  • 8 Danièle Hervieu-Léger, Le Pèlerin et le converti, Paris, Flammarion, 1999, p.88.
  • 9 Michel de Saint-Pierre, église en ruine, Église en péril, Paris, Plon, 1973, p.85.
  • 10 Michel de Saint-Pierre, Ibid., p.133.
  • 11 Michel de Saint-Pierre, Ibid., p.345. Les combats actuels sur le latin résonnent étonnamment dans c (...)
  • 12 Denis Tillinac, « Ne culpabilisez pas la crainte de l’islam ! », Marianne, 16-22 janvier 2010, p.26

3Bien des années plus tard, en 1973, l’écrivain catholique de droite, Michel de Saint-Pierre, lance un cri de secours en faveur des églises abandonnées sous la forme d’un livre intitulé église en ruine, Église en péril. Cet ouvrage s’inscrit dans la veine de la sauvegarde des monuments en péril, qui développe une approche patrimoniale de l’histoire et de la culture française au sortir de la rapide mutation des « Trente Glorieuses » qui a fait définitivement passer la France d’une société rurale à une société urbaine, industrielle et moderne. Ce goût pour le monument participe de cette patrimonialisation du catholicisme qui émerge alors8. La crise de l’Église se traduit autant dans l'exercice de l'autorité et les défaillances de nombreux clercs que dans la chute de la pratique des fidèles. Les causes de cette déshérence, selon Michel de Saint-Pierre, sont spirituelles : « Or nos églises d’aujourd’hui, à l’heure où sont éteintes les fureurs anti-religieuses, ont à craindre bien d’autres dangers, et bien pires, qu’au début du siècle. Leur ennemi est moins nettement déclaré, moins direct, moins précis ; il s’enrobe aujourd’hui dans le relativisme doctrinal, il se cache aux plis de l’indifférence »9.  Les bâtiments ne seraient que le reflet du mouvement des idées : « La crise de l’Église bat son plein. Et comme elle retentit déjà sur notre patrimoine d’architecture et d’art sacré, je me dois d’en parler (…) le fait est que le nombre de nos prêtres diminue d’une manière vertigineuse »10. Leur ruine reflète le déclin du catholicisme, un déclin qui a débuté avec les mutations théologiques et liturgiques dénoncées dans ses essais précédents : « On a supprimé d’un coup le latin et le grégorien, (…) puis on a toléré de la part des prêtres les plus fougueux, des extravagances liturgiques et des aberrations pastorales – puis enfin au nom de la Recherche, on a laissé remettre en question le sacerdoce, la Sainte Messe et les Vérités éternelles. Cependant que tout un peuple de fidèles souffrait en vain (…) Le saccage des sanctuaires n’est que l’effet de tout cela – mais une église étale ses misères plus facilement qu’une âme, et nos temples deviennent ici nos témoins »11. Tillinac ne dit pas autre chose dans le texte de 2015 : « Même celles de nos campagnes, souvent vidées de leurs paroissiens par l’exode rural. Elles continuent de témoigner ; leur silhouette au-dessus des toits contribue à un enracinement mental dont nous avons tous besoin pour étayer notre citoyenneté. »12.

  • 13 François Taillandier, « Moi, je suis catholique », Le Figaro littéraire, 15/10/2007.

4La pétition du 8 juillet s’inscrit donc dans une tradition d’appels à la protection des églises dont le sort reflèterait celui du monde occidental sans âme et sans valeurs où se conjugue une décadence économique, politique et spirituelle : « Le sentiment de vivre dans un monde qui se déstructure à toute vitesse. Un scepticisme croissant quant à l’exercice actuel de la politique. Le dégoût des horizons techno-marchands qui réduisent l’humain au lieu de le grandir. Une sorte de recours identitaire, peut-être : je me résigne mal à n’être qu’un européen avec un petit "e", un client de l’industrie touristique, un abonné du câble mécontent, de la chair à statistiques »13.

  • 14 Daniel Lindenberg, Le rappel à l'ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires, Paris, Seuil, 2002 (...)
  • 15 Denis Tillinac, Le Dieu de nos pères, Paris, Bayard, 2004, p.143.
  • 16 Antoine Compagnon, Les antimodernes, Paris, Gallimard, 2005, p.13.

5Ces écrivains et essayistes partagent l’aspiration à l’ordre, l’autorité, la restauration des valeurs, le culte des racines et des identités constituées14. « En qualité d’Occidental, d’Européen, de Français, je souhaite la survie d’une civilisation catholique à laquelle je dois, outre la foi, ce qui ordonne mes goûts et mes couleurs », note Tillinac en 2004 dans un livre au titre évocateur, Le Dieu de nos pères15. La dénonciation de la décadence de l’Occident qui s’abîme dans une société hédoniste, dépourvue de repères s’inscrit dans l’ « antimodernisme » d’une réaction au culte du progrès car ces auteurs sont « pris dans le mouvement de l’histoire mais incapable(s) de faire le deuil du passé »16. Ils veulent dépasser le monde moderne matérialiste, progressiste et voir naître un nouvel ordre apte à lutter contre la décadence de l’Europe, à leurs yeux incapable de défendre ses valeurs.

  • 17 Max Gallo, « Pourquoi je prie », Propos recueillis par Laurent Grzybowski pour La Vie, n° 2977, 19 (...)
  • 18 Max Gallo, Les fanatiques, Paris, Fayard, 2006, p.32.
  • 19 Ibid., p.31.
  • 20 Denis Tillinac, « Ne culpabilisez pas la crainte de l’islam ! », Marianne, 16-22 janvier 2010, p.26

6Dans ce sentiment de décadence, la perception d’une poussée d’un islam identitaire, et d’un islamisme terroriste, opèrent en force. Max Gallo l’explique : « Les questions religieuses, liées aux évènements internationaux du 11 septembre, et l’attitude d’une religion comme l’islam, me conduisent aujourd’hui à affirmer ma propre appartenance avec plus de force. Non pas pour afficher je ne sais quelle supériorité mais pour exprimer une identité autrement que par un creux ou par une absence »17. Dans son roman « à thèse », les Fanatiques, Julien Nori s’interroge sur la faillite de l’Occident et sur les racines chrétiennes de l’Europe après la conversion de sa fille à l’islam radical: « Et cependant, après avoir lu l’historien américain Huntington, je voyais bien s’esquisser ce “choc des civilisations” qu’il annonçait »18. Il se découvre alors chrétien : « la mélopée de cette foi chrétienne s’était inscrite en moi, identité masquée qui (…) réapparaissait comme ces récifs qui, à l’heure où la mer se retire, ferment l’horizon »19. Tillinac ne dit pas autre chose : « L’islam n’a pas de racines en France. », il refuse qu’ « une fatalité de l’histoire nous accule à agréger l’islam à notre patrimoine moral et mental » et s’empresse d’ajouter : « je récuse, au nom de l’histoire de France, toute accréditation de l’idée d’un islam cogérant notre patrimoine »20.

  • 21 François Taillandier, Ce n’est pas la pire des religions, p.28.
  • 22 François Taillandier, ibid., p.143.

7L’argument civilisationnel est donc fortement présent. Du déclin de l’Occident, ils déduisent une ligne de conduite qui aspire à défendre l’Église, et les églises, comme remparts de la civilisation occidentale. La décadence de l’Église, la perte de foi et de sens, vide de toute substance les valeurs promues par l’Occident. Restaurer l’Église participe donc d’une œuvre de sauvetage de la civilisation occidentale. L’Europe et la France ont des racines chrétiennes. François Taillandier promeut le catholicisme comme un rattachement à une tradition : « C’est aussi une façon de renouer avec tout le “moi”, sa mémoire, sa culture, son passé, de réoccuper tout ce qui m’a fait »21. Il reconnaît : « il y a dans “mon” catholicisme une part de réflexe identitaire »22.

8Ces appels à la défense des églises dévoilent une lecture décadente de leurs temps, depuis le début du XXème siècle jusqu’à ce jour. Le monument est alors le reflet d’une société orpheline de ses fondements et valeurs spirituels. Des écrivains se lèvent pour réveiller les consciences et défendre l’inscription civilisationnelle des églises dans la culture nationale. Ils font de l’appartenance religieuse le lieu d’une identité culturelle, ce qui complète le combat contre un islam perçu comme une menace pour le monde occidental. Entre vision patrimoniale et/ou idéologique, les églises de France restent un enjeu de la définition de l’identité et de l’imaginaire national.

Haut de page

Notes

1 Sur cette famille d’écrivains, voir Frédéric Gugelot, « Conversions fin de siècle 1980-2000 », dans Béatrice Bakhouche, Isabelle Favier et Vincente Fortier (dir.), Dynamiques de conversions. Modèles et résistances, Paris, Bibliothèque de l’École des Hautes Études, 2012.

2 Vital Rambaud, « Barrès et la Grande Pitié des Eglises de France », dans Jacqueline Lalouette et Christian Sorrel, Les lieux de culte en France 1905-2008, Paris, Letouzey et Ané, 2008, p.47-57.

3 Maurice Barrès, La Grande Pitié des Eglises de France, L’œuvre de Maurice Barrès, t. VIII, Paris, Club de l’Honnête Homme, 1965-1969, p.75-77. Maurice Barrès, Mes Cahiers, 1912, p.654.

4 M. Barrès, Mes Cahiers, 1907, Paris, Plon, 1994, p.388.

5 M. Barrès, Mes Cahiers, 1913, Paris, Plon, p.664.

6 H. Bordeaux, La glorieuse misère des prêtres, Paris, Bloud et Gay, 1923,  p.33.

7 Citation de Paul Bourget dans Henry Bordeaux, Reconstructeurs et mainteneurs, Paris, Plon, 1954, p.35.

8 Danièle Hervieu-Léger, Le Pèlerin et le converti, Paris, Flammarion, 1999, p.88.

9 Michel de Saint-Pierre, église en ruine, Église en péril, Paris, Plon, 1973, p.85.

10 Michel de Saint-Pierre, Ibid., p.133.

11 Michel de Saint-Pierre, Ibid., p.345. Les combats actuels sur le latin résonnent étonnamment dans ce contexte. « Le latin a véhiculé la culture occidentale, religieuse et profane, j’en suis l’héritier comblé, grâces lui soient rendues. J’ai aimé le marmonner, le psalmodier, le déchiffrer, je n’aimerais pas que l’Eglise le laisse dépérir. ». Denis Tillinac, Dictionnaire amoureux du catholicisme, Plon, 2011, p.337.

12 Denis Tillinac, « Ne culpabilisez pas la crainte de l’islam ! », Marianne, 16-22 janvier 2010, p.26.

13 François Taillandier, « Moi, je suis catholique », Le Figaro littéraire, 15/10/2007.

14 Daniel Lindenberg, Le rappel à l'ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires, Paris, Seuil, 2002, p.7.

15 Denis Tillinac, Le Dieu de nos pères, Paris, Bayard, 2004, p.143.

16 Antoine Compagnon, Les antimodernes, Paris, Gallimard, 2005, p.13.

17 Max Gallo, « Pourquoi je prie », Propos recueillis par Laurent Grzybowski pour La Vie, n° 2977, 19 - 25 septembre 2003.

18 Max Gallo, Les fanatiques, Paris, Fayard, 2006, p.32.

19 Ibid., p.31.

20 Denis Tillinac, « Ne culpabilisez pas la crainte de l’islam ! », Marianne, 16-22 janvier 2010, p.26.

21 François Taillandier, Ce n’est pas la pire des religions, p.28.

22 François Taillandier, ibid., p.143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Églises en ruines, société en déclin ?  », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 2012-2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/26624

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Professeur d’Histoire, Université de Reims, a publié en 2015 La messe est dite. Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au XXe siècle aux Presses universitaires de Rennes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org