Navigation – Plan du site
Postérités Allemandes. Communication, transcendance, non-religion

La religion communicationnelle

Communicative Religion
La religión comunicacional
Hubert Knoblauch
p. 83-104

Résumés

Au lieu d’une sécularisation en cours ou d’une re-sacralisation, nous avons assisté, au cours de la dernière décennie, à une transformation rapide de la religion. Afin de bien saisir les nouvelles formes de religion, nous avons besoin d’une théorie qui englobe à la fois la religion publique nouvellement institutionnalisée ainsi que ses formes « visibles » étonnamment privatisées. Cet article propose une esquisse d’une théorie sociologique des religions qui s’appuie sur la notion de transcendance dans la sociologie phénoménologique de Schutz, Berger et Luckmann et la convertit en une notion sociologique de la transcendance comme spiritualité. Après avoir souligné l’ambiguïté de la notion de transcendance qui se trouve à la racine de la théorie de la religion de Luckmann, l’article délimite le cadre théorique qui permet de saisir la transcendance, c.-à-d. la spiritualité, comme un phénomène social, c.-à-d. le constructivisme communicationnel. Sur cette base, la spiritualité populaire est décrite comme une forme empirique de religion émergeant au cours des dernières décennies, en particulier par rapport à la religion en Allemagne. La dernière partie indique certains des domaines les plus importants de la recherche à venir sur la spiritualité populaire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Approches de la transcendance
La construction communicationnelle de la transcendance
Spiritualité populaire ou religion communicationnelle

Aperçu du texte

Alors que le paradigme de la sécularisation a longtemps dominé les débats sur le devenir de la religion dans les sociétés occidentales, particulièrement en Europe, nous assistons depuis peu à des formes de résurgence, que l’on nomme tantôt « retour du religieux », tantôt « re-sacralisation », tantôt même, de manière plus polémique, « dé-sécularisation ». Ce changement a pris une dimension mondiale depuis la fin de la Guerre froide et va de pair avec le déclin des idéologies séculières telles que le socialisme, le nationalisme et plus récemment le capitalisme libéral. L’Europe est souvent qualifiée d’exception en raison de sa forte sécularisation (G. Davie, 2002 ; P. Berger, 1999). Néanmoins, nous avons de solides raisons de considérer que les sociétés européennes sont aussi le théâtre d’une certaine revitalisation de la religion (H. Knoblauch, 2008), même si celle-ci ne suit pas le même modèle qu’ailleurs. En effet, contrairement à ce que l’on observe en Afrique et en Amérique du No...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Knoblauch, « La religion communicationnelle », Archives de sciences sociales des religions, 167 | 2014, 83-104.

Référence électronique

Hubert Knoblauch, « La religion communicationnelle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 167 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 01 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/26142 ; DOI : 10.4000/assr.26142

Haut de page

Auteur

Hubert Knoblauch

Université technique de Berlin, hubert.knoblauch@tu-berlin.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org