Navigation – Plan du site
Philosophie et religion

L’onction

The Anointment
La unción
Marc de LAUNAY
p. 47-62

Résumés

Partant du rite en général et de sa fonction anthropologique et sociale, il s’agit de montrer comment le passage du mythe à sa critique dans la forme symbolique « religion » en modifie la structure. L’exemple analysé est celui du rite d’onction tel qu’il se maintient depuis celle de Saül jusque dans le rituel du sacre royal et dans son abolition sous la Convention. Une hypothèse est avancée quant à la source possible, du point de vue symbolique, d’un tel rite. Cette source est une élaboration d’abord discursive et réflexive sur le mixte entre un signe matériel dont la nature est indifférente et la signification dont on le crédite.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

onction, rite, symbole, allégorie, mythe

Palabras claves :

unción, rito, símbolo, alegoría, mito
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Rites et mythes
Les rites dans l’Écriture
L’onction du prêtre et du roi
De Saül à la Convention
Le signe de Caïn

Aperçu du texte

La vision générale des rites les assimile la plupart du temps à des pratiques cultuelles lato sensu propres à des sociétés régies par le « mythe », par la croyance en des forces agissant partout dans le monde (mana), par ce qu’on appelle l’animisme. Pareille préférence correspond d’ailleurs à la conception développée par Max Weber et qui découle tout naturellement de l’hypothèse d’un désenchantement progressif du monde à partir du moment où s’installe véritablement la rationalité comme orientation rectrice des cultures modernes. Le rite est ainsi essentiellement ou exemplairement perçu comme un aspect de la vision magique du monde (M. Mauss, 1968 : 406). Lorsqu’elle élargit sa conception du rite, la sociologie a, bien entendu, compris quelles pouvaient être ses fonctions sociales : établir une communication entre sacré et profane, définir négativement et positivement une communauté, collaborer à l’édification d’une institution « morale » (É. Durkheim, 1912 : 428, 464, 497 ; M. Weber...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc de LAUNAY, « L’onction », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 47-62.

Référence électronique

Marc de LAUNAY, « L’onction », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 23 avril 2017. URL : http://assr.revues.org/26613 ; DOI : 10.4000/assr.26613

Haut de page

Auteur

Marc de LAUNAY

Archives Husserl de Paris, CNRS, delaunay@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org