Navigation – Plan du site
Varia

L’évolution de l’expertise médicale des guérisons de Lourdes au regard de la « conversation de gestes »

Introduction : de quoi rient les rationalistes ?
The evolution of the medical expertise of Lourdes’ cures relatively to the “conversation de gestes
La evolución de la expertise médica de las sanaciones de Lourdes
en relación con la “conversación de gestos”
Laetitia Ogorzelec
p. 221-242

Résumés

Par-delà une confrontation statique entre rationalistes et médecins catholiques, cet article propose de revenir sur la « conversation de gestes » qui s’instaure, dès la fin du xixe siècle, entre les médecins du Bureau médical du sanctuaire de Lourdes, chargés d’expertiser les guérisons déclarées « miraculeuses », et leurs détracteurs : positivistes, médecins athées ou libres penseurs... En suivant les réajustements qu’ils mettent en œuvre dans la phase médicale de la procédure de reconnaissance des miracles à Lourdes, notre analyse montre que les médecins du sanctuaire s’efforcent de se maintenir « dans le vrai » du discours médical de leur époque afin de continuer à établir, au terme de leurs enquêtes, les certitudes que l’Église attend d’eux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

De la mise en place des répertoires de guérisons à la création du Bureau médical
De la guérison surnaturelle à la guérison inexplicable
Le passage de la médecine hippocratique à la médecine expérimentale
La stratégie offensive des médecins catholiques
Les guérisons de Lourdes et la question de l’hystérie
Créer une « société savante »

Aperçu du texte

« Celui qui veut tuer le plus complètement se met à rire. » (Nietzsche, 1993 : 535)

En janvier 1910, à la Société Médicale de Milan dont il est membre, le Docteur Gemelli expose à ses confrères « les raisons scientifiques qui l’ont amené à conclure à la possibilité de guérisons extranaturelles » (E. Le Bec, 2004 : 134). C’est dans ce cadre qu’il relate le cas de Pierre De Rudder. En 1867, à la suite de la chute d’un arbre, cet ouvrier belge souffre d’une fracture ouverte de la jambe gauche. Malgré des soins « assidus et prolongés » apportés par trois médecins de Bruges, la consolidation ne s’opère pas. Une plaie gangreneuse communiquant avec le foyer de la fracture contraint le blessé à garder le lit pendant plus d’un an. En 1875, huit ans après l’accident, un examen médical révèle que « la partie inférieure de la jambe ne tient plus à la partie supérieure et est mobile en tout sens. Les deux fragments de l’os cassé sont alors distants de 0,03 m et visibles au fond d’une grande plaie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Ogorzelec, « L’évolution de l’expertise médicale des guérisons de Lourdes au regard de la « conversation de gestes » », Archives de sciences sociales des religions, 166 | 2014, 221-242.

Référence électronique

Laetitia Ogorzelec, « L’évolution de l’expertise médicale des guérisons de Lourdes au regard de la « conversation de gestes » », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 166 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/26037 ; DOI : 10.4000/assr.26037

Haut de page

Auteur

Laetitia Ogorzelec

Université de Franche-Comté, LASA-UFC (EA 3189), laetitia.ogorzelec@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org