Navigation – Plan du site
Postérités Allemandes. Communication, transcendance, non-religion

La religiosité comme seuil

Pertinence contemporaine de la théorie de la religion de Georg Simmel
Religion on the Threshold. Georg Simmel’s Theory of Religion and its Relevance for the Current Sociology of Religion
La religiosidad como umbral. Pertinencia contemporánea de la teoría de la religión de Georg Simmel
Volkhard Krech
p. 61-80

Résumés

Alors que les travaux classiques de Max Weber et d’Émile Durkheim jouissent d’une grande popularité, l’approche de la théorie des religions de Georg Simmel est relativement peu sollicitée. Pourtant, sa sociologie des religions constitue en quelque sorte une synthèse anticipée des approches développées ultérieurement par Thomas Luckmann et Niklas Luhmann, dans la mesure où elle combine des perspectives associées à la théorie de l’individualité et des analyses de la logique inhérente à des sphères sociétales entièrement différenciées. Cet article propose une contextualisation de la théorie des religions de Simmel dans le cadre de son œuvre puis une analyse de ses trois strates : l’approche psycho-sociologique, les études culturelles et la philosophie de la vie. Il traite aussi de la pertinence de cette approche pour une sociologie des phénomènes religieux contemporains, en examinant l’évolution de la religion et la religiosité à l’aide de la notion de « rotation axiale », ainsi que du concept d’ascétisme comme base du Moi religieux.

Haut de page

Note de la rédaction

Texte traduit par Violaine Mézière et Anne-Sophie Lamine.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Le thème de la religion dans l’œuvre de Simmel
Une approche socio-psychologique et sociologique de la religion
La religion dans le contexte des études culturelles
La religion dans une approche de philosophie de la vie
L’évolution religieuse et la « rotation axiale »
L’ascétisme comme articulation entre théorie de la religion et théorie de la culture

Aperçu du texte

Alors que les travaux classiques de Max Weber et d’Émile Durkheim jouissent d’une grande popularité, l’approche de la théorie des religions de Georg Simmel reste relativement peu sollicitée. Pourtant, sa sociologie des religions constitue en quelque sorte une synthèse anticipée des approches développées ultérieurement par Thomas Luckmann et Niklas Luhmann, dans la mesure où elle combine des perspectives associées à la théorie de l’individualité et des analyses de la logique inhérente aux sphères sociétales entièrement différenciées.

Je contextualiserai la théorie des religions de Simmel dans le cadre de son œuvre puis j’en analyserai successivement trois strates : l’approche psychosociologique, les études culturelles et la philosophie de la vie. Je terminerai en traitant de la pertinence de cette approche pour une sociologie des phénomènes religieux contemporains, en examinant l’évolution de la religion et la religiosité à l’aide de la notion de « rotation axiale », ainsi que le conc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Volkhard Krech, « La religiosité comme seuil », Archives de sciences sociales des religions, 167 | 2014, 61-80.

Référence électronique

Volkhard Krech, « La religiosité comme seuil », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 167 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/26127 ; DOI : 10.4000/assr.26127

Haut de page

Auteur

Volkhard Krech

CERES (Centre d’études religieuses), Université de Bochum, Allemagne, volkhard.krech@rub.de

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org