Navigation – Plan du site
II. S'insérer dans la ville

Demeurer à Babylone

Les jansénistes parisiens à la fin du XVIIIe siècle : entre consommation matérielle et espoirs messianiques
Staying in Babylon. Parisian Jansenists at the end of the 18th century: between material consumption and messianic hopes
Vivir en Babilonia. Los jansenistas parisinos hacia el fin del siglo xviii: entre consumo material y esperanzas mesiánicas
Nicolas Lyon-Caen

Résumés

Paris, véritable Babylone aux yeux des dévots, constitue un des lieux majeurs des transformations de la société d’Ancien régime. Non seulement parce que s’y déploie une sécularisation des pratiques. Mais encore parce s’y diffusent de nouvelles habitudes de consommation, matérielles comme culturelles. Parmi les principaux acteurs de ces évolutions figurent des marchands qui furent aussi au cours du xviiie siècle les fervents soutiens d’un jansénisme rénové par la résistance à la bulle Unigenitus et la foi dans les miracles du diacre Paris. Ce paradoxe se résout lorsqu’on envisage le regard que les derniers « amis de la vérité » portent sur ces transformations sociales et religieuses. Longtemps courant dominant au sein des élites bourgeoises, le jansénisme ne semblait guère rencontrer de difficulté à susciter l’adhésion. Il n’en va plus de même quand, à partir de 1770 environ, se défait la culture civique traditionnelle, le reléguant progressivement au statut de minorité sectaire, partagée entre repli sur soi et espoir de renouveau par des changements plus radicaux encore. Certains rêvent alors de convertir la Babylone parisienne en la nouvelle Jérusalem d’une nation et d’une église régénérée, remodelant leur conception même de la capitale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Le jansénisme, un produit de la capitale
La fin d’un monde, 1760-1780
La recomposition d’une culture civique

Aperçu du texte

Pour vous monsieur qui demeurez à Babilone, mais dont le cœur est à Jérusalem, continuez de soutenir les bras languissants et d’affermir les genouls tremblants, achevez l’œuvre que votre Père céleste vous a confiée ; soyez utile à vos frères.

La formule est bien peu originale qui joue sur l’opposition topique entre les deux cités terrestre et céleste. Elle est proposée en 1764 par le chef d’une secte convulsionnaire, frère Romuald, à l’un de ses disciples, Jean-Baptiste Masquelier (1730-1792). Elle se révèle pourtant intéressante à deux titres. D’abord parce que le discours sur la ville est assez rare chez les jansénistes des Lumières, sinon sur le thème de la déploration. Ensuite parce que pour eux, Paris incarne réellement, au-delà des représentations, Babylone et Jérusalem. Capitale politique, intellectuelle et cléricale du royaume de France, Paris est assurément une Jérusalem janséniste : les adeptes du mouvement, quelle que soit leur tendance particulière, y bénéficient de nombr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lyon-Caen, « Demeurer à Babylone », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 165 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 20 février 2017, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://assr.revues.org/25776 ; DOI : 10.4000/assr.25776

Haut de page

Auteur

Nicolas Lyon-Caen

CRHQ (Centre de recherche d’histoire quantitative), CNRS UMR 6583, Université de Caen Basse-Normandie, nicolas.lyon-caen@unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org