Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique

Jean-François Cottier, Daniel-Odon Hurel, Benoît-Michel Tock (Ed.), Les personnes d’autorité en milieu régulier. Des origines de la vie régulière au xviiie siècle

Actes du septième colloque international du CERCOR, Strasbourg, 18-20 juin 2009, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « Congrégations, ordres religieux et sociétés », 2012, 616 p.
Bertrand Marceau
p. 163
Référence(s) :

Jean-François Cottier, Daniel-Odon Hurel, Benoît-Michel Tock (Ed.), Les personnes d’autorité en milieu régulier. Des origines de la vie régulière au xviiie siècle, Actes du septième colloque international du CERCOR, Strasbourg, 18-20 juin 2009, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « Congrégations, ordres religieux et sociétés », 2012, 616 p.

Texte intégral

1Alors qu’en octobre 2012 le Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux (CERCOR) fêtait à Saint-Étienne les trente ans de sa fondation, est paru le solide volume sur Les personnes d’autorité en milieu régulier, rassemblant les actes du colloque précédent tenu par le même Centre à Strasbourg en juin 2009. Après un propos liminaire rabelaisien sur la remise en cause au xvie siècle des deux fondements de l’autorité régulière dans le monachisme occidental (la règle et l’abbé), les directeurs de la publication fixent le but du volume : « étudier la personne d’autorité plus que simplement le concept ou le phénomène de l’autorité » (p. 6). Si les sources normatives sont bien abordées tout au long du livre, c’est en effet leur dimension performative qui est au cœur de la problématique. Bien que les congrégations et sociétés variées nées à l’époque moderne soient écartées, les dimensions de l’étude sont larges, aussi bien par l’ampleur du sujet, par la longueur de la chronologie que par l’insertion des traditions d’Orient et d’Occident. Divisé en quatre parties (les fondements de l’autorité ; l’exercice de l’autorité ; les personnes d’autorités et pouvoirs extérieurs ; les enjeux de pouvoir), cet ouvrage se signale en conséquence par sa richesse foisonnante. Il vient en outre couronner une série de travaux divers portant sur la production documentaire des supérieurs qui contrôlent et protègent les établissements religieux au Moyen Âge (O. Guyotjeannin, « Les rapports avec les instances supérieures », in A. Vauchez et C. Caby (éd.), L’histoire des moines, chanoines et religieux au Moyen Âge. Guide de recherches et documents, Turnhout, 2003, p. 179-228.), sur les conditions d’exercice de l’autorité législative, règlementaire et spirituelle chez les Dames de la Charité à l’époque moderne (M. Brejon de Lavergnée, Histoire des Filles de la Charité (xviie-xviiie siècle). La rue pour cloître, Paris, 2011, 690 p. Cf. ASSR, 160), ou sur les questions de genre et de sexe dans l’autorité ecclésiastique à la même période (M. Bernos, « Résistances féminines à l’autorité ecclésiastique à l’époque moderne (xviie-xviiie siècles) », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 15, 2002, p. 103-110). De manière générale, et bien après les premiers travaux de synthèse sur l’autorité intérieure et extérieure des supérieurs réguliers en Orient et en Occident, autorité que seule la mort vient interrompre (P. Salmon, L’abbé dans la tradition monastique. Contribution à l’histoire du caractère perpétuel des supérieurs religieux en Occident, Paris, 1962, IX-168 p. ; G. Constable, « The Authority of Superiors in the Religious Communities », in G. Makdisi, D. Sourdel et J. Sourdel-Thomine, La notion d’autorité au Moyen Âge. Islam, Byzance, Occident. Colloques internationaux de La Napoule (23-26 octobre 1978), Paris, 1982, p. 189-210), le concept comprend à la fois le droit de commandement et le pouvoir de se faire obéir, d’autant plus que l’autorité est religieuse (C. Décobert et G. Lobrichon, « Autorité religieuse », in R. Azria et D. Hervieu-Léger (éd.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, 2010, p. 68-75).

2Sans résumer ni relativiser la profusion des communications, on soulignera simplement quelques-uns des apports notables du volume au problème de l’autorité en milieu régulier. D’abord, ce livre en reprend à nouveau frais les soubassements théoriques, et souligne non seulement les traits de continuité comme l’obéissance au fondement de toute vertu selon saint Augustin, mais aussi les sens plus discrets peut-être quoiqu’aussi importants, comme celui de Bernard de Clairvaux, pour lequel l’autorité du supérieur ne se résume pas à la puissance mais s’astreint à rechercher l’acceptation de ceux qui sont gouvernés (Gert Melville, « Les fondements spirituels et juridiques de l’autorité dans la vita religiosa médiévale : approche comparative », p. 13-25). Prise dans la question du salut individuel et dans celle de la cohésion de la communauté, l’autorité sert d’intermédiaire au religieux, à l’intersection de la transcendance de Dieu et de l’immanence du milieu régulier. Des figures exemplaires viennent illustrer pour la période médiévale cette médiation, à la fois spirituelle et politique, à l’instar d’Anselme de Cantorbéry, dont la vie forme le modèle narratologique de la carrière monastique idéale (Jean-François Cottier, « Autorité et figures d’autorité autour de la Vita Anselmi d’Eadmer de Cantorbéry », p. 47-60). Mais cet effort réflexif n’épuise pas le pluralisme normatif médiéval, notamment le modèle d’autorité théologique postulé par Gerson, dans une optique à la fois pastorale et réformatrice (Isabel Iribarren, « Les grandes eaux de la doctrine au xve siècle : Jean Gerson, les célestins et les franciscains spirituels », p. 315-331). La chair visible incarnant aux yeux des contemporains cette autorité n’est pas oubliée, soit qu’elle trouve sa matérialité dans la promulgation des actes ou dans le sceau personnel, malgré un certain partage avec le convent anonyme, comme le montre l’étude diplomatique des actes (Benoît-Michel Tock, « La personne d’autorité dans les chartes du Nord de la France au xiie siècle », p. 131-140), soit qu’elle emprunte le pouvoir des images par le moyen des gravures, suivant le cas des estampes conservées à la Bibliothèque nationale de France pour le ministère long et mouvementé du père Petit dans l’Europe baroque et sur le modèle des canons flamands (Jean-Luc Liez, « Le portrait comme affirmation d’autorité : l’exemple du père Louis Petit (1580-1612/1652), ministre général de l’ordre des Trinitaires », p. 201-208). Pour l’historien du religieux, un moyen d’appréhender et d’ordonner la richesse de ces problématiques réside dans l’étude soigneuse des régimes juridiques de l’autorité en milieu régulier.

3Des études de cas peuvent alors préciser les changements des régimes juridiques, soit la rationalisation de l’autorité, qui devient hiérarchisée et souvent limitée dans l’ordo fratrum Predicatorum, où l’autorité s’éloigne du modèle monastique (Florent Cygler, « Personnes d’autorité et autorité dans l’ordre des frères prêcheurs au Moyen Âge », p. 61-78), soit l’extension des prérogatives du statut abbatial aux abbesses cisterciennes, qui exercent une véritable auctoritas dans leur communauté (Alexis Grélois, « L’abbesse cistercienne entre l’ordre et l’ordinaire (France, fin xiie-milieu du xive siècle) », p. 117-130), soit encore la transformation du pouvoir monarchique de l’higoumène en pouvoir aristocratique avec les moines notables dans les établissements religieux athonites dans le cadre du recul du cénobitisme strict (Christophe Giros, « Les mutations de l’autorité dans les monastères du Mont-Athos aux xive-xve siècles », p. 155-163). Pour le seul Moyen Âge, la diversité des situations étudiées peut s’illustrer dans le milieu régulier de l’Italie méridionale, qui juxtapose et fait s’interpénétrer les traditions monastiques orientales (notamment byzantines : érémitisme, cénobitisme et laures) et occidentales. De ce laboratoire privilégié pour l’histoire comparative se dégage la concomitance chronologique de l’imposition de la règle au xie siècle, comme fruit séculaire de l’exercice de l’autorité, et l’importance des pouvoirs extérieurs, particulièrement le patronage politique comtal ou royal comparable au droit de l’empereur dans les monastères byzantins (Annick Peters-Custot, « Le monachisme italo-grec, entre Byzance et l’Occident (viiie-xiiie siècles) : autorité de l’higoumène, autorité du charisme, autorité de la règle », p. 251-266).

4Par suite se pose la question majeure des rapports entre autorités internes et externes au milieu régulier. Si les institutions propres au contrôle externe sont anciennes, comme le cardinal protecteur institué dès 1223 chez les mineurs (Cristina Andenna, « Le cardinal protecteur dans les ordres mendiants : une personne d’autorité ? », p. 289-313), on ne doit pas inférer de la permanence institutionnelle une autorité inchangée. La protection des ordres, office qui s’étend dans la seconde moitié du xiiie siècle aux religieux trinitaires, carmes ou cisterciens, connaît ainsi des évolutions marquées, depuis la protection originelle et la garantie de l’orthodoxie jusqu’à la restriction de ses pouvoirs au profit du système de contrôle interne. Du grand nombre d’autorités extérieures appelées à exercer leurs pouvoirs, on ne peut déduire non plus un sens univoque entre autorités externes et internes. En effet, un moment de crise aussi important que le Grand Schisme d’Occident (1378-1417) met en lumière le rôle particulier des abbés bénédictins afin de résoudre le déficit d’autorité qui s’est manifesté au plus haut degré de l’institution ecclésiale, quand il est question notamment de la soustraction d’obédience au pape (Hélène Millet, « Des abbés ou des maîtres ? Les fondements de l’autorité des abbés appelés à résoudre le Grand Schisme d’Occident », p. 333-348). Bien que les abbés forment un groupe voire un agrégat hétérogène, et bien que leur qualité de maître et de moine soit double grâce au grade universitaire, les abbés offrent le témoignage d’une conception stricte de l’éthique chrétienne, associant l’humilité à la conscience fine de l’obéissance qu’ils imposent et qu’ils doivent rendre tout ensemble. Devant l’ampleur du schisme et le caractère pressant de sa résolution, ils peuvent encore se résoudre à l’objection de conscience. Née dans les milieux réguliers, la casuistique prend un tour nouveau après le concile de Trente, comme signe et comme conséquence de la confessionnalisation (Jean-Pascal Gay, « Le casuiste dans la communauté : l’expertise comme mode nouveau de gestion de l’autorité communautaire à l’époque moderne », p. 349-368). Lors des conférences de cas et dans un genre dominé par les théologiens de la Compagnie de Jésus, les communautés régulières produisent et sont destinatrices des nouvelles formes de discours et de doctrines moraux du catholicisme moderne, afin notamment de préparer les confesseurs et dans une forme de continuité avec les pratiques médiévales. La période moderne est ainsi le temps des redéfinitions plurielles, voire plastiques, qui affectent les ordres anciens comme les clunisiens à la recherche d’un nouvel équilibre institutionnel entre abbé, chapitre général et prieur (Daniel-Odon Hurel, « La question de l’autorité et des personnes d’autorité dans le monachisme bénédictin à l’époque moderne », p. 79-90 ; Grégory Goudot, « Tradition locale et système clunisien. Hiérarchie et autorité dans les abbayes d’obédience de l’ordre de Cluny à l’époque moderne », p. 379-393).

5Les bouleversements post-tridentins imposent aux milieux réguliers de résoudre des tensions nouvelles. Dans l’ordre dominicain, la contestation de la réforme de l’observance s’appuie dans le royaume de France sur le renouvellement des traditions gallicanes et met en jeu l’autorité du supérieur religieux étranger (Ninon Maillard, « Les conditions d’exercice de l’autorité du maître général de l’ordre des Frères Prêcheurs en France au xviie siècle », p. 175-186). La diffusion de la réforme tridentine modifie par elle-même les pratiques d’autorité, contribuant à la redéfinition des pouvoirs du patriarche et des évêques sur les communautés maronites fidèles à Rome (Sabine Mohasseb Saliba, « Les retombées de la réforme catholique tridentine sur l’exercice de l’autorité dans les milieux ecclésiastiques et monastiques maronites (xvie-xixe siècles »), ou élaborant de nouvelles formes de contrôle législatif et réglementaire de l’évêque sur les établissements réguliers de son diocèse (Frédéric Meyer, « L’autorité du bureau épiscopal sur les réguliers en France aux xviie et xviiie siècles »). Parallèlement à la mise en place des institutions romaines spécifiques, comme la congrégation des évêques, et régulières, le bureau épiscopal accroît par exemple la surveillance des maisons féminines et autorise les confesseurs des moniales, sans toutefois aller jusqu’aux inspections pastorales concrètes.

6Au terme de ce riche parcours sur les pouvoirs polymorphiques en milieu régulier, dont on ne donne ici qu’un maigre aperçu, la production voire la coproduction par la circulation des autorités apparaît comme un processus en constant renouvellement depuis l’invention du monachisme. La réarticulation de ces dispositifs n’est pas qu’une réaction aux caractéristiques et aux évolutions du monde séculier, elle est aussi une nécessité de la vie régulière afin de transmettre la tradition monastique dans les cadres géographique et chronologique les plus divers de l’Orient et de l’Occident. À travers les vicissitudes de l’histoire et même ses désastres, la permanence du phénomène régulier trouve ici une part d’explication, que l’historien ne pourra plus négliger après la parution de ce volume roboratif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Marceau, « Jean-François Cottier, Daniel-Odon Hurel, Benoît-Michel Tock (Ed.), Les personnes d’autorité en milieu régulier. Des origines de la vie régulière au xviiie siècle », Archives de sciences sociales des religions, 164 | 2013, 163.

Référence électronique

Bertrand Marceau, « Jean-François Cottier, Daniel-Odon Hurel, Benoît-Michel Tock (Ed.), Les personnes d’autorité en milieu régulier. Des origines de la vie régulière au xviiie siècle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 164 | 2013, mis en ligne le 19 février 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/25437

Haut de page

Auteur

Bertrand Marceau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org