Navigation – Plan du site
Réflexions épistémologiques

Paradoxes, utopies et cécités du modernisme en religion

Le cas du bouddhisme de France
Paradoxes, Utopias and Blindness of Modernism in the Study of Religion. The Case of Buddhism in France
Paradojas, utopías y cegueras del modernismo en religión. El caso del budismo de Francia
Lionel Obadia
p. 295-314

Résumés

Depuis quelques décennies, l’état actuel des religions est libellé, avec une récurrence qui frôle la dogmatique, à partir du diagnostic d’une « dérégulation » du champ religieux, concomitante de mutations socioculturelles (multiculturalisme, différenciation sociale, laïcisation, désinstitutionnalisation, individualisme, etc.), et de leurs corollaires (pluralisme confessionnel, désaffiliations religieuses, « bricolage ») de nature à transformer en profondeur le monde de la religion dans un contexte désigné comme celui de la modernité. Nouvelle vulgate, à la fois scientifique et sociale, elle traverse l’ensemble des réflexions sur le religieux « contemporain », qu’il soit « historique » (les monothéismes d’Occident) ou d’implantation plus récente (dont les polythéismes non-occidentaux). Pour autant, les écarts significatifs qui existent entre les faits empiriques et ce modèle fondé à partir des vicissitudes du christianisme européen, invitent à réfléchir au bien-fondé de son extension potentielle à d’autres religions, en particulier au bouddhisme de France, qui présente la singularité d’incarner les traits de la modernité tout en les invalidant.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Le terrain, la théorie et ses paradoxes
Ajustements : champs et lignes de forces
Réhabiliter la notion de « champ »
De la dissolution du monopole à l’émergence du pluralisme
La modernité à l’épreuve : une question de méthode ?
La modernité : problème épistémologique ou question idéologique ?
Le pluralisme en questions, religion « en miettes » ou diversité retrouvée ?

Aperçu du texte

Cela fait plus d’une quarantaine d’années que le bouddhisme est apparu – via les médias de masse et la littérature, scientifique ou pas – comme l’une des nouvelles composantes du paysage religieux et culturel des sociétés occidentales. Les voies qu’il a empruntées sont diversifiées et se partagent idéalement entre trois processus clairement identifiés : migrations, expansion missionnaire et importations (J. Nattier, 1998). Les formes que l’antique tradition revêt sous nos latitudes apparaissent de même très diversifiées, et une cartographie de celles-ci s’avère relativement aisée sur le plan empirique, mais des plus complexes sur celui de la théorie (L. Obadia, 2007). Certains chercheurs nord-américains ont néanmoins tenté de ramener les populations qui y adhèrent en deux catégories distinctes entre un bouddhisme dit « ethnique » issu des flux migratoires, et un bouddhisme dit « occidental », qui résulte des conversions d’Occidentaux (C. Prebish, 1993) – une distinction largement di...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Obadia, « Paradoxes, utopies et cécités du modernisme en religion », Archives de sciences sociales des religions, 167 | 2014, 295-314.

Référence électronique

Lionel Obadia, « Paradoxes, utopies et cécités du modernisme en religion », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 167 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 01 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/26228 ; DOI : 10.4000/assr.26228

Haut de page

Auteur

Lionel Obadia

USIAS (Institut d’études avancées de Strasbourg), LARHRA – UMR (5190), Université de Lyon, Lionel.Obadia@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org