Navigation – Plan du site
Dissidences. Jalons dans l’œuvre de Leszek Kołakowski (1927-2009)

Leszek Kołakowski/Jean Séguy. Penser l’Église

Leszek Kołakowski/Jean Séguy. Thinking the Church
Leszek Kołakowski/Jean Séguy. Pensar la Iglesia
Sophie Houdard et Dinah Ribard
p. 97-113

Résumés

L. Kołakowski, philosophe marxiste, et Jean Séguy, sociologue wébérien, étudient les différentes formes de la dissidence religieuse à l’époque moderne, pour modéliser la relation conflictuelle entre la conscience chrétienne et l’Église. Les mêmes catégories, Église, secte, conflit et les mêmes schémas d’évolution sont mis en œuvre dans Chrétiens sans Église. La conscience religieuse et le lien confessionnel au xviie siècle (1969) et dans les articles de Séguy qui paraissent au même moment. Pourtant leurs approches sont apparemment profondément opposées ; Séguy lui-même a rédigé un compte-rendu de Chrétiens sans Église dans lequel il pointe, en y insistant, la différence entre l’étude philosophique (doctrinale) et sociologique du passé. Cet article explorera les proximités troublantes que produisent l’attention portée à la dissidence et au conflit dans les deux méthodes suivies.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Kołakowski
Du formel au spirituel : l’Église et sa mutation sectaire
L’Église romaine ou l’impossible réforme de la Contre-Réforme
Jean Séguy

Aperçu du texte

Chrétiens sans Église de Kołakowski explore un large spectre de conflits internes au christianisme pour souligner les antinomies fondamentales qui opposent la conscience religieuse à la confession, la religion à sa forme réifiée, manifestée par les institutions ecclésiastiques qui veillent sur les doctrines et organisent les pratiques. L’ouvrage est impressionnant par l’étendue des phénomènes observés, leur variété, leur complexité, mais aussi par l’effort réflexif mené de bout en bout sur les méthodes suivies, les instruments d’analyse, et les interprétations que l’entreprise produit et dont l’auteur vérifie la légitimité et les manques.

L’un de ses traits les plus frappants est la négativité qui forme étrangement le socle de ce massif, parce qu’elle touche les objets observés comme leur interprétation. Les phénomènes de la conscience religieuse dissidente sont des « phénomènes purement négatifs » (p. 799), d’abord parce qu’ils ne peuvent être étudiés qu’en fonction de ce qu’ils con...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Houdard et Dinah Ribard, « Leszek Kołakowski/Jean Séguy. Penser l’Église », Archives de sciences sociales des religions, 166 | 2014, 97-113.

Référence électronique

Sophie Houdard et Dinah Ribard, « Leszek Kołakowski/Jean Séguy. Penser l’Église », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 166 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/25977 ; DOI : 10.4000/assr.25977

Haut de page

Auteurs

Sophie Houdard

Articles du même auteur

Dinah Ribard

Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (EA 174-GRIHL), sophiehoudard@gmail.comEHESS (CRH-GRIHL), dinah.ribard@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org