Navigation – Plan du site
I. Faire la ville

L’érection de l’église Sainte-Marie de Schaerbeek « dans le plus bel endroit de la capitale »

Querelles et polémiques autour d’un symbole
The construction of the Church Saint Mary of Schaerbeek “in the most beautiful site of the capital”. Quarrels and polemics about a symbol
La construcción de la iglesia Santa María de Schaerbeek “en el lugar más lindo de la capital” Disputas y polémicas alrededor de un símbolo
Véronique Samuel-Gohin
p. 21-46

Résumés

Le projet pour la construction de l’église Sainte-Marie sur la commune de Schaerbeek a fait l’objet de nombreuses correspondances, écrites entre octobre 1841 et août 1847 par la Fabrique et notamment adressées au ministre de la Justice, responsable de l’administration des cultes, Jules d’Anethan. Les arguments invoqués par la Fabrique pour la défense du projet laissent percevoir une conscience particulièrement aiguë de la forte dimension symbolique d’un édifice religieux placé au sommet de la plus belle artère de la capitale. Les résistances auxquelles ils se heurteront, au-delà des difficultés financières, relèvent en effet d’un différend sur l’inscription de l’édifice religieux au sein de l’espace urbain qui oppose la vision des catholiques conservateurs, adeptes du clocher-porche traditionnel de style néo-classique, et la volonté des libéraux d’ériger un « monument national » exprimant avec force les valeurs du jeune État belge. L’éclectisme de l’édifice apparaît comme une solution architecturale permettant de concilier les points de vue.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La validation du projet de Sainte-Marie en août 1847 : le « monument » entre dans l’« histoire »
Les atermoiements de Jules d’Anethan
Faut-il construire un « monument national » ou une simple « église convenable » ?
Proportions et place de l’église dans la ville
La tour ou le dôme ?
Un bâtiment d’exception pour un lieu d’exception ? Entre désir et refus de l’ostentatoire
Sainte-Marie à la croisée des regards et des représentations idéologiques
Portraits de catholiques : conservatisme et progressisme
L’éclectisme comme symbiose des styles et des sensibilités politiques

Aperçu du texte

Construite à partir de 1847 à Schaerbeek, un faubourg de Bruxelles, l’église Sainte-Marie, par sa forme dérivée des églises à plan centré et par l’inscription spécifique de ce bâtiment religieux au sein de l’espace public, constitue un modèle unique en son temps, dont le caractère totalement novateur fut loin de susciter l’assentiment de l’ensemble de ses contemporains (photo 1). Les nombreuses étapes de la réalisation de l’édifice attestent un parcours semé d’embûches, auxquelles se heurtèrent les initiateurs et réalisateurs du projet, depuis la création de la paroisse de Sainte-Marie, en janvier 1840, la construction d’une église provisoire située rue Saint-Servais, en juin 1840, la pose des fondations de la nouvelle église place de la Reine, qui débute en août 1846, jusqu’à la consécration de la coupole, qui n’aura finalement lieu qu’en 1885. La présente étude, plus spécifiquement consacrée aux difficultés rencontrées par la fabrique, à partir de 1844, pour obtenir la validation ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Samuel-Gohin, « L’érection de l’église Sainte-Marie de Schaerbeek « dans le plus bel endroit de la capitale » », Archives de sciences sociales des religions, 165 | 2014, 21-46.

Référence électronique

Véronique Samuel-Gohin, « L’érection de l’église Sainte-Marie de Schaerbeek « dans le plus bel endroit de la capitale » », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 165 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 25 avril 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/25718 ; DOI : 10.4000/assr.25718

Haut de page

Auteur

Véronique Samuel-Gohin

AUSser (Architecture Urbanistique Société : Savoirs Enseignement Recherche, UMR 3329 CNRS, gohinflor eal@skynet.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org