Navigation – Plan du site
In memoriam François Laplanche (1928-2009)
Documents annexes

François Laplanche et l'histoire de l'exégèse

Jacques Le Brun
p. 235-242

Il est difficile de parler de l'œuvre de François Laplanche ; cette œuvre est immense, se développe en un très ample arc chronologique, du xvie au xxe siècle, porte sur plusieurs confessions religieuses, protestantisme et catholicisme, sur plusieurs domaines géographiques, chacun très complexe, France, Pays-Bas, pays helvétiques, Italie, enfin elle convoque plusieurs disciplines historiques : histoire de la théologie, de la Bible, des idées politiques, histoire culturelle, et ce que F. L. désigne en plusieurs endroits, passant sur l'imprécision et le caractère daté pour nous de l'expression, l'histoire des « mentalités ». Même en s'en tenant au seul aspect de l'histoire de l'exégèse biblique, la tâche se révèle immense et complexe et on ne saurait y être qu'inégal.

  • 1 F. L., 2006, La crise de l'origine. La science catholique des Évangiles et l'histoire au xxe siècle(...)
  • 2 Alfred Loisy, 2010, La crise de la foi dans le temps présent, texte inédit publié par F. L., Turnho (...)
  • 3 1986, Amsterdam, Maarssen, APA-Holland Univ. Press, diff. Presses univ. de Lille.
  • 4 1994, Paris, Albin Michel.

Dans l'œuvre de F. L. concernant l'exégèse biblique, nous ne retiendrons ici qu'une seule partie, celle qui porte sur l'époque moderne, bien que ceux de ses travaux qui concernent le xxe siècle (La crise de l'origine en 20061, et le grand travail d'édition et de commentaire du manuscrit de Loisy, La crise de la foi dans le temps présent en 20102) soient aussi importants et puissent apporter une clef d'interprétation de toute une recherche, et peut-être de toute une vie. Nous nous centrerons donc sur les deux œuvres portant sur l'époque moderne, L'Écriture, le sacré et l'histoire. Érudits et politiques protestants devant la Bible en France au xviie siècle, de 19863 (avec, complément essentiel ou résumé, le grand article des Annales en 1985, « Tradition et modernité au xviie siècle. L'exégèse biblique des protestants français ») et, de 1994, La Bible en France entre mythe et critique. xvie-xixe siècle4.

  • 5 Henri de Lubac, 1959-1964, Exégèse médiévale. Les quatre sens de l'Écriture, 4 vol., Paris, Aubier.

Nous donnant comme axe d'étude l'histoire de l'exégèse biblique, on doit dissiper dès l'abord une équivoque : il y avait des travaux d'histoire de l'exégèse biblique avant ceux de F. L. Sans remonter jusqu'à la Critica sacra de Cappel et aux Histoires critiques des commentateurs du Vieux, puis du Nouveau Testament de Richard Simon au xviie siècle, on disposait avant 1980 d'un certain nombre de travaux estimables sur l'histoire de l'exégèse. Certes il faut en distinguer toutes les études portant sur l'usage ou l'influence de la Bible dans les différents champs de la culture ; mais il suffit de parcourir les pages de la bibliographie de L'Écriture, le sacré et l'histoire sous la rubrique « Histoire et sociologie des religions. Histoire de l'exégèse et de la théologie » : en une dizaine de pages on y trouvera tous les titres marquants dans le domaine de l'histoire de l'exégèse biblique jusqu'à 1985. Cependant, à quelques exceptions près (comme la grande étude de Henri de Lubac, Exégèse médiévale5, et comme le livre considérable de Henning Graf Reventlow sur lequel nous reviendrons), nous y trouvons des ouvrages certes très utiles, mais qui sont plutôt des inventaires historiques, des tableaux organisés selon des critères chronologiques, confessionnels, géographiques, linguistiques, qui sont précieux mais qui ne posent pas directement la question qui devrait être celle d'une véritable histoire : comment du nouveau apparaît-il dans une discipline et dans la pratique de cette discipline ? Quelles forces et quelles influences font que, dans cette discipline, interviennent d'autres paradigmes, au point qu'en une, ou en quelques générations le visage de cette discipline se trouve modifié ? Et, question liée à la précédente, la nouveauté intervient-elle pour ainsi dire de l'extérieur, venant bouleverser les codes d'une discipline en imposant un nouveau paradigme, ou bien est-elle l'effet du déploiement de virtualités qui se trouvaient jusque-là latentes dans la logique même de cette discipline ?

Pour mener à bien cette enquête, qui dépasse de beaucoup le tableau chronologique de l'histoire d'une discipline, sont nécessaires à la fois l'hypothèse d'une évolution, ou de révolutions, sur le temps long, et l'établissement et l'exploration d'un point de départ et d'observation privilégié.

  • 6 F. L., « Tradition et modernité au xviie siècle. L'exégèse biblique des protestants français », Ann (...)

L'hypothèse, c'est l'existence d'une ligne qui va de l'humanisme, du temps de la Réforme, jusqu'aux Lumières (avec un prolongement capital jusqu'à notre présent, celui du xxe siècle), ce que dans son article de 1985 dans les Annales F. L. désignait, traçant une ligne chronologique et l'hypothèse d'une continuité, tout en s'élargissant au champ de toute la culture : « La longue durée d'une histoire culturelle qui va de la Réforme aux Lumières6 » ; et il ajoutait, donnant le sens de cette évolution, « la désacralisation de l'Écriture qui devient objet d'histoire », en d'autres termes il s'agissait de l'avènement de l'histoire dans le champ des études bibliques, mutation qui dépasse la simple évolution d'une discipline académique et/ou cléricale (l'exégèse biblique) et qui implique une totale révolution à la fois dans la conception de l'histoire et dans ce qu'on peut désigner comme la théologie, la conception du religieux, les pratiques du Livre, le rôle de la raison, la réflexion sur l'« autorité », le rapport à une origine – et ce n'est pas un hasard si le très grand livre de F. L. en 2006, qui désigne pour nous l'aboutissement de cette évolution, qui a pris la forme d'une « crise », s'intitule La crise de l'origine.

  • 7 F. L., 1965, Orthodoxie et prédication. L'œuvre d'Amyraut et la querelle de la grâce universelle, P (...)

Le point d'observation, qui est le point de départ, de toute l'enquête, son lieu stratégique, c'est Saumur, lieu où s'exprime une fraction, peut-être pas sociologiquement ou politiquement centrale, du protestantisme français du xviie siècle. Par ce geste de choisir ce lieu d'observation, s'opérait un décentrement par rapport à des orthodoxies historiographiques, suggérant une évolution indépendante des lieux officiels et institutionnels des confessions, et, en conséquence, des grands corpus documentaires. Il y avait là un lieu d'observation, non pas à vrai dire origine d'une évolution, mais pour prendre une métaphore d'usage dans les sciences naturelles, un point d'involution, où se rassemblent les éléments permettant un nouveau départ dans un processus historique. F. L. découvre donc ce lieu, et en construit la géographie intellectuelle et sociale d'extrême complexité, dans le milieu protestant érudit de Saumur dans la première moitié du xviie siècle. Ce lieu en effet ne se définit pas par une unique détermination, et l'histoire qui en découlera ne sera pas faite d'un seul élément, ne concernera pas seulement l'interprétation de la Bible. F. L. montre admirablement que ce lieu (qui est aussi un « moment ») est à la fois un milieu intellectuel à l'identité théologique précise, mais aussi un milieu au caractère social et politique précis, un milieu non pas clos en lui-même mais ouvert sur l'ensemble de la République des Lettres par les publications de livres et les échanges de correspondance7. Nous sommes ainsi à même de saisir la convergence des aspects sociaux, politiques, culturels et proprement religieux de ce lieu d'observation placé au moment charnière où du nouveau va apparaître dans une histoire.

  • 8 Paris, 1943, nouvelle éd. augmentée, Genève, Slatkine, 2000.
  • 9 Le titre est accompagné d'un sous-titre, Bibelautorität und Geist der Moderne. Die Bedeutung des Bi (...)

Certes F. L. n'est pas le seul ni le premier historien à avoir ainsi choisi un groupe social particulier comme lieu d'observation de mouvements intellectuels introduisant des nouveautés essentielles dans l'histoire de la pensée. Je ne citerai que deux exemples, parmi ceux qui nous sont le plus familiers ; d'abord la thèse, déjà ancienne mais toujours inégalée, de René Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle8 : un autre temps, un autre milieu, mais un groupe social où idées politiques, religieuses, philosophiques étaient agitées, groupe où, par les échanges, les publications et les correspondances, s'exprimeraient des idées porteuses de modernité. Mon second exemple sera le livre monumental de Henning Graf Reventlow, Bibelautorität und Geist der Moderne9, où l'interprétation de la Bible est directement mise en rapport avec un lieu, un temps, une société, l'Angleterre du xviie siècle, entre humanisme et Lumières, et les débats et les mutations à la fois politiques et intellectuels qui s'y expriment.

Deux questions se posent alors : pourquoi F. L. a-t-il choisi le milieu social et religieux de l'Académie de Saumur, choix qui se révélera d'une exceptionnelle fécondité ? Et en quoi ce choix nous apporte-t-il une des clefs d'interprétation de l'histoire de l'exégèse biblique à l'époque moderne et, au-delà, en notre époque contemporaine jamais perdue de vue comme point de départ et horizon de ce travail ? Si c'est ce milieu qui a été choisi, c'est qu'en lui trouvaient un écho et pour ainsi dire cristallisaient la plupart des questions et des débats qui, depuis le temps de l'humanisme, s'étaient portés sur la Bible et qui concernaient au premier chef des protestants et des érudits. C'est aussi qu'outre l'héritage humaniste ces hommes recueillaient l'héritage de ceux qu'on appelait les « politiques ». Ainsi était capital le choix comme point d'observation d'un milieu à la fois religieux, érudit et politico-social, mais ce choix avait nécessairement des conséquences sur la façon d'étudier et de comprendre l'histoire et l'interprétation de la Bible, non plus l'histoire des lectures de tel verset, de tel livre, de telle figure ou de tel thème (travail qui reste évidemment nécessaire), mais celle des conditions et des pratiques, des critères, des présupposés et des conséquences de l'interprétation : au centre, avec Louis Cappel et Moïse Amyraut, la question du rapport à l'origine et à l'Antiquité, la conception de la vérité et de l'autorité dont on voit tout de suite qu'elles sont centrales, et pas seulement chez Descartes et dans la mouvance cartésienne. La vérité est-elle toujours synonyme de l'Antiquité ? Les témoins de l'origine, les textes et les documents ne peuvent-ils être altérés ? Ne faut-il pas, en conséquence établir faits et textes par un travail critique, la vérité n'étant pas donnée mais « produite » (au double sens du terme, fabriquée et portée sur la scène) par le travail érudit lui-même ? Richard Simon en recueillera les leçons, tout en en tirant d'autres conséquences, comme le montrera F. L.

La réflexion sur la politique, le droit et l'anthropologie permet de repenser les problèmes posés par le texte biblique. Ne donnons que quelques exemples parmi ceux que développe F. L. à partir des œuvres des auteurs du xviie siècle, avant et après l'époque où est en sa plus grande floraison le milieu de l'Académie de Saumur qui reste au centre de ses analyses. Si une politique s'élabore, posant, ce qui est classique mais pensé désormais de façon nouvelle, que Dieu et la raison et la nature ne peuvent être en contradiction, la conséquence sera une séparation du temporel et du spirituel, et, du point de vue de l'approche de la Bible, une préférence pour les leçons du Nouveau Testament sur celles de l'Ancien, comme si à un Dieu arbitraire et violent s'opposait un Dieu raisonnable et moral ; au centre apparaît alors l'interprétation de l'Apocalypse, lieu de confluence des problèmes et des discours, lieu de cristallisation des questions de la fin, de la politique, du rapport du monde et de l'histoire, au point qu'une histoire de l'exégèse du livre de l'Apocalypse pourrait être un exceptionnel lieu d'observation des rapports du christianisme et du monde, et mainte page des livres de F. L. illustre clairement cette constatation.

Par ailleurs et non sans rapport avec ces questions politico-religieuses, les théologiens qu'étudie F. L. autour de l'Académie de Saumur recueillent l'héritage des humanistes du xvie siècle (qui à vrai dire ne furent pas tous protestants, songeons entre autres aux interprètes jésuites de la Bible à la fin du xvie siècle) et de leur anthropologie qui s'exprime à propos des débats concernant l'inspiration de l'Écriture, la prophétie, l'apocalyptique. Dévalorisant une conception « extraordinaire » et pour ainsi dire « miraculiste » de ces réalités (et parallèlement aux conceptions concernant à cette époque la mystique) ces penseurs renouvellent, avec des conséquences à terme fondamentales, les représentations de l'inspiration littérale, et cela au moment où la lettre du texte devient, sous l'effet de la critique, objet du soupçon.

  • 10 Parmi d'autres, A. Ch. Kors, 1990, Atheism in France 1650-1729, vol. I, The orthodox sources of dis (...)

En faisant de ce milieu de Saumur l'objet d'une étude exhaustive (et pas seulement par une accumulation érudite mais aussi par la multiplicité des questions proprement théoriques posées par l'historien comme elles étaient posées par les penseurs et les érudits qu'il étudie), F. L. nous donne les moyens de découvrir les voies d'émergence de la nouveauté en histoire. À une histoire ou confessionnelle, ou traditionnelle, pour laquelle le changement viendrait de l'extérieur, de l'ennemi, ou de l'intérieur, par désagrégation ou affaiblissement interne, donc à toutes les théories du « complot » ou de la « décadence », est substituée une histoire où c'est la logique même d'une configuration socio-religieuse qui invente ou construit ce qui conduira à une peut-être ruineuse mutation, et cela même si on écarte toute conception téléologique, en termes de « progrès », de cette mutation. Nombre de travaux, postérieurs à ceux de F. L., consacrés au libertinage ou à l'athéisme le confirmeraient10.

  • 11 Rappelons quelques dates : à la fin des années 1660, La Perpétuité de la foi de l'Église catholique (...)
  • 12 Claude Langlois et F. L. (dir.), 1992, La science catholique. L'« Encyclopédie théologique » de Mig (...)
  • 13 1994, Paris, Albin Michel.

Cet horizon d'une histoire, dont les éléments se nouent au xviie siècle dans la génération antérieure aux années 167011, F. L. l'appelle à plusieurs reprises, et dans l'article synthétique et programmatique des Annales en 1985 que nous citions, la « modernité ». Ne nous méprenons pas sur le sens de ce mot de « modernité » où certains pourraient voir une facilité. Cette « modernité », dans les années postérieures à sa thèse, à 1986, F. L. ne cessera d'en dessiner les contours, d'en préciser les moments (les Lumières, le xixe siècle, le xxe siècle, etc.) et d'en analyser le contenu. Ce qui la caractérise c'est, encore une fois analysé, son rapport à la « vérité », à ses voies et à ses pratiques. Et ce rapport prend la forme d'une « crise », un signifiant qui apparaît à plusieurs reprises dans les travaux de F. L. des années 1985-1986 et qui figure au titre, en une sorte de clef d'interprétation, du livre de 2006, le xxe siècle tentant d'y parer, peut-être désespérément, avec une « science catholique »12. La crise est due, comme l'écrit F. L. en 1985, à l'« affaiblissement de la puissance symbolique qui organise [les] croyances » et permet à l'homme d'entrer « dans l'ordre symbolique » : en d'autres termes l'histoire a paradoxalement coupé le rapport direct à l'origine dans la mesure où elle a fait de cette origine l'objet de son travail. En un mouvement séculaire, l'aboutissement provisoire en sera au xixe siècle le romantisme auquel est consacré une partie essentielle du livre de F. L., La Bible en France entre mythe et critique. xvie-xixe siècle13.

  • 14 Voir le livre récent de Gérard Simon, 2008, Sciences et histoire, Paris, Gallimard.

À propos de ce que l'on entend par la « modernité », F. L., en des pages programmatiques qui ne sont pas très nombreuses chez lui – rigueur de l'historien, méfiance pour les généralités imprécises – a évoqué les chantiers qui s'ouvrent devant nous pour faire l'analyse de cette notion. Appuyons-nous ici sur les pages, plus libres de ton que la thèse elle-même, de l'article des Annales de 1985 : prendre modèle sur l'histoire des sciences, totalement renouvelée dans la seconde moitié du xxe siècle14, pour élaborer une histoire de l'exégèse biblique qui implique celle des institutions de savoir, des procédures scientifiques, des conditions intellectuelles dont dépend cette histoire ; renouveler simultanément l'histoire des religions et l'histoire de la culture ; et ici F. L. énumère ce que nous ne pouvons qu'évoquer en quelques mots : addition de monographies précises, histoire des pratiques de lecture, transformations des conceptions du langage, avec la rupture de l'épistemê de la Renaissance, pour reprendre la notion promue par Foucault à laquelle se réfère F. L. La lecture de ces pages montre non seulement l'étendue de son érudition mais aussi l'ouverture qu'il opère à propos des problèmes qu'il évoque : dans son texte, ce sont Koyré, Lenoble, Bachelard, Cassirer, Foucault et bien d'autres qui lui servent de références pour le travail que ses propres recherches, jamais closes sur elles-mêmes, appellent.

Lorsque nous parlons à propos de ces travaux d'« histoire de l'exégèse » nous risquons de nous égarer ou de nous orienter vers des chemins trop connus. L'exégèse biblique, la lecture et l'interprétation de la Bible, jouent le rôle d'analyseur de toute une civilisation et des crises qui la traversent, elles ne constituent pas uniquement un domaine particulier du savoir mais elles sont un révélateur ; et cela pour des raisons qui nous deviennent décisives après la lecture des livres de F. L. Quelles sont donc les raisons de cette fonction, étant entendu qu'un analogue rôle de révélateur pourrait être cherché du côté de la cosmologie, en attendant l'archéologie et la paléontologie ?

Prendre la Bible à l'époque moderne comme objet d'étude pour en faire un révélateur, c'est se placer au fondement d'une histoire et d'une civilisation chrétiennes ; c'est aussi se placer en un lieu textuel qui, du fait de son rapport supposé à une origine, à une archê, fonde une histoire, une politique, une science, histoire sainte non encore contestée, politique que certains tireront encore à la fin du xviie siècle de l'Écriture sainte, science encore tirée du texte biblique. Mais dans ce champ de l'exégèse biblique, le milieu protestant joue un rôle éminent de révélateur dans la mesure où la Bible, plus directement que dans le catholicisme, fonde la vérité. Ce qu'on appelle exégèse, au-delà des questions, importantes mais limitées, de la signification d'un texte, interroge le rapport à la vérité et à la tradition, questions centrales de la théologie et aussi de la philosophie au xviie siècle.

Après avoir analysé dans sa thèse cette mutation, F. L. ne pouvait pas écrire, avec La Bible en France xvie-xixe siècle, une histoire traditionnelle de la lecture, de l'interprétation et de l'« influence » (un terme qu'il récuse) de la Bible. Il suffit de lire ce livre, apparemment moins monumental que L'Écriture, le sacré et l'histoire mais tout aussi novateur, pour voir qu'à partir de la question centrale de la vérité (vérité de droit, ou théologique, vérité de fait, vérité textuelle ou critique), cette histoire de la Bible articule toutes les grandes questions de la modernité : la politique (de Machiavel à la Révocation de l'Édit de Nantes), l'interprétation des textes (le sens et la lettre, l'intention et l'inspiration, etc.), la place de l'érudition et les limites des savoirs érudits, le rapport aux origines (non seulement le fondement ultime de la vérité, mais la science de l'origine dans l'histoire), la question du fondement de la certitude, celle du mythe et la progressive incompatibilité entre le mythe et l'histoire dans la Bible. Ce qu'on appelle l'« exégèse » a ainsi une place à la fois centrale et marginale. Lorsque plus tard F. L. étudiera directement le modernisme, nous découvrirons que la crise du xxe siècle se situe dans le prolongement exact de la crise de la modernité ouverte au milieu du xviie siècle.

  • 15 Ce qui peut apparaître comme l'engagement fondamental de l'historien dans son travail s'exprime dès (...)
  • 16 La crise de l'origine, op. cit., p. 419.
  • 17 Ibid., p. 420.

Nous pouvons en ce point faire un rapprochement et esquisser une hypothèse. Ce qui y conduit c'est un regard sur les deux grands livres, L'Écriture, le sacré et l'histoire en 1986 et La crise de l'origine vingt ans plus tard en 2006. L'écart entre les deux livres (écart chronologique, historiographique et aussi subjectif, s'il est vrai que le livre de 2006 est aussi celui de toute une génération), cet écart non seulement ne conduit pas à supposer un hiatus, mais conduit à soupçonner le rapport le plus intime entre les deux, comme si une clef d'interprétation se cachait dans la différence entre ces deux aussi grands livres. Est-ce que ce ne sont pas les débats du xxe siècle, et la part qu'à des titres divers, acteurs et/ou témoins, les historiens du christianisme y ont prise, qui permettraient, de façon plus ou moins approfondie, d'opérer un travail vraiment novateur sur ceux du xviie siècle15 ? Si « une césure au cœur du temps », comme l'écrit F. L. en 200616 à propos des Évangiles, justifie et exige un retour à l'histoire, c'est, « contrairement à l'histoire dite “positive” »17, une autre histoire, non moins rigoureuse, qui s'impose. Ce que le problème de Jésus a imposé comme révision, non seulement aux théologiens mais aussi aux historiens, les problèmes de l'Écriture au xviie siècle l'imposent à l'historien dans un renouvellement des lieux de son travail, de ses pratiques ; c'est ce que F. L. a réalisé en rendant après lui nécessaire une nouvelle histoire de l'Écriture. Après lui, beaucoup en ont déjà tenu compte.

Notes

1 F. L., 2006, La crise de l'origine. La science catholique des Évangiles et l'histoire au xxe siècle, Paris, Albin Michel.

2 Alfred Loisy, 2010, La crise de la foi dans le temps présent, texte inédit publié par F. L., Turnhout, Brepols.

3 1986, Amsterdam, Maarssen, APA-Holland Univ. Press, diff. Presses univ. de Lille.

4 1994, Paris, Albin Michel.

5 Henri de Lubac, 1959-1964, Exégèse médiévale. Les quatre sens de l'Écriture, 4 vol., Paris, Aubier.

6 F. L., « Tradition et modernité au xviie siècle. L'exégèse biblique des protestants français », Annales ESC, mai-juin 1985, p. 478.

7 F. L., 1965, Orthodoxie et prédication. L'œuvre d'Amyraut et la querelle de la grâce universelle, Paris, Presses universitaires de France.

8 Paris, 1943, nouvelle éd. augmentée, Genève, Slatkine, 2000.

9 Le titre est accompagné d'un sous-titre, Bibelautorität und Geist der Moderne. Die Bedeutung des Bibelverständnisses für die geistesgeschichtliche und politische Entwicklung in England von der Reformation bis zur Aufklärung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1980.

10 Parmi d'autres, A. Ch. Kors, 1990, Atheism in France 1650-1729, vol. I, The orthodox sources of disbelief, Princeton, Princeton Univ. Press ; J.-P. Cavaillé, 2011, Postures libertines. La culture des esprits forts, Toulouse, Anacharsis.

11 Rappelons quelques dates : à la fin des années 1660, La Perpétuité de la foi de l'Église catholique touchant l'Eucharistie d'Arnauld et Nicole ; en 1669 la Paix de l'Église ; dans les années 1670 le début des publications de Richard Simon ouvrent d'autres problèmes, d'autres voies vers les Lumières, de la controverse confessionnelle à l'histoire, comme l'expose Nicolas Piqué, 2009, De la tradition à l'histoire 1669-1704, Paris, Champion.

12 Claude Langlois et F. L. (dir.), 1992, La science catholique. L'« Encyclopédie théologique » de Migne (1844-1873) entre apologétique et vulgarisation, Paris, Cerf.

13 1994, Paris, Albin Michel.

14 Voir le livre récent de Gérard Simon, 2008, Sciences et histoire, Paris, Gallimard.

15 Ce qui peut apparaître comme l'engagement fondamental de l'historien dans son travail s'exprime dès 1965 dans l'Introduction d'Orthodoxie et prédication. L'œuvre d'Amyraut..., op. cit., p. 8, lorsque F. L. analyse l'écart entre sa thèse de théologie soutenue devant l'Université catholique d'Angers et le livre qui en est tiré, publié dans une collection de la Faculté de théologie protestante de Strasbourg.

16 La crise de l'origine, op. cit., p. 419.

17 Ibid., p. 420.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org