Navigation – Plan du site

2001 – Yvon Tranvouez, « Note sur Émile Poulat »

1) Sources de la présente note

Bruno Poucet, « Rencontre avec Émile Poulat », Carrefours de l’éducation, n°18, 2004/2, p. 212-221.

Entretien de Robert Dumont avec Émile Poulat, 8 janvier 1998.

Entretiens d’Yvon Tranvouez et François Trémolières avec Émile Poulat, 13 mai et 24 juin 2014.

Ébauche de notice bio-bibliographique de Pierre Lassave pour le site des Archives de Sciences Sociales des Religions.

Ébauche de notice de Bruno Poucet pour le Maitron.

Informations fournies à Pierre Lassave par Véronique Cohoner, directrice de la « Bibliothèque Julien Gracq » de l’Institut d’Études Avancées de Nantes.

Notes d’Étienne Fouilloux à partir de sources diverses (archives, correspondances, lectures).

Notes d’Yvon Tranvouez à partir de sources diverses (archives, correspondances, lectures).

Notes de Nathalie Viet-Depaule à partir de sources diverses (archives, correspondances, lectures).

2) Elements biographiques

- Né à Lyon le 13 juin 1920, dans le quartier de La Croix Rousse. Fils de Paul Poulat, représentant en soierie, et d’Émilie Pinaroli. Aîné de cinq garçons. Famille très catholique, originaire des Monts du Lyonnais. Baptisé à Saint-Polycarpe.

- Sa famille s’installe à Paris (Belleville-Ménilmontant) au début des années trente. Habite sur la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Belleville, paroisse qui sera confiée aux Fils de la Charité à partir de 1937. Fréquente le patronage Saint-Pierre de Ménilmontant, tenu par les Salésiens

- Études secondaires aux Francs-Bourgeois, puis au petit séminaire de Paris (Conflans), dirigé par le chanoine Osty. Obtient le baccalauréat lettres-philosophie.

- 1939-1940 : élève au séminaire Saint-Sulpice, replié à Bayeux à cause de la guerre.

- 1940-1943 : élève au séminaire Saint-Sulpice, Issy-les-Moulineaux.

- 1943-1944 : requis par le STO, sursitaire, comme tous les étudiants, jusqu’à la fin de l’année universitaire, puis réfractaire. Se cache d’abord, durant l’été, dans des colonies de vacances, puis comme enseignant au collège mariste Notre-Dame des Glaciers, à Saint-Gervais-les-Bains (Haute-Savoie). Il s’agit d’un collège rapatrié de Sierck, en Lorraine, subventionné par la famille de Wendel, protégé par Vichy et dirigé par le Père Vigoureux, né à l’Île Maurice et donc sujet britannique…

- Été 1944 : rencontre Maurice Montuclard, fondateur de Jeunesse de l’Église, aux Contamines-Val-Montjoie. Rencontre également François Le Guay, polytechnicien, ancien d’Uriage, membre de JE et futur rédacteur de La Quinzaine.

- 1944-1945 : année diaconale au séminaire Saint-Sulpice, rue du Regard.

- Ordonné prêtre le 30 mars 1945 à Notre-Dame de Paris. Nommé préfet de division au collège Saint-Jean de Passy.

- Octobre 1945 : nommé professeur de lettres en quatrième au petit séminaire de Paris (Conflans), alors dirigé par l’abbé Marc Lallier, futur archevêque de Besançon. Il y a notamment pour collègue – et ami – l’abbé Pierre Veuillot, professeur de philosophie, futur archevêque de Paris. Il y reste jusqu’à l’été 1948, tout en poursuivant parallèlement des études supérieures. Également en lien avec l’équipe de Jeunesse de l’Église, au Petit-Clamart, mais sans y être véritablement intégré

- 1945-1946 : licence de lettres classiques, Sorbonne.

- 1946-1947 : licence de philosophie, Sorbonne.

- 1947-1948 : licence de théologie, Faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg (dispensé d’assister aux cours, grâce à une négligence administrative régularisée in extremis par Mgr Nédoncelle).

- Printemps 1948 : envisage de rejoindre la Mission de France, mais le Père Augros, supérieur, l’éconduit.

- 1948-1949 : lecteur de français à la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg-en-Brisgau, dans le cadre du gouvernement militaire de la zone française d’occupation en Allemagne. Prépare parallèlement un doctorat en théologie.

- 1949 : demandant à rejoindre la Mission de Paris, il est chaleureusement accueilli par le supérieur, Jacques Hollande.

- Octobre 1949 : détaché à la Mission de Paris, dans l’équipe de la rue Ganneron (18ème arrondissement).

- Janvier 1950 : docteur en théologie, Université de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne). Sujet : Le désir de voir Dieu et sa signification dans la théologie française contemporaine. Jury : Friedrich Stegmüller (directeur) et Eugen Seiterich (examinateur).

- 1949-1954 : Mission de Paris. Très influencé par Henri Barreau. Travaille d’abord à Paris, dans la compagnie d’assurances « La Française ». En 1952, il est embauché à Grenoble, comme assistant de laboratoire à la Société d’électrochimie, d’électrométallurgie et des aciers électriques d’Ugine (SECEMAEU). Il n’est donc pas prêtre-ouvrier stricto sensu (il ne travaille pas en usine) mais lato sensu (prêtre salarié appartenant à la Mission de Paris).

- 1953 : première candidature au CNRS, sur dossier, sans succès.

- Janvier-mars 1954 : lorsque la Hiérarchie épiscopale impose l’arrêt de l’expérience des prêtres-ouvriers, il est en congé de maladie à Grenoble. Dans le débat qui agite alors la Mission de Paris, il se rallie au point de vue d’Henri Barreau contre celui d’André Depierre. Il partage donc la position des prêtres-ouvriers insoumis.

- Avril-septembre 1954 : en contrat avec les Éditions du Seuil, il assure la mise au point de l’ouvrage documentaire Les Prêtres-Ouvriers, finalement abandonné par le Seuil et publié aux Éditions de Minuit.

- Octobre 1954 : attaché de recherche au CNRS, au Centre d’Études sociologiques (recruté à partir du même dossier que l’année précédente, mais après entretien avec Ignace Meyerson). Co-fondateur du Groupe de Sociologie des Religions, avec Henri Desroche, François-André Isambert et Jacques Maître, sous le patronage de Gabriel Le Bras.

- 1955 : rayé de l’Ordo du diocèse de Paris.

- 12 avril 1955 : mariage avec Odile Jacquin, qu’il a connue à Grenoble.

- 1956 : co-fondateur des Archives de Sociologie des Religions, où il assure notamment la coordination du Bulletin bibliographique.

- 1958 : chargé de recherche au CNRS et administrateur du Groupe de Sociologie des Religions.

- 1961 : docteur de troisième cycle en sociologie, Université de Paris-Sorbonne. Sujet : Le « Journal d’un prêtre d’après-demain » (1902-1903) de l’abbé Calippe. Jury : Henri Gouhier, Ignace Meyerson, Gabriel Le Bras. Travail admis comme thèse complémentaire.

- 1962 : docteur d’État ès-lettres, mention sociologie, Université de Paris-Sorbonne. Sujet : Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste. Jury : Henri Gouhier (directeur), Alphonse Dupront, Gabriel Le Bras, Henri-Irénée Marrou.

- 1962 : maître de recherche au CNRS.

- 1963-1965 : directeur d’études à la VIe Section de l’École Pratique des Hautes Études. Séminaire sur « la pensée chrétienne dans les sociétés actuelles ».

- 1966-1968 : réintègre le CNRS.

- 1968-1987 : directeur de recherche au CNRS. Séminaire de sociologie historique du catholicisme

- 1970-1980 : directeur du Groupe de Sociologie des Religions du CNRS (GR 19).

- 1978-2007 : directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

- 1983-1999 : chroniques régulières dans La Croix.

- 2001 : chevalier de la Légion d’Honneur

- 2005-2007 : mission d’étude confiée par le Premier Ministre (Jean-Pierre Raffarin) sur l’histoire des négociations entre la France et le Saint-Siège ayant abouti à la création des associations diocésaines.

- 26 juin 2010 : décès d’Odile Poulat.

- Fin 2010 : création du fonds de dotation « Émile et Odile Poulat – Sant’Egidio France »

- Juin 2012 : dépôt des premiers éléments (200 mètres linéaires : livres, revues, documents de travail) du fonds Émile Poulat à l’Institut d’études avancées de Nantes (Bibliothèque Julien Gracq).

- Juillet 2012 : officier de la Légion d’Honneur (décoré à l’Élysée, le 9 décembre, date anniversaire de la loi de Séparation des Églises et de l’État, par le Président de la République, François Hollande).

3) Bibliographie

Pour une présentation détaillée jusqu’en 1999, Voir Yvon Tranvouez, « Bibliographie des travaux d’Émile Poulat (1950-1999) », dans Valentine Zuber (dir.), Un objet de science, le catholicisme. Réflexions autour de l’œuvre d’Émile Poulat (en Sorbonne, 22-23 octobre 1999), Paris, Bayard, 2001, p. 291-335 : on y compte 580 entrées, dont 23 livres.

S’y sont ajoutés, depuis 1999, 9 livres et plus de 150 articles ou contributions à des ouvrages collectifs : inventaire en cours (YT) pour publication prochaine.

On relève par ailleurs, sur l’ensemble de sa carrière, plus de 2 000 comptes rendus d’ouvrages, dans diverses revues savantes.

Livres

1 – Les Cahiers manuscrits de Fourier, Paris, Éditions de Minuit, 1957.

2 – Priests and Workers. An Anglo-French Discussion, Londres, SCM Press, 1961 (en collaboration).

3 – Utopie ou anticipation ? Le « Journal d’un prêtre d’après-demain » (1902-1903) de l’abbé Calippe, Paris, Casterman, 1961.

4 – Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, Paris, Casterman, 1962 (2ème éditon, 1976, 3ème édition Albin Michel, 1996). Traduit en italien (1967).

5 – Naissance des prêtres-ouvriers, Paris, Casterman, 1965. Traduit en italien (1967).

6 – Intégrisme et catholicisme intégral. Un réseau secret international antimoderniste, la « Sapinière » (1909-1921), Paris, Casterman, 1969 (reprint sous le titre L’Affaire de la Sapinière. Intégrisme et catholicisme intégral, Éditions de l’œil du Sphinx, 2012).

7 – Les « Semaines religieuses ». Approche socio-historique et bibliographique des bulletins diocésains français, Lyon, Centre d’Histoire du catholicisme français, 1973.

8 – Catholicisme, démocratie et socialisme. Le mouvement catholique et Mgr Benigni de la naissance du socialisme à la victoire du fascisme, Paris, Casterman, 1977.

9 – Église contre Bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, Paris, Casterman, 1977 (2ème édition, Berg International, 2006). Traduit en italien (1984).

10 – Une Église ébranlée. Changement, conflit et continuité de Pie XII à Jean-Paul II, Paris, Casterman, 1980.

11 – Modernistica. Horizons, physionomies, débats, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1982.

12 – Le Catholicisme sous observation, entretiens avec Guy Lafon, Paris, Centurion, 1983.

13 – Critique et mystique. Autour de Loisy ou la conscience catholique et l’esprit moderne, Paris, Centurion, 1984.

14 – L’Église, c’est un monde. L’ecclésiosphère, Paris, Éditions du Cerf, 1986.

15 – L’Appel de la JOC, Paris, Éditions du Cerf, 1986 (en collaboration avec Jo Debès).

16 – Poussières de raison. Esquisses de météosociologie dans un monde au risque de l’homme, Paris, Éditions du Cerf, 1988.

17 – Liberté, laïcité. La guerre des deux France et le principe de la modernité, Paris, Éditions du Cerf/Éditions Cujas, 1988.

18 – L’Ère postchrétienne. Un monde sorti de Dieu, Paris, Flammarion, 1994.

19 – La Galaxie Jésus. Un Évangile et des Églises : deux millénaires d’expansion chrétienne, Paris, Éditions de l’Atelier, 1994.

20 – L’Antimaçonnisme catholique, Paris, Berg International, 1994 (en collaboration avec Jean-Pierre Laurant).

21 – Où va le christianisme ? À l’aube du troisième millénaire, Paris, Plon/Mame, 1996.

La Solution laïque et ses problèmes, Paris, Berg International, 1997.

22 – Les Prêtres-ouvriers. Naissance et fin, Paris, Éditions du Cerf, 1999.

23 – L’Université devant la mystique. Expérience du Dieu sans mode, transcendance du Dieu d’amour, Paris, Salvator, 1999.

24 – Le Christianisme à contre-histoire, entretiens avec Dominiquer Decherf, Paris, Éditions du Rocher, 2003.

25 – Notre laïcité publique. « La France est une République laïque », Paris, Berg International, 2003.

26 – La Question religieuse et ses turbulences au XXe siècle. Trois générations de catholiques en France, Paris, Berg International, 2005.

27 – Les Diocésaines. République française, Église catholique : Loi de 1905 et associations cultuelles, le dossier d’un litige et de sa solution (1903-2003), Préfaces de M. Dominique de Villepin, Premier ministre, et de Son Éminence le cardinal Angelo Sodano, Secrétaire d’État émérite, Paris, La Documentation française, 2007.

28 – France chrétienne, France laïque. Ce qui meurt et ce qui naît, entretiens avec Danièle Masson, Paris, Desclée de Brouwer, 2008.

29 – Aux carrefours stratégiques de l’Église de France. XXe siècle, Paris, Berg International, 2009.

30 – Scruter la loi de 1905. La République française et la Religion, Paris, Fayard, 2010 (avec le concours de Maurice Gelbard).

31 – Les Juifs, l’Église et la Shoah, Paris, Berg International, 2013.

32 – L’Histoire savante devant le fait chrétien, Paris, Parole et Silence, 2014.

Yvon Tranvouez

Centre de Recherche Bretonne et Celtique (EA 4451) - Université de Brest

  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org