Navigation – Plan du site
In memoriam François Laplanche (1928-2009)

Pratiques scientifiques et orthodoxie réformée

La désacralisation de l’Écriture entre XVIe et XVIIIe siècles selon les travaux de François Laplanche
Scientific Practices and Reformed Orthodoxy. The Desacralization of Scripture between the 16th and 18th Century. According to the Work of François Laplanche
Prácticas científicas y ortodoxia reformada. La desacralización de las Escrituras entre los siglos xvi y xvii según las investigaciones de François Laplanche
Dominique Julia
p. 193-211

Résumés

L’œuvre de François Laplanche prend délibérément pour objet la longue durée : l’exégèse biblique entretient un rapport constant au Texte originel et l’historien ne peut s’exonérer de connaître les interprétations patristiques et médiévales de la Bible. L’histoire d’une pratique de lecture savante est ici réintégrée à l’intérieur de l’ensemble de la culture, de la société et des événements d’une période donnée. Prenant pour centre d’analyse les théologiens calvinistes de Saumur vers 1620-1670, François Laplanche montre que, tandis que leur système demeure arrimé à l’orthodoxie réformée, ils la minent et conduisent à une désacralisation de l’Écriture par un double éloignement : éloignement de l’origine puisque la disqualification de l’Ancien Testament le transforme en objet d’histoire ; éloignement de la fin des temps par la récusation catégorique du prophétisme et du millénarisme.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La cohérence d’un parcours
L’Écriture, le sacré et l’histoire
L’académie de Saumur
Opérations scientifiques et délitement de l’orthodoxie
L’histoire cachée du christianisme

Aperçu du texte

Il est toujours difficile de parler d’un ami, qui plus est, d’un compagnon qu’on a côtoyé pendant de nombreuses années dans cette étrange institution qu’est le CNRS, qui laisse à ses membres une très grande liberté mais qui n’a pas en réalité de lieu propre. Ce que je retiens de la figure de François Laplanche (F. L. sq.) qui nous a quittés le jour de Pâques 2009, c’est à la fois l’immense modestie du vrai savant, la très grande générosité avec laquelle il dispensait son savoir, prodigieux et rare, qui lui permettait de traverser des champs entiers de disciplines que peu d’historiens ont la capacité ou même l’envie de parcourir. Ce savoir s’alliait à l’extrême clarté du pédagogue et je me souviens avec bonheur d’une école doctorale organisée à Conques par ce qui s’appelait un GDR, dirigé alors par Claude Langlois, à laquelle nous participions tous les deux et au cours de laquelle ses exposés lumineux m’avaient éclairé et instruit sur des champs intellectuels que je ne fréquentais gu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Julia, « Pratiques scientifiques et orthodoxie réformée », Archives de sciences sociales des religions, 167 | 2014, 193-211.

Référence électronique

Dominique Julia, « Pratiques scientifiques et orthodoxie réformée », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 167 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 24 février 2017. URL : http://assr.revues.org/26178 ; DOI : 10.4000/assr.26178

Haut de page

Auteur

Dominique Julia

CARE/CRH, CNRS/EHESS, dominique.julia@sfr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org