Navigation – Plan du site
Varia

À l’ombre de l’UNESCO. « Patrimoine mondial » et minorité catholique sur une île grecque

In the shade of UNESCO. World heritage and catholic minority on a Greek island
À la sombra de la UNESCO. “Patrimonio mundial” y minoría católica en una isla griega
Cyril Isnart
p. 181-198

Résumés

Ce texte tente d’évaluer les effets contemporains de l’inscription sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité de la ville fortifiée de Rhodes (Grèce) sur la minorité catholique de cette île de Méditerranée. Les Catholiques se placent dans un réseau complexe de relations à l’histoire coloniale italienne du Dodécanèse, aux monuments conservés dans l’enceinte classée, aux activités touristiques de masse et aux liens interconfessionnels locaux. L’enjeu de cette contribution réside dans la description et la contextualisation historiques des effets directs et indirects, religieux et identitaires, d’une labellisation de type UNESCO, en confrontant les vocabulaires, les usages et les conceptions du patrimoine et de la culture qu’elle implique à l’intérieur d’un groupe doublement confronté à son statut de minorité religieuse et à sa fonction pastorale éphémère durant la saison estivale.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Grecia, UNESCO, catolicismo, minoría, Italia
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Une minorité entre deux passés
Le vocabulaire de la patrimonialisation selon l’UNESCO
Topographier patrimonialement l’espace catholique
Des rituels catholiques multilingues et partagés
Une praxis patrimoniale proprement religieuse ?

Aperçu du texte

La ville de Rhodes, à l’extrême sud-est de la Grèce insulaire et à une vingtaine de kilomètres de la Turquie, est un territoire pluriconfessionnel depuis plusieurs siècles. Cette terre de refuge des juifs d’Espagne fut également le siège de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem jusqu’en 1522, un territoire florissant pendant la longue période ottomane, un lieu d’implantation précoce de missions franciscaines et une colonie italienne entre 1917 et 1943, avant d’être rattachée à la nation grecque en 1947. Comme de nombreux lieux de Méditerranée, juifs, musulmans, catholiques et orthodoxes de Rhodes ont donc formé une société religieuse plurielle, dans laquelle différentes confessions pouvaient vivre côte à côte tout en étant dominées tantôt par les catholiques, tantôt par les musulmans, tantôt par les orthodoxes. Au milieu du xxe siècle pourtant, Rhodes s’est radicalement transformée en devenant un site touristique et patrimonial majeur de la Méditerranée orientale, qui peut s’enorgueill...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Isnart, « À l’ombre de l’UNESCO. « Patrimoine mondial » et minorité catholique sur une île grecque », Archives de sciences sociales des religions, 166 | 2014, 181-198.

Référence électronique

Cyril Isnart, « À l’ombre de l’UNESCO. « Patrimoine mondial » et minorité catholique sur une île grecque », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 166 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/26017 ; DOI : 10.4000/assr.26017

Haut de page

Auteur

Cyril Isnart

Universidade de Évora, Portugal – CIDEHUS, isnart@uevora.pt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org