Navigation – Plan du site
III. Politique et pouvoir

La ville de Québec comme foyer « libéral » au XIXe siècle

Les catholiques canadiens-français entre opportunisme et ultramontanisme
The city of Quebec as a “liberal” center in the 19th century. French Canadian Catholics between opportunism and ultramontanism
La ciudad de Quebec como foco “liberal” en el siglo xix. Los católicos franco-canadienses entre oportunismo y ultramontanismo
Jean-Philippe Warren
p. 227-244

Résumés

Dans la deuxième moitié du xixe siècle, l’antagonisme entre Québec et Montréal s’est très souvent manifesté lors de polémiques religieuses. Or, ce n’est pas Montréal qui incarnait à cette époque, aux yeux de maints observateurs, le haut lieu de la pensée catholique progressiste, mais plutôt Québec. La question dès lors se pose : comment se fait-il que le catholicisme canadien-français a semblé se montrer plus ouvert dans une ville que dans l’autre ? Pour comprendre ce fait, cet article s’attarde sur les dynamiques sociopolitiques propres à la capitale québécoise, dynamiques liées à la plus ou moins grande proximité des élites religieuses avec le pouvoir civil. En revenant sur ce facteur, une première lunette d’approche s’offre pour saisir la spécificité de Québec comme capitale d’une colonie, puis d’une province.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Le conte de deux cités
L’opportunisme de Québec
Un gallicanisme « papiste »
La perte du statut de capitale

Aperçu du texte

Je n’aurais pas osé le dire, mais c’est écrit dans un document publié partout : Québec et Montréal sont deux villes ennemies. Ce n’est que trop vrai ! Quel triste destin ! Deux villes qui ont toutes les raisons du monde de s’aimer et qui se détestent, rivales partout, amies nulle part ou bien rarement. (A. Duclos de Celles, 1881 : 416)

La rivalité entre les villes de Québec et de Montréal remonte à très loin, si loin qu’elle fait presque partie du folklore. On peut toutefois affirmer que cette opposition entre les deux plus grandes agglomérations de la province de Québec a pris une tournure pour ainsi dire dramatique à la fin du xixe siècle avec l’irruption sur la scène publique d’une myriade d’affaires qui déchaînèrent les passions des Canadiens de langue française.

En un clin d’œil, prétendait le journaliste Alfred Duclos De Celles en septembre 1881, les esprits sont montés si haut qu’ils pouvaient monter. Polémiques et discussions ont fait rage, et tout a été chauffé à blanc. Jamai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Warren, « La ville de Québec comme foyer « libéral » au XIXe siècle », Archives de sciences sociales des religions, 165 | 2014, 227-244.

Référence électronique

Jean-Philippe Warren, « La ville de Québec comme foyer « libéral » au XIXe siècle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 165 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 20 février 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/25831 ; DOI : 10.4000/assr.25831

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Warren

CRIDAQ (Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité au Québec), Université du Québec à Montréal, Concordia University Research Chair for the Study of Quebec, jphwarren@sympatico.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org