Navigation – Plan du site
Dissidences. Jalons dans l’œuvre de Leszek Kołakowski (1927-2009)

La philosophie positiviste de Leszek Kołakowski

The positivist philosophy of Leszek Kołakowski
La filosofía positivista de Leszek Kolakowski
François Trémolières
p. 47-59

Résumés

Kołakowski est l’auteur d’une présentation de La philosophie positiviste (1966), lorsqu’il enseignait encore à Varsovie, traduite en français dix ans plus tard (1976). L’ouvrage se donne comme une histoire du positivisme, depuis ses origines médiévales jusqu’à l’empirisme logique. Cette histoire est aussi un examen critique, le positivisme se définissant comme une théorie de la connaissance, mais cette théorie conduisant dans plusieurs cas, notamment le pragmatisme américain (William James), à une idéologie. Dans son analyse de l’œuvre d’Auguste Comte, Kołakowski montre la difficulté à dissocier les deux orientations. On a choisi, dans les limites du présent article, de privilégier ce chapitre et ceux consacrés, d’une part, aux versions antérieures du positivisme (Kołakowski saluant en David Hume « un des plus grands esprits que les Temps modernes aient produits ») ; d’autre part, au « conventionnalisme » (Édouard Le Roy notamment), ainsi qu’aux enjeux généraux de caractérisation et d’évaluation du positivisme.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Positivisme et épistémologie : grandeur de Hume
Critique d’Auguste Comte
Positivisme et métaphysique : quelle philosophie pour « notre temps » ?

Aperçu du texte

L’ouvrage de Leszek Kołakowski consacré à La philosophie positiviste est paru en Pologne en 1966 et en France dix ans plus tard, traduit par Claire Brendel – ce qui en fait le deuxième livre de son auteur disponible en français, sept ans après Chrétiens sans Église. Il a paru intéressant de s’arrêter, en marge d’un dossier consacré pour l’essentiel à ce dernier, à un ouvrage qui en est presque contemporain (rappelons que Chrétiens sans Église était paru en Pologne en 1965), et dont on verra qu’il n’est pas sans allusions à l’histoire du christianisme et la philosophie de la religion.

Avant d’en présenter le contenu, il me faut avouer quelque ignorance. Ne lisant pas le polonais, il ne m’est pas possible d’évaluer cette traduction, même si je crains qu’elle soit parfois un peu incertaine. Je ne suis pas davantage en mesure de situer ce « petit livre » dans l’œuvre de Kołakowski, et notamment de le mettre en perspective avec son Histoire du marxisme (1976) – tant il est clair que le po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Trémolières, « La philosophie positiviste de Leszek Kołakowski », Archives de sciences sociales des religions, 166 | 2014, 47-59.

Référence électronique

François Trémolières, « La philosophie positiviste de Leszek Kołakowski », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 166 | Avril-Juin 2014, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/25911 ; DOI : 10.4000/assr.25911

Haut de page

Auteur

François Trémolières

Université de Paris Ouest Nanterre – La Défense, francois.tremolieres@u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org