Navigation – Plan du site
Postérités Allemandes. Communication, transcendance, non-religion

La religion comme communication

Religion as Communication
La religión como comunicación
Niklas Luhmann
p. 47-60

Résumés

La société est envisagée sous l’angle d’une théorie des systèmes. Dans cette perspective, la société est un système de communication fermé sur le plan opératoire et dont les propres productions lui permettent de se reproduire. Si l’on accepte cela, il en découle que tous les sous-systèmes particuliers de la société doivent être appréhendés comme autant de systèmes de communication. C’est donc aussi le cas de la religion. L’autoreproduction de la société est porteuse d’indétermination structurelle et soulève la question du sens. Le rôle particulier du système religieux s’avère alors être celui de la maîtrise de la contingence.

Haut de page

Note de la rédaction

Texte paru en allemand in Tyrell Hartmann, Volkhard Krech et Hubert Knoblauch (dir.) Religion als Kommunikation, Würzburg, Ergon, 1998, p. 135-145, traduit de l’allemand par Bruno Michon et révisé par Anne-Sophie Lamine. Les intertitres ont été ajoutés.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La religion comme maîtrise de la contingence
Les spécificités de la communication religieuse
Auto-observation et autonomie de la religion
Religion individualisée et communication religieuse

Aperçu du texte

Aborder aujourd’hui le thème de la religion en sciences sociales oblige à faire un choix : part-on d’une perspective anthropologique ou d’une perspective sociale ? Cette décision est d’autant plus essentielle que la compréhension de la dynamique des sociétés modernes ne peut plus se satisfaire d’une référence à « l’homme ». La théorie de la causalité cumulative ne change rien à cet état de fait, et l’on peut ici penser à la séquence instinct-habitude-institutions du pragmatisme américain. L’explication des transformations extrêmement rapides des modes de vie nécessite selon nous une théorie autonome de la société. Cela vaut aussi, et même d’autant plus, si l’on s’intéresse à la signification de la religion. En effet, ce n’est pas « l’être humain » qui a changé (si ce singulier collectif peut encore faire sens), mais bien la société.

Selon cette conception des choses, une théorie de la société doit renoncer à toute référence proprement anthropologique. On ne peut plus appréhender la s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Niklas Luhmann, « La religion comme communication », Archives de sciences sociales des religions, 167 | 2014, 47-60.

Référence électronique

Niklas Luhmann, « La religion comme communication », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 167 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/26110 ; DOI : 10.4000/assr.26110

Haut de page

Auteur

Niklas Luhmann

(1927-1998), Université de Bielefeld, Allemagne

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org