Navigation – Plan du site
Postérités Allemandes. Communication, transcendance, non-religion

Rétrécissement de la transcendance, diffusion du religieux ?

Shrinking Transcendence, Expanding Religion?
¿Estrechamiento de la trascendencia, difusión de lo religioso?
Thomas Luckmann
p. 31-46

Résumés

La religion ne disparaît pas du monde moderne : les expériences de transcendance sont une composante universelle de la vie humaine. L’expérience est un flot continu de « petites », « moyennes » et « grandes » transcendances. Cependant les sociétés diffèrent fortement dans leurs manières d’« organiser » et de contrôler les expériences subjectives relevant des « petites » transcendances spatiales ou temporelles de la vie quotidienne, des « moyennes » transcendances de la relation aux autres êtres humains et des « grandes » transcendances de la vie et de la mort. On interprète habituellement en terme de sécularisation les conséquences de la différenciation moderne de la structure sociale et notamment la spécialisation institutionnelle de la religion. Je considère qu’il faut plutôt y voir un profond changement de la place de la religion dans la société : une « privatisation » de la religion. On assiste en effet au déplacement des constructions sociales contemporaines des significations religieuses. Il s’effectue des « grandes » transcendances (extra-mondaines) vers les transcendances « moyennes » (politiques et sociales) et vers les « petites » transcendances du solipsisme moderne, dont les thèmes principaux (« réalisation personnelle », autonomie individuelle et expression personnelle) accordent un statut sacré à l’individu.

Haut de page

Note de la rédaction

Ce texte est issu d’une conférence, The Paul Hanly Furfey Lecture (1989), et a ensuite été publié sous le titre « Shrinking Transcendence, Expanding Religion? » in Sociological Analysis 1990, 50-2, p. 127-138. Texte traduit par Mireille Diestchy et révisé par Anne-Sophie Lamine.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Les niveaux de transcendance
Les reconstructions sociales de la transcendance à l’âge moderne
La privatisation et l’expansion du marché religieux
Rétrécissement de la transcendance et diffusion du religieux

Aperçu du texte

Dans cet article, je discute quelques points de théorie générale et de sociologie des religions dans les sociétés industrielles modernes. Ce sont des questions sur lesquelles j’ai commencé à écrire il y a plus de vingt-cinq ans mais qui font aussi l’objet de quelques publications récentes. Je n’introduis pas ici de rupture radicale avec mes analyses antérieures. Je fais cependant l’hypothèse qu’elles ne sont pas largement connues, et je n’hésiterai donc pas à revenir sur leurs arguments principaux.

Je veux montrer que les modèles culturels socialement construits qui façonnent les orientations subjectives courantes dans le monde occidental moderne – et peut-être dans toutes les sociétés modernes – peuvent être qualifiés de religieux sans qu’il soit pour autant nécessaire d’étendre trop largement la signification de ce terme. Je suggère en effet que la conscience moderne, et non pas seulement la conscience archaïque ou traditionnelle, est traversée par certains types de transcendance. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Luckmann, « Rétrécissement de la transcendance, diffusion du religieux ? », Archives de sciences sociales des religions, 167 | 2014, 31-46.

Référence électronique

Thomas Luckmann, « Rétrécissement de la transcendance, diffusion du religieux ? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 167 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 23 février 2017. URL : http://assr.revues.org/26096 ; DOI : 10.4000/assr.26096

Haut de page

Auteur

Thomas Luckmann

Université de Constance, Allemagne

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org