Navigation – Plan du site
II. S'insérer dans la ville

Le monde catholique et les cités-jardins à Bruxelles dans l’entre-deux-guerres

The Catholic world and the garden cities in Brussels during the interwar period
El mundo católico y las ciudades-jardín en Bruselas en el período de entreguerras
Cécile Vanderpelen-Diagre
p. 163-183

Résumés

À partir de l’analyse de la genèse et du développement d’une cité jardin, Kapelleveld, dans la banlieue de Bruxelles, sont examinées les stratégies catholiques de reconquête de l’espace urbain au xxe siècle. S’inspirant des théories hygiénistes développées depuis les années 1900, elles visent, en associant l’État, les autorités locales et l’initiative privée, à permettre aux familles d’accéder à un logement décent. Le projet intègre au départ, dans les années 1920, les catholiques et les socialistes. Des architectes des deux piliers coopèrent d’ailleurs. Les socialistes abandonnent le projet dans les années 1930 (à la faveur de l’habitation multiple). Les catholiques en revanche poursuivent l’entreprise : leur urbaphobie traditionnelle les conduit à vouloir établir « la ville à la campagne ». Le projet de Kapelleveld est construit avec l’appui de nombreux catholiques, qui obtiennent le soutien de la municipalité, alors à majorité catholique. Les congrégations accompagnent l’opération en installant des bâtiments religieux. Cette cité se trouve investie par une manière d’imaginaire utopique qui inspire deux romans au jeune écrivain Jean Libert : Transposition du divin (1936) et surtout Capelle-aux-Champs (1937). Dans ces romans, la cité-jardin se donne comme une microréalisation exemplaire marquée par une convivialité de type personnaliste, elle-même inspirée par le philosophe français Mounier.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Genèse et développement de la Cité du Kapelleveld
Les catholiques et les cités-jardins en Belgique
Kapelleveld, dit Capelle-aux-Champs en littérature
Conclusion en forme d’épilogue

Aperçu du texte

Le thème de la ville comme lieu hypostasiant le vice, la subversion et l’incroyance est bien connu ; il est omniprésent dans la presse quotidienne catholique durant la première moitié du siècle. Cette obsession s’explique par la réalité conjointe au xxe siècle de la déconfessionnalisation des villes et de la propension qu’ont ces dernières à accueillir des expressions confessionnelles plurielles, lesquelles sont galvanisées par les strates d’immigrations successives. Confrontée à cette réalité, l’Église a adopté et combiné des stratégies tantôt discursives, tantôt organisationnelles. Le discours, tel qu’il se déploie dans la presse et la littérature, hésite entre l’invective presque ex-communiante contre des « lieux de perdition » urbains et un prosélytisme plus classique parant les villes de la beauté du défi missionnaire. Quant à l’organisation pastorale et ecclésiale, elle s’est adaptée, comme l’a montré Salvatore Abbruzzese (1999), différemment selon les époques et les régions p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Le monde catholique et les cités-jardins à Bruxelles dans l’entre-deux-guerres », Archives de sciences sociales des religions, 165 | 2014, 163-183.

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Le monde catholique et les cités-jardins à Bruxelles dans l’entre-deux-guerres », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 165 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 20 février 2017, consulté le 22 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/25795 ; DOI : 10.4000/assr.25795

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

CIERL (Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité), Université libre de Bruxelles, cecile.vanderpelen@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org