Navigation – Plan du site
Varia

Foi « bonne » et « bonne foi » : du conflit des vérités au dialogue des convictions

In Good Faith. From conflicting truth-claims to interfaith dialogue
Fe “buena” y “buena fe”. Del conflicto de las verdades al diálogo de las convicciones
Élise Rouméas
p. 199-220

Résumés

Dans cet article, je défends l’argument suivant : le pluralisme libéral permet de justifier le « dialogue interreligieux », c’est-à-dire un échange égalitaire entre des personnes de croyances religieuses différentes. Je propose une analyse – théorique, mais non théologique – de la manière avec laquelle des théologiens pluralistes récusent une interprétation de la diversité religieuse en termes de « prétentions conflictuelles à la vérité » [conflicting truth-claims]. Le rapport aux autres vérités religieuses évolue. Il n’est plus le rapport asymétrique de la vérité face à l’erreur, mais un rapport d’égalité entre des convictions religieuses conscientes de leur faillibilité. Grâce au pluralisme libéral, une réconciliation entre foi religieuse et dialogue égalitaire est possible. Ce qui importe n’est plus la définition de la foi « bonne », mais la reconnaissance de la « bonne foi » des interlocuteurs dans leur quête de vérité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

De la compétition à la communion des dieux
« Nos fois nous séparent » : dépasser l’insurpassabilité
« Notre foi nous rassemble » : trouver un terrain commun
Dialoguer de foi « bonne » entre gens de « bonne foi »
Le dialogue « intrareligieux » : la rencontre des convictions
Un dialogue « sans conviction » ?

Aperçu du texte

La question des vérités en conflit peut se poser de manière aiguë dans un contexte de pluralité religieuse. Il est fréquent, du moins, d’interpréter ainsi le problème qu’elle soulève. C’est ce que fait par exemple le philosophe John Rawls lorsqu’il évoque le fait du pluralisme raisonnable (J. Rawls, 2007). Le pluralisme raisonnable est la coexistence dans une même entité politique d’une pluralité de doctrines compréhensives, religieuses, morales ou philosophiques, incompatibles entre elles et, pourtant, raisonnables. Dans un espace de liberté démocratique, le libre usage de la raison conduit à une diversité des conceptions du bien. Cette pluralité génère des antagonismes : « Le libéralisme politique considère que les conflits les plus insolubles sont ceux qui portent sur les questions les plus élevées, comme la religion, les visions philosophiques du monde, les différentes conceptions du bien moral » (J. Rawls, 2007 : 28). Par conséquent, une conception politique de la justice se ga...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Rouméas, « Foi « bonne » et « bonne foi » : du conflit des vérités au dialogue des convictions », Archives de sciences sociales des religions, 166 | 2014, 199-220.

Référence électronique

Élise Rouméas, « Foi « bonne » et « bonne foi » : du conflit des vérités au dialogue des convictions », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 166 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/26025 ; DOI : 10.4000/assr.26025

Haut de page

Auteur

Élise Rouméas

Centre de recherches politiques, Sciences Po (CEVIPOF), CNRS UMR 7048, elise.roumeas@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org