Navigation – Plan du site

2015 - Fonds Jean Séguy

Isabelle Weiland

Service des archives

Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

ECOLE DES HAUTES ETUDES EN SCIENCES SOCIALES

RAPPORT D’ETAPE (au 29/11/2013)

Communicabilité : les dossiers financiers, fiscaux, d’assurance, immobiliers et concernant la santé du producteur sont non communicables pour une durée à fixer à l’issue de l’inventaire définitif. D’autres documents peuvent être amenés à ne pas être communicables à l’issue de l’inventaire définitif.

Nombre de cartons : 28 « dimabs »

Dates extrêmes : 1798-2007

Identification du producteur : Jean Séguy (1925-2007)

En 2007, à la suite du décès de Jean Séguy, Danièle Hervieu-Léger, l’exécutrice testamentaire du chercheur, réunit les documents conservés au domicile de ce dernier et les met à l’abri jusqu’en 2013, année où elle les donne à l’EHESS.

Le fonds Jean Séguy est arrivé en salle de tri sous la forme de 25 cartons de diverses tailles, aux contenus très mélangés pour la plupart.

Il s’est avéré que le producteur réutilisé des enveloppes usagées afin de classer ses documents personnels et professionnels, en indiquant parfois un contenu ou un thème sur ces enveloppes. Toutefois, le contenu pouvait être modifié en tout ou partie sans que l’indication manuscrite soit barrée et/ou modifiée. De ce fait, l’archiviste ne peut tenir compte des indications mentionnées sur les enveloppes dans lesquelles il trouvera des mélanges de documents personnels et/ou professionnels.

Une autre pratique du producteur ne facilite pas la tâche de l’archiviste : il utilisait le verso de sa correspondance personnelle et professionnelle, ainsi que celui de ses notes manuscrites, pour faire des brouillons. Une liasse de feuilles réunies dans ce but a d’ailleurs été laissée dans le fonds après ce premier classement à titre d’exemple.

Le premier classement du fonds Jean Séguy fait apparaître une partie personnelle informant notamment sur les parents de Jean Séguy, ses revenus et ses dépenses, et une partie professionnelle détaillant ses années d’études, ses activités d’enseignement et de recherche (documentation, correspondance et notes préparatoires à des publications et à des séminaires).

Des photographies complètent ces documents.

Ce fonds apparaît lacunaire sur plusieurs périodes et sur plusieurs types de documents (à titre d’exemple, nous citerons les années comme professeur dans l’enseignement secondaire ou la correspondance concernant ses fonctions de directeur et de rédacteur en chef des Archives de Sciences Sociales des Religions).

Le fonds est cependant riche de nombreux éléments comme la documentation de la thèse sur les Assemblées anabaptistes mennonites de France ou des cahiers de réflexion et de retraites spirituelles.

L’inventaire permettra de mieux appréhender ce fonds complexe dans lequel les préoccupations du croyant sont indissociables de celles du chercheur. Ce travail plus avancé donnera également à voir quel rôle joua Jean Séguy dans le Groupe de Sociologie des Religions.

  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org