Navigation – Plan du site
Dissidences. Jalons dans l’œuvre de Leszek Kołakowski (1927-2009)

Leszek Kołakowski, Chrétiens sans Église

Histoire paradoxale de la déconfessionnalisation et instabilités méthodologiques
Leszek Kołakowski, Chrétiens sans Église. Paradoxical history of secularization and methodological instabilities
Leszek Kołakowski, Cristianos sin Iglesia. Historia paradojal de la deconfesionalización e inestabilidades metodológicas
Jean-Pierre Cavaillé
p. 83-96

Résumés

On trouve dans Chrétiens sans Église une masse d’informations considérable pour étudier l’histoire de la déconfessionnalisation (entendu par là le processus de désaffiliation à l’égard des appartenances confessionnelles) au début de l’époque moderne, alors même que l’auteur prétend vouloir écarter de son étude les mouvements conduisant à la sortie de la religion. Cet excès de l’enquête eu égard au projet énoncé est symptomatique d’une série d’instabilités théoriques et méthodologiques : une instabilité disciplinaire – entre philosophie et histoire – ; des instabilités de méthode entre la construction de modèles idéaux et un travail historiographique empirique, entre interprétation structurale et explication génétique ; une instabilité philosophique entre matérialisme historique et phénoménologie existentielle. On fait alors l’hypothèse que ces instabilités révèlent une démarche duplice à l’égard de l’idéologie communiste, faite à la fois d’adhésion et de dissidence. Chrétiens sans Église, qui travaille la question de la trahison des mouvements révolutionnaires dans leur institutionnalisation pourrait alors être lu comme une sorte d’archéologie masquée des racines chrétiennes du communisme.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Kołakowski historien malgré lui de la déconfessionnalisation
Instabilités disciplinaires, méthodologiques et philosophiques

Aperçu du texte

C’est préoccupé par la question du procès de déconfessionnalisation que j’ai relu Chrétiens sans Église, ou plutôt que je l’ai lu, car je me suis aperçu, comme d’autres je crois, que je n’avais lu que très partiellement ce livre que je croyais connaître. Kołakowski, du moins dans la traduction française, parle plutôt de non-confessionnalisation ou d’anti-confessionnalisation, ce qui est significatif : étonnamment il ne cherche pas véritablement à décrire un processus historique positif, qui irait de ce qu’il appelle la « nouvelle Réforme » et la Contre-réforme catholique, jusqu’aux Lumières et au- delà. Au contraire, il veut rendre compte de l’échec radical d’un mouvement, dont il n’admet que du bout des lèvres qu’il a « laissé des traces ». Kołakowski entend décrire plutôt et s’efforcer de comprendre un ensemble de phénomènes de la conscience religieuse qu’il qualifie de « négatifs ». Négatifs pour deux raisons indissociables : parce que l’on ne peut les appréhender que négativemen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Cavaillé, « Leszek Kołakowski, Chrétiens sans Église », Archives de sciences sociales des religions, 166 | 2014, 83-96.

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Leszek Kołakowski, Chrétiens sans Église », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 166 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/25946 ; DOI : 10.4000/assr.25946

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org