Navigation – Plan du site
Postérités Allemandes. Communication, transcendance, non-religion

Modernités multiples et mondialisation

Multiple Modernities and Globalization
Matthias Koenig
p. 127-145

Résumés

Les récentes tentatives théoriques de reconstruire les explications weberiennes de la modernité ont apparemment pris deux directions opposées, soulignant les dynamiques globales de la rationalisation et l’émergence de multiples modernités. Cet article suggère que l’intégration de ces deux courants macrosociologiques ouvre de fructueuses perspectives de recherche pour les sociologues des religions. Elle est non seulement conceptuellement faisable, mais également nécessaire pour surmonter leurs limitations analytiques respectives. Le potentiel analytique d’une telle synthèse est ensuite illustré en esquissant les grandes lignes d’une sociologie comparative de la sécularisation, qui s’attarde sur la diffusion globale et sur la « dépendance au chemin emprunté » régionale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Deux héritages weberiens : néo-institutionnalisme mondial et modernités multiples
Cadrages culturels de la modernité entre convergences et divergences
La problématique de la sécularisation : constructions culturelles et variations institutionnelles

Aperçu du texte

L’horizon d’attente dans lequel se situent les débats allemands en sociologie des religions est marqué, comme ailleurs, par une perte de plausibilité des autodéfinitions courantes du monde occidental moderne et des catégories de la sociologie classique. D’abord un discours amorcé dès les années 1980 pose un diagnostic sur l’époque, la qualifie de « postmodernité », de modernité seconde ou encore de modernité réflexive. Ce discours révèle la prise de conscience d’une césure avec la modernité européenne, désormais perçue comme hautement contingente. Ensuite, très en lien aussi avec ce discours, l’expérience – liée à la technologie – de la densification de la communication, des échanges et des interdépendances entre sociétés a été thématisée au cours des années 1990 par la notion de mondialisation, accompagnée par une critique (parfois trop) vive à l’encontre du « nationalisme méthodologique » des sciences sociales. Enfin, les études postcoloniales ont durablement relativisé, notamment...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthias Koenig, « Modernités multiples et mondialisation », Archives de sciences sociales des religions, 167 | 2014, 127-145.

Référence électronique

Matthias Koenig, « Modernités multiples et mondialisation », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 167 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 01 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/26158 ; DOI : 10.4000/assr.26158

Haut de page

Auteur

Matthias Koenig

Université de Göttingen, Institut de recherche Max Planck sur les sociétés multireligieuses et multiethniques, Allemagne, mkoenig@uni-goettingen.de

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org