Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique

Claire Le Ninan, Le Sage Roi et la clergesse. L’Écriture politique dans l’œuvre de Christine de Pizan

Paris, Honoré Champion, coll. « Études Christiniennes », 12, 2013, 440 p.
Dominique Iogna-Prat
p. 228
Référence(s) :

Claire Le Ninan, Le Sage Roi et la clergesse. L’Écriture politique dans l’œuvre de Christine de Pizan, Paris, Honoré Champion, coll. « Études Christiniennes », 12, 2013, 440 p.

Texte intégral

1Christine de Pizan (v. 1365-1430) est, au moins depuis le début du xixe siècle, l’objet d’un intérêt soutenu dans le cadre d’études diverses sur la naissance de « l’esprit laïque » et ses racines médiévales. Au xxe siècle, les gender studies et l’attention portée à l’écriture des femmes n’ont fait que stimuler l’étude de son œuvre. L’ouvrage de Claire Le Ninan, issu d’une thèse soutenue en 2004 et publié dans la série des « Études Christiniennes », s’inscrit dans cette tradition d’études mais sous l’éclairage original de « l’écriture politique ». Travail centré sur la forme littéraire, Le Sage Roi et la clergesse, vient heureusement compléter les travaux plus ou moins récents d’historiennes de la pensée politique dans la France de la fin du Moyen Âge : Claude Gauvard et Françoise Autrand (C. Gauvard, « Christine de Pizan a-t-elle eu une pensée politique ? », Revue historique, 508, 1973, p. 417-429 ; F. Autrand, Christine de Pizan, Paris, Fayard, 2009).

2D’origine vénitienne, Christine vient, dès sa petite enfance, vivre à Paris, où son père Thomas de Pizan, médecin et astrologue, a été appelé au service du roi Charles V. Mariée toute jeune à Étienne de Castel, notaire et secrétaire du roi, qui la laisse veuve à 25 ans, en 1389, Christine passe l’essentiel de sa vie auprès de la cour royale et des hôtels princiers, sous le règne troublé de Charles VI, le roi fou, pendant des années particulièrement agitées sur fond de guerre de Cent Ans et de guerre civile. Christine est aujourd’hui surtout connue comme poète, mais ses traités de morale sont aussi de première importance. Porte-voix de la cause des femmes dans Le livre de la Cité des Dames, elle mérite d’être comptée parmi les penseurs politiques du xve siècle, à la fois pour un grand texte allégorique qui prend la forme d’un songe, le Livre de l’Advision Cristine (1405), et la biographie idéale du roi « sage » Charles V, Le Livre des faits et bonnes mœurs du roi Charles V le sage (1404), qui forme une trilogie avec Le Livre du corps de policie (1406-1407), manuel de bon gouvernement destiné au prince héritier, Louis de Guyenne (1397-1415), et Le Livre de paix, rédigé en pleine guerre civile (1412-1413) pour revenir sur l’exemplarité de Charles V au point de passer pour « un autre Charles V ».

3Écrivain politique de poids, Christine incarne, parmi les auteurs de l’héritage aristotélicien, une figure doublement paradoxale, comme laïque et comme femme. Laïque, elle se place dans la mouvance de figures d’écrivains non clercs, qu’il s’agisse d’autorités du passé, tels Ovide et Valère Maxime, ou de l’autorité plus récente de Dante, qui marque, au tournant des années 1300, la sortie du binôme clerc/laïc référé à l’opposition literatus/illiteratus, avec l’émergence, en milieu urbain, de la figure du laïc lettré et de l’« humanisme laïque ». Femme de lettres, Christine doit par ailleurs s’imposer, entre monde d’Église et milieux de cour, dans le champ des savoirs intellectuels, qui est le périmètre fonctionnel des clercs. Usant fréquemment du discours à la première personne – « Je, Christine » –, elle écrit pour se poser « en instance énonciatrice et pouvoir d’autorité ». Légitimée par son appartenance à la cour royale et par les commandes princières, elle se démarque des clercs et de leur misogynie tout en se construisant une « identité cléricale » dans l’appropriation des techniques savantes héritées du monde des clercs – compilation, récit exemplaire, allégorie – pour accéder à la fonction de passeuse, de médiatrice, d’interprète, et d’exégète, qui institue l’autorité du locuteur savant au Moyen Âge. Voix prophétique à l’heure de défendre l’inspiration de Jeanne d’Arc et l’avènement d’un « roi parfait » œuvrant à la renaissance de la France, dans le Ditié de Jehanne d’Arc (1430), Christine est bien une « clergesse » au sens de la sagesse qui s’emploie, au service des princes, à scruter de haut l’art et la manière de gouverner les hommes.

4L’ouvrage de C. Le Ninan est organisé en deux parties. La première est consacrée à la représentation de l’écrivain en « clergesse » et à la construction d’une figure d’autorité féminine issue des milieux laïques. La seconde se concentre sur « la clergesse et son texte » afin de cerner les techniques à l’œuvre dans la « leçon politique » que Christine élabore par touches successives, en son nom propre de visionnaire ou à travers le portrait de Charles V, sur le mode de l’allégorie et de l’exemplum. Cette étude fouillée des choix d’écriture a le grand intérêt de montrer quelles voies inattendues peut prendre la littérature politique en dehors des grands traités contemporains dans la veine de l’aristotélisme politique, du type du De Regimine principum de Gilles de Rome, dont Christine s’inspire d’ailleurs. La réflexion de Christine sur la « sagesse » du prince porteur des aspirations de la communauté chrétienne à une « vie vertueuse » intéressera tout lecteur s’interrogeant sur les phénomènes de « sécularisation latente ou interne » et des transferts de sacralité de l’Église à l’État dans le long terme de l’histoire occidentale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Iogna-Prat, « Claire Le Ninan, Le Sage Roi et la clergesse. L’Écriture politique dans l’œuvre de Christine de Pizan », Archives de sciences sociales des religions, 164 | 2013, 228.

Référence électronique

Dominique Iogna-Prat, « Claire Le Ninan, Le Sage Roi et la clergesse. L’Écriture politique dans l’œuvre de Christine de Pizan », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 164 | 2013, mis en ligne le 05 mars 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://assr.revues.org/25534

Haut de page

Auteur

Dominique Iogna-Prat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org