Navigation – Plan du site
III. Politique et pouvoir

L’aristocratie catholique au défi des villes capitales

L’exemple de la Maison d’Arenberg au XIXe siècle
Catholic aristocracy takes up the challenge of capital cities. The example of the House of Arenberg in the 19th Century
La aristocracia católica y el desafío de las capitales. El ejemplo de la Maison d’Arenberg en el siglo xix
Bertrand Goujon
p. 245-265

Résumés

Malgré la répulsion et la condamnation suscitées par les mutations et les révolutions dont elles sont le théâtre, les villes-capitales exercent sur l’aristocratie européenne du xixe siècle une forte attractivité en tant qu’espaces stratégiques de domination politique, économique, sociale et culturelle. C’est pourquoi la haute noblesse catholique s’y associe durablement et ostensiblement aux entreprises de reconquête religieuse et à la réinvention multiforme des missions sociales de l’Église en territoire urbain qui visent à freiner, voire inverser un processus de sécularisation. Documentée par des archives privées familiales et par la presse, la Maison d’Arenberg offre une illustration des stratégies fluctuantes et divergentes qui sont suivies par ses branches nationales installées à Bruxelles, Paris et Vienne et qui témoignent de la variété et de la flexibilité des champs des possibles qu’offrent les villes-capitales à ces élites, au risque d’un télescopage des enjeux religieux et sociopolitiques propres à exacerber les clivages et à leur attirer de vives critiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Vivre en aristocrates et en catholiques
Contribuer au maintien et à la consolidation des positions catholiques
S’exposer à la vindicte partisane ou admettre la sécularisation ?

Aperçu du texte

« Toute noblesse dure, même sans privilèges légaux, quand elle demeure profondément historique et terrienne » (Bourget, 1894 : 158) : une telle assertion surprend peu sous la plume de Paul Bourget, dont le retour au catholicisme au cours des années 1890 se double d’un glissement vers un traditionalisme réactionnaire versant lui-même volontiers dans l’exaltation agrarienne. Le fondateur du roman « à thèse » figure alors en bonne place parmi les romanciers chrétiens fin de siècle dont « l’urbaphobie » dénonce une modernité jugée déstabilisatrice et effrayante avec des accents moralisants (Marchand, 2009 : 99-105). Mais ce pourfendeur de l’« enfer des villes » est aussi un mondain accompli qui fréquente inlassablement le « gratin » aristocratique. À défaut des portes du Jockey-club, celles des plus vénérables hôtels particuliers de la capitale s’ouvrent devant lui, comblant un snobisme qui fait son succès dans une partie de son lectorat tout en lui valant les quolibets des caricaturist...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Goujon, « L’aristocratie catholique au défi des villes capitales », Archives de sciences sociales des religions, 165 | 2014, 245-265.

Référence électronique

Bertrand Goujon, « L’aristocratie catholique au défi des villes capitales », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 165 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 20 février 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/25840 ; DOI : 10.4000/assr.25840

Haut de page

Auteur

Bertrand Goujon

CERHIC (Centre d’étude et de recherche en histoire culturelle), EA-2616, Université de Reims Champagne-Ardenne, bertrand.goujon@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org