Navigation – Plan du site
Varia

Entre pandémie et panislamisme

L’imaginaire colonial du pèlerinage à La Mecque (1866-1914)
Between pandemic and pan-Islamism. Colonial imagination of the pilgrimage to Mecca (1866-1914)
Entre pandemia y panislamismo. El imaginario colonial de la peregrinación a La Meca (1866-1914)
Luc Chantre
p. 163-190

Résumés

Suite à l’épidémie de choléra de 1865, les lieux saints de l’islam sont identifiés comme l’un des foyers de propagation du choléra qui menacent directement l’Europe. On ne peut cependant comprendre la violence de la réaction des empires et le discrédit alors jeté sur le pèlerinage à La Mecque (hajj) sans se référer aux nombreux « récits de contagion » qui circulent à cette époque, assimilant l’islam à une forme de contagion. En même temps qu’il tend à transformer les pèlerins pauvres, qu’ils soient indiens ou algériens, en « groupes à risque », cet imaginaire colonial du hajj a provoqué, jusqu’à la Grande Guerre, les mesures de protection les plus extrêmes et dont l’exemple le plus manifeste reste celui de l’Algérie coloniale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L'estimation basse est celle de la commission ottomane du Hedjaz envoyée sur les lieux ; l'estimat (...)

1Entre la fin du mois de février et le début du mois de mars 1865, cent quarante-trois pèlerins musulmans, Indiens et Javanais pour la plupart, sont frappés par le choléra à bord de deux navires britanniques, le « Persia » et le « North-Wind », qui les acheminent vers les lieux saints de l’islam. À la faveur du pèlerinage à La Mecque (hajj), l’épidémie se propage à grande vitesse : sur les 90 000 pèlerins présents, entre 15 000 et 30 000 succombent1. L’épidémie n’en est cependant qu’à ses balbutiements. Elle va accompagner le retour des pèlerins par les voies maritimes du Sud et du Nord et sa propagation est d’autant plus fulgurante que, depuis sept ans, des services réguliers de vapeurs sont désormais assurés entre les ports de Djeddah et de Suez, localité reliée par chemin de fer à Alexandrie où, le 2 juin, le choléra est signalé. En trois mois, c’est l’ensemble du territoire égyptien qui est affecté par l’épidémie, provoquant près de 60 000 victimes. Dans la foulée, les principaux ports du bassin méditerranéen sont touchés. De là, l’épidémie gagne la mer Noire, le Caucase et la Perse. À l’ouest, elle traverse l’Atlantique jusqu’à New York et achève sa course macabre en Amérique du Sud. Le bilan final est estimé à 200 000 victimes environ (F. Duguet, 1932).

  • 2  « Rapport à la Conférence sanitaire sur les questions du programme relatives à l'origine, à l'endé (...)

2Afin de prévenir une nouvelle pandémie, une conférence sanitaire internationale est convoquée, sur l’initiative française, à Istanbul. Parmi les délégués sanitaires présents, une unanimité se dégage pour faire de La Mecque l’un des centres de diffusion du choléra, lequel existerait de manière endémique dans le delta du Gange. La pandémie de 1865 est la preuve manifeste que le choléra « est attaché à l’homme et voyage avec lui », et ceci « avec une vitesse d’autant plus grande que ses propres migrations se sont activées et sont devenues plus rapides » depuis l’introduction de la navigation à vapeur et du chemin de fer, là où le désert jouait traditionnellement le rôle de barrière prophylactique2. Le développement des liaisons maritimes avec l’Orient a ainsi ouvert une nouvelle phase d’« unification microbienne du monde » (E. Leroy-Ladurie, 1978), symptomatique d’un monde en plein désenclavement.

  • 3  On passe ainsi de 2 millions de tonnes de marchandises en 1875 à 20 millions de tonnes en 1913. Cf (...)
  • 4  On passe d'une moyenne de 700 tonnes en 1850 à 5 500 en 1880 et 26 200 tonnes en 1910. Le prix du (...)

3En consacrant la mer Rouge comme itinéraire privilégié des relations commerciales entre l’Europe et l’Orient, l’ouverture du canal de Suez fait peser une menace supplémentaire sur les nations européennes. Celles-ci connaissent alors un accroissement sans précédent de leurs échanges avec l’Orient : en quarante ans, le volume des marchandises et des voyageurs transitant par le canal a décuplé3. L’ouverture du canal a un effet direct sur la démographie du pèlerinage. Elle contribue à réduire dans des proportions importantes la durée du voyage des pèlerins partis depuis les ports de la Méditerranée, tout en stimulant la construction navale. Le tonnage des navires s’accroît de manière considérable, entraînant une chute du prix du frêt4 au bénéfice des pèlerins de l’océan Indien, Indiens et Indonésiens pour la plupart, qui constituent souvent plus de la moitié des effectifs débarqués.

  • 5  Sources : statistiques de l'Office sanitaire de Djeddah.

Nombre moyen de pèlerins débarqués dans le port de Djeddah entre 1870 et 19155

4Avec l’expansion du pèlerinage, le risque de contamination grandit. Mais à l’aube des grandes découvertes bactériologiques, l’origine du choléra reste encore mystérieuse et les « récits d’épidémie (outbreak narratives) » (P. Wald, 2008) se multiplient. Ces textes ne sont pas, loin s’en faut, le seul fait des médecins sanitaires. Consuls, voyageurs, journalistes, administrateurs mettent alors en garde les opinions publiques devant le risque que représente pour l’Europe le pèlerinage à La Mecque. En mêlant perspectives hygiénistes et considérations générales sur l’islam, ces récits insistent, à l’instar des travaux sociologiques d’Émile Durkheim, sur le caractère contagieux du sacré (É. Durkheim, 2008). Le climat de panique qu’ils ont alimenté a contribué à faire des pèlerins musulmans un groupe suspect aux yeux des empires, justifiant la mise en place d’un ordre sanitaro-politique contraignant.

Lieux saints de la contagion

5À compter de la conférence sanitaire de 1866, ce sont la plupart des rites du pèlerinage musulman qui sont mis en accusation. Or le risque sanitaire se double rapidement d’une autre menace, plus politique, liée à un prétendu « réveil de l’islam » consécutif à la relance de la colonisation. Pandémie cholérique et panislamisme constituent alors les deux faces d’un même danger pour la stabilité des empires (W. Roff, 1982).

La Mecque, foyer épidémique

6Au sein des conférences sanitaires, la tension est alors vive entre « contagionistes » – au premier rang desquels les médecins sanitaires français – et « anticontagionistes » emmenés par les Anglo-indiens. De concert avec les acteurs économiques, les médecins de l’India Medical Service voient dans le paradigme contagioniste et ses implications en termes de quarantaines un obstacle aux communications entre Londres et Calcutta (M. Harrison, 1992). Entre ces deux camps, un terrain d’entente semble pourtant se dégager autour du nécessaire assainissement de la province ottomane du Hedjaz, considérée comme le foyer de nombreuses épidémies.

  • 6  Archives du Foreign Office (FO) 195/1251, 10 mars 1879.
  • 7  Archives Diplomatiques de Nantes (ADN), Djeddah, 55, 10 janvier 1882.
  • 8  ADN, Djeddah, correspondance générale, 6 et 7, 4 novembre 1882.

7Pour les Anglo-indiens, cette cible présente en effet l’avantage de détourner l’attention de l’opinion internationale des conditions sanitaires, souvent déplorables, du sous-continent indien – notamment à l’occasion de la grande famine de 1876. C’est ainsi qu’il faut comprendre la décision du gouvernement de l’Inde de faire accompagner les pèlerins de Bombay par un médecin indien, le docteur Abdur Razzack, à partir de 1879. Marqué par les théories du foyer miasmatique défendues par le docteur James Cunningham, son premier rapport est sur ce point édifiant. La Mecque et Djeddah y sont décrites comme des « tâches épidémiques sur la surface du globe ». La faute en revient, selon lui, aux autorités ottomanes opposées à toute amélioration sanitaire6. Chaque année, le médecin indien, qui assure à de nombreuses reprises la gérance du consulat britannique, s’attache à dénoncer les mauvaises conditions d’hygiène des lieux saints, contribuant à la création en 1882 d’un dispensaire à Djeddah destiné aux pèlerins indiens. La stratégie s’avère payante puisque, après l’épidémie de 1881, le gouvernement général d’Alger prend de son côté l’initiative de dépêcher, deux années durant, le médecin musulman Taieb Morsli auprès des pèlerins. Celui-ci est alors tenu d’adresser un bulletin mensuel sur l’état sanitaire des pèlerins embarqués et les maladies sévissant au Hedjaz7. Son rapport de 1882, conformément à la théorie tellurique de Petenkoffer (G. Jorland, 2010), explique la diffusion du choléra par la porosité du sol de la vallée de Mina, laquelle aurait favorisé la propagation du « poison cholérique » ayant fermenté dans les matières fécales enfouies l’année précédente8.

8De nombreuses pratiques pèlerines sont dénoncées comme propices à la diffusion des épidémies. Fréquente dans la littérature de l’époque, cette contre-lecture des rites du hajj conduit à un renversement des territoires du pur et de l’impur, caractéristiques du haram musulman, périmètre sacré délimité par des bornes (mawâqit) passées lesquelles tout pèlerin se doit d’être en état de sacralisation (muhrim). Pour un certain nombre de médecins hygiénistes, ce territoire sacré, fermé aux regards de la science, obéit au schéma du centre infecté, propice au développement des miasmes. Ils vont dès lors s’attacher à cerner ceux qui, parmi les rites de pèlerinage, peuvent être considérés comme pathogènes.

  • 9  ADN, Djeddah, 56, 29 avril 1893.

9Les rites de purification constitutifs de l’entrée en pèlerinage sont spécialement visés, à l’instar de la prise d’irhâm, ces deux bandes d’étoffe blanche qui se portent sur l’épaule et le bas du corps, que le pèlerin revêt aux abords du territoire sacré. Passé ce stade de purification, celui-ci se voit proscrire tout emportement physique – rapport sexuel, acte de violence – ou verbal – controverses qui pourraient faire obstacle à son devoir sacré. Cet état d’« interdiction à soi-même » (A. Hammoudi, 2005) contribue à faire du pèlerin un « homme de la liminarité » (V. Turner, 1990), un simple passager dans un entre-deux assimilé à une petite mort. Or, du fait des amplitudes extrêmes de température qui sont celles du Hedjaz, le port de l’irhâm est fréquemment dénoncé. Lorsque sévit la terrible épidémie de 1893 – un véritable désastre sanitaire qui fait plus de 30 000 victimes –, le consul de France Emile Guiot met ainsi directement en cause le principe selon lequel l’irhâm ne doit être ni changé, ni lavé pendant le pèlerinage9.

  • 10  Voir à ce sujet, Chabbi J., Le seigneur des tribus. L'islam de Mahomet, Paris, Noêsis, 1997 ou enc (...)

10Après le vêtement sacré, c’est la fonction lustrale et purificatrice de l’eau qui est incriminée. L’eau tient en effet une place centrale dans l’anthropologie et l’histoire préislamique du hajj, lorsque l’antique pèlerinage bédouin était associé à une cérémonie pluvio-solaire destinée à accélérer la venue des pluies10. Les médecins sanitaires attirent l’attention des autorités sur la mauvaise qualité des eaux du puits de Zemzem situé dans l’enclos de la Grande mosquée de La Mecque. Tandis qu’un hygiéniste britannique la décrit comme « saturée de germes » (J. Christie, 1876 : 26), le docteur Delarue met en garde les autorités coloniales françaises :

  • 11  Rapport médical de M. Delarue, commissionné par M. le Gouverneur général d'Algérie à bord du « Pic (...)

11« Il y a à La Mecque, dans le Bit Allah, un puits célèbre qui serait celui que Dieu fit apparaître auprès d’Agar. On l’appelle le puits de Zemzem. Tout bon musulman doit s’y laver et s’y plonger. Tous en apportent précieusement dans des petits bidons en fer blanc. Cette eau, amenée par un conduit spécial, est assez bonne chimiquement, mais riche en microbes et germes mauvais. Frankland, qui l’a analysée, dit que “jamais il ne vit eau souillée de tant de matières organiques”. Rien n’a encore prouvé qu’elle ne contient pas les microbes des maladies qui règnent à La Mecque. Et cependant les pèlerins en emportent ! Et dans aucun lazaret on ne les inquiète à ce sujet »11.

12Après la source de Zemzem, c’est au tour des bassins de la vallée d’Arafat de faire l’objet de toutes les suspicions. Il est en effet fréquent de voir les pèlerins s’y baigner pendant que d’autres s’y désaltèrent.

  • 12  FO 881/4762, 24 décembre 1882.
  • 13  ADN, Djeddah, correspondance générale, 6 et 7, 4 novembre 1882.
  • 14  Il s'agit d'une course effectuée sept fois de suite par le pèlerin, entre les monticules d'Al Safâ (...)

13Mais parmi les rites de pèlerinage, c’est le sacrifice qui déchaîne les critiques les plus acerbes. La vallée encaissée de Mina fait figure de réceptacle de tous les miasmes. Le capitaine Burton, qui accomplit son pèlerinage en 1853 déguisé en médecin afghan, fut l’un des premiers à la décrire comme « le plus infect des abattoirs » où les pèlerins sacrifient où bon leur semble, sans qu’aucune fosse commune n’ait été prévue à cet effet (R. F. Burton, 2007 : 282). Huit années plus tard, c’est au tour du docteur Daguillon de fustiger « les habitudes malsaines des habitants de La Mecque » et de dénoncer dans le sacrifice de Mina l’une des causes de propagation des épidémies (L. Daguillon, 1866). De son côté, le docteur Abdur Razzack dresse un tableau épouvantable des rues de Mina transformées en charnier à ciel ouvert où les charognes gisent à même le sol. Pour cet adepte de la théorie des miasmes, c’est sans aucun doute l’air vicié par les holocaustes qui a contribué à l’éclatement du choléra entre 1881 et 1884 ; d’autant que ces immondices, mêlées aux eaux de pluie ont infiltré les réservoirs où les pèlerins s’abreuvent12. Quant à Taïeb Morsli – pour qui l’étymologie du mot « Mina » ou « Mouna » signifierait « remplir, sous-entendu de sang » –, il signale que l’« on rencontre partout des victimes abandonnées, des quartiers, des têtes, des pieds et surtout des viscères de ces divers animaux » qui font les délices des ouvriers africains, les « takrouris » employés à inhumer les carcasses13. L’explorateur italien Giovanni Rossi a dressé quant à lui un portrait paroxystique des cérémonies du pèlerinage de 1893. À ses yeux, le point d’orgue de ce capharnaüm n’est pas la station d’Arafat mais bien le sacrifice de Mina, tout imprégné d’un imaginaire sanguinolent : yeux injectés de sang des pèlerins à Mozdalifah, en proie à de véritables crises d’épilepsie, « grande boucherie » du sacrifice décrite comme un « lac de sang », une « fosse des plus fétides », « imprégnée du sang et de l’excrément des victimes depuis 1 200 ans » (G. Rossi, 1897 : 106). Cette littérature frénétique engendre ses propres épigones. Par un phénomène de compilation propre à l’orientalisme, les descriptions de Burton et de Rossi sont reprises – pour ne pas dire plagiées – dans un ouvrage d’Amedeo Alberti, publié en 1912, et consacré aux rites du pèlerinage à La Mecque. L’auteur y passe en revue les différentes séquences du pèlerinage. Sous sa plume, la course du sa ‘y14 devient « une des scènes les plus sauvages qui soient », la cérémonie d’Arafat un tapage infernal et les fêtes de Mina le théâtre d’un libertinage effréné (A. Alberti, 1912 : 79) que l’inspecteur sanitaire Adrien Proust qualifie lui-même de « saturnales » (A. Proust, 1895 : 386).

14Aux dires des observateurs européens de l’époque, là où un historien comme Alphonse Dupront voit plutôt dans le pèlerinage « l’appétence d’un plus vital » (A. Dupront, 1987 : 414), c’est plutôt une « soif de mort » – l’expression est de Giovanni Rossi – qui conduirait chaque année des milliers de pèlerins vers les lieux saints de l’islam. Le climat de crise sanitaire créé par ces pandémies successives donne lieu à la publication de pamphlets particulièrement violents, tel ce brûlot Contre La Mecque, publié sous le pseudonyme de Céleste Artusiat, où l’auteur recommande l’organisation d’une conférence internationale à seule fin d’interdire définitivement le pèlerinage à La Mecque (C. Artusiat, 1893).

15Il serait fastidieux de poursuivre un tel inventaire qui traduit une fascination de l’horreur très en vogue dans l’Europe « fin de siècle ». De cette littérature, il ressort que La Mecque et sa région sont nommément désignées comme un foyer épidémique majeur, et que le processus de purification doit nécessairement venir de l’extérieur, sous l’impulsion de l’Europe.

La Mecque, « foyer du plus pur fanatisme »15

  • 15  ADN, Djeddah, Correspondance générale, 1, 20 juillet 1859.

16En 1880, cherchant à dissuader ses sujets musulmans de partir à La Mecque, le gouverneur général Albert Grévy écrit aux préfets d’Algérie :

  • 16  Archives d'Outre-Mer (AOM), GGA, 16h/84, circulaire du 6 juillet 1880. Les autorités locales réper (...)

« Vous n’ignorez pas en effet que c’est souvent dans le pèlerinage à La Mecque que le fanatisme des indigènes se surexcite »16.

  • 17  Sur l'imaginaire médiéval de l'islam, voir Tolan J., Les Sarrasins. L'islam dans l'imagination eur (...)

17L’analogie du fanatisme musulman avec les modes d’apparition et de diffusion du choléra constitue un lieu commun de la littérature politico-sanitaire de l’époque. Comme le choléra, le fanatisme trouve dans les lieux saints du Hedjaz un terreau propice à son développement. Il y fermente en secret, au milieu d’esprits échauffés, à l’abri des regards de la science et de la civilisation européennes. Grande est alors la tentation de faire le lien entre la diffusion de l’épidémie et l’expansion de l’islam. L’explorateur britannique Charles Doughty, présent dans les lieux saints pendant la vague de choléra de 1877, enchaîne ainsi sa description des ravages de l’épidémie avec des considérations sur le développement historique de la religion du Prophète considérée, à l’instar des critiques médiévales, comme une doctrine laxiste à l’égard du corps (C. Doughty, 2001)17. Dans un brûlot publié en 1897, le journaliste antisémite Daniel Kimon n’est pas sans ignorer le contexte sanitaire du moment lorsqu’il écrit :

  • 18  Kimon D., La Pathologie de l'islam et les moyens de le détruire. Étude psychologique, Paris, chez (...)

« L’islamisme est exactement l’effet excentrique et monstrueux d’un homme qui trouva un champ immense pour s’étendre et se développer avec la rapidité d’une épidémie contagieuse : le choléra, la peste »18.

18Cette peur de la contagion est associée à un imaginaire du complot, en vertu duquel c’est à La Mecque, ville fermée à l’influence européenne, que couvent les germes d’une vaste conspiration dirigée contre les empires. Les rumeurs les plus excentriques s’y développent, comme le rapporte le docteur Proust :

  • 19  Proust A., « Le pèlerinage à La Mecque », art. cit., p. 386.

« Il règne d’ailleurs dans ce milieu une atmosphère toute spéciale de fanatisme et de folie. Ainsi, l’an dernier le bruit y a couru que l’Angleterre allait se faire musulmane, et que, comme on avait déjà construit à Londres une mosquée magnifique, l’islamisme continuerait à grandir et à conquérir le monde »19.

19Or cette croyance en une conspiration généralisée de l’islam prospère d’autant plus aisément que le « choc colonial » (P.-J. Luizard, 2006) se fait plus durement ressentir en terre d’islam, depuis la relance des guerres afghanes en 1879 bientôt suivies, à l’orée de la décennie 1880, de l’imposition du protectorat français en Tunisie et de l’occupation militaire de l’Égypte par les Britanniques.

  • 20  FO 195/1251, 12 mars 1879.
  • 21  Ibid., 6 août 1879.
  • 22  Ibid., 22 décembre 1880.
  • 23  FO 195/1313-14, rapport confidentiel de Yussuf Kudzzi du 10 décembre 1880 sur la situation de La M (...)
  • 24  Dépêche du 18 mai 1881, citée in Laffan M., « “A Watchful Eye” ; The Meccan Plot of 1881 and Chang (...)
  • 25  AOM, 16h/84, 31 mai 1882.

20En mars 1879, Charles Zohrab, consul d’Angleterre à Djeddah, écrit à sa hiérarchie qu’il est convaincu qu’un complot contre les puissances coloniales se trame depuis La Mecque où « les Musulmans de toute nationalité sont en étroit contact les uns avec les autres et [...] tous les événements politiques sont signalés au Chef de tous »20 ; avant d’évoquer l’existence à La Mecque d’une mystérieuse société secrète, qui aurait pris part à la révolte algérienne d’Al-Moqrani de 1871, et dont l’objet serait d’affranchir l’islam de toute tutelle chrétienne21. En mars 1880, l’assassinat du chérif mecquois Awn, réputé proche des Britanniques, par un Afghan déguisé en derviche persan, sème le trouble. Les accusations portent alors sur son successeur, le chérif Abd Al-Muttalib, de la branche rivale des Zaid, considéré comme un esclavagiste notoire, « un fanatique étroit d’esprit qui hait les Chrétiens et un ennemi des Anglais »22. Aux dires du drogman du consulat, le chérif aurait déclaré à Mina que le meurtre des chrétiens était un devoir sacré et aurait envoyé des lettres en Inde pour stimuler le fanatisme et pousser à la révolte23. En 1881, c’est au tour du consul hollandais Kruijt d’accuser Abd Al-Muttalib d’être au centre d’un réseau de sociétés secrètes ayant des ramifications de Java jusqu’au Sud-Oranais, où il est accusé d’avoir poussé les habitants à la révolte24. Les Français partagent les mêmes appréhensions. Le vice-consul Watbled situe l’épicentre de cette société secrète – « dont le but est l’affranchissement des Musulmans de tous les pays » – à Kairouan, en Tunisie25. En effet, alors que la France vient d’imposer sa tutelle en Tunisie, le journaliste Gabriel Charmes, dans un essai célèbre sur le « panislamisme », accuse le sultan ottoman Abdülhamid II (1876-1909) d’entretenir un foyer de contestation anti-français dans la Tripolitaine voisine (G. Charmes, 1883).

  • 26  Sur cette « perception of centralization », voir Jervis R., Perception and Misperception in Intern (...)
  • 27  Sur le contexte d'émergence du panislamisme, voir Karpat K., The Politicization of Islam, Oxford U (...)
  • 28  Sur le cas spécifique du mahdisme algérien, voir Haddad M., « Les maîtres de l'Heure : soufisme et (...)
  • 29  Plus de deux cents opuscules à la gloire du nouveau sultan-calife auraient ainsi été publiés entre (...)

21Le succès de cette thèse d’un complot fomenté depuis Istanbul tient à son efficacité puisqu’elle permet de situer et de nommer ce centre menaçant tout en lui prêtant les intentions les plus hostiles26. Aux yeux de l’Europe, Abdülhamid incarne à la perfection l’obscurantisme musulman. En suspendant la constitution de 1876, il a mis fin à la période réformatrice des Tanzimat (F. Georgeon, 2003). Reclus dans son palais de Yildiz, entouré de personnalités religieuses, il gouverne en autocrate. Il est le « sultan caché » (F. Georgeon, 1997) qui, dans le contexte millénariste provoqué par les agressions européennes, aspire à réunir tous les musulmans sous sa protection. Pour les empires, le risque est alors grand de voir cet ambitieux projet rencontrer les attentes secrètes de leurs sujets musulmans : en Inde, il vient combler le vide laissé par la disparition du dernier sultan moghol en 1858 comme en témoigne la vague de sympathie suscitée chez les musulmans par la guerre russo-turque de 1877-7827. En Afrique du Nord, où l’on observe une résurgence du mahdisme, les autorités redoutent que le « sultan-calife » ne vienne tenir lieu de « Maître de l’heure », ce sauveur venu d’Orient pour délivrer les musulmans du joug chrétien28 Cette menace est d’autant plus crédible qu’Abdülhamid II fait figure de « Pape musulman », transformant le pèlerinage à La Mecque, cette « Rome de l’islam », en une vaste manifestation d’allégeance à son égard. Abdülhamid II voit en effet dans le hajj un moyen de relégitimer sa fonction califale (S. Deringil, 1998) de « Serviteur des Deux Villes Saintes » (Khâdim el-Haremeyn el-Muhteremeyn). Il centralise à cette fin l’administration des lieux saints entre les mains du gouverneur Othman Pacha et multiplie les dons faits au sanctuaire (W. Ochsenwald, 1984). Pendant son règne, le Hedjaz se transforme en territoire de propagande29. Cet activisme connaît son apogée au tournant du siècle, lorsqu’est décidé le grand projet du chemin de fer du Hedjaz, pour la construction duquel une contribution financière est demandée à chaque pèlerin, en lieu et place des capitaux européens (W. Ochsenwald, 1980). À lire le consul français Hippolyte Guès, la propagande fonctionne efficacement :

  • 30  ADN, Unions Internationales (UI), 1er versement, 528, 1er mai 1902.

22« S’il faut en croire les bruits qui circulent, on aurait compris dans l’entourage du Sultan l’importance économique et politique du pèlerinage de La Mecque et l’on mettrait désormais tout en œuvre pour faire de cette institution une source inépuisable de revenus énormes en même temps qu’un moyen sûr de propager les idées panislamiques en semant partout sous le couvert des pèlerins la défiance, les préjugés et la haine contre les Européens. On prétend que les villes de La Mecque et de Médine seraient devenues aujourd’hui les foyers les plus actifs du panislamisme et que des agents autorisés y prêcheraient ouvertement aux pèlerins la guerre sainte et exciteraient par tous les moyens dont ils disposent le fanatisme musulman contre les nations chrétiennes »30.

  • 31  Voir, par exemple, ADN, UI, 1er versement, 529, 16 novembre 1900.
  • 32  ADN, Constantinople, E, 293, 28 juillet 1900. C'est l'époque où sont lancées de vastes enquêtes su (...)
  • 33  Les sociétés secrètes chez les musulmans par l'abbé Rouquette, Paris, Librairie Delhorme et Brigue (...)
  • 34  Caetani L., La funzione dell'Islam nell'évoluzione della civiltà italiana, Rome, Casa editrice ita (...)

23Ce panislamisme ottoman est doublé, dans l’imaginaire européen, d’un autre panislamisme d’origine confrérique. En période de conquête, les confréries soufies ont en effet pu constituer, notamment en Afrique où elles sont nombreuses, un refuge pour des populations confrontées à la disparition d’un certain nombre d’institutions traditionnelles (M. Kaddache, 2003). On leur prête alors de multiples projets séditieux. C’est notamment le cas de la Sanûsiyya, confrérie née à La Mecque et implantée en Cyrénaïque au milieu du xixe siècle, autour de laquelle une « légende noire » s’est bâtie (J.-L. Triaud, 1995). Solidement implantée au Hedjaz, notamment auprès des tribus bédouines, celle-ci joue un rôle important à l’occasion du hajj puisqu’elle accueille les pèlerins sur les routes du pèlerinage – devenues par la même occasion autant d’« itinéraires de contagion » (A. Siegfried, 1960). Les empires redoutent alors que leurs sujets ne s’y affilient en masse. La résistance que la confrérie oppose à la pénétration française dans le Nord du Tchad à la fin du siècle la transforme en danger majeur pour l’Europe. Le consul Hippolyte Guès, l’un des principaux orchestrateurs de cette grande peur, est à l’affût des moindres rumeurs et assimile tout mouvement important de ses adeptes au Hedjaz à un vaste projet de soulèvement des colonies africaines31. La confusion est alors entretenue entre le cheikh senoussiste et le mahdi du Soudan mais également avec le chérif mecquois, décrit comme le chef suprême des différentes confréries de La Mecque, le « maître absolu des pèlerinages » déléguant où bon lui semble des « conducteurs de pèlerins » pour surexciter le fanatisme des musulmans32. Dans son ouvrage Les Sociétés secrètes chez les Musulmans publié en 1899, l’abbé Rouquette, un Père blanc, voit dans la « vaste conspiration » de ces confréries musulmanes le signal de la lutte qui précède l’Antéchrist33. La menace confrérique reparaît avec la conquête italienne de la Tripolitaine en 1911-1912. L’orientalise Leone Caetani, après avoir vainement mis en garde son gouvernement contre les agissements du cheikh senoussi, ce « Papa nero », écrit en 1912 : « Aujourd’hui, en Orient, couve une crise qui n’est pas très éloignée de celle qui prépara au triomphe de l’Islam »34.

24Ce millénarisme musulman, à finalité défensive, a finalement contribué à secréter, en réaction, un « millénarisme d’expansion » (S. Subrahmanyam, 2005) parmi les nations coloniales. L’entretien d’une menace de destruction imminente appelle la désignation de boucs-émissaires. Accusés d’avoir contracté le choléra et le panislamisme lors de leurs séjours dans les lieux saints, au contact des confréries, les pèlerins sont aussitôt montrés du doigt, a fortiori s’ils appartiennent aux classes les plus pauvres des populations colonisées.

Le « pèlerin pauvre », catégorie à risque

25Ces « récits d’épidémie » qui abondent en cette fin de xixe siècle constituent, selon l’expression de Frédéric Keck, « un croisement entre taxinomies médicales et émotions collectives autour de la peur de l’étranger » (F. Keck, 2010 : 292), en l’occurrence le pèlerin – cet « étranger » au sens propre du terme (P. Maraval, 2011) – assimilé à un sujet à risque.

Dans l’Algérie coloniale

26Dans l’empire français, cette peur d’une double contagion – épidémique et panislamique – est récurrente dans la presse coloniale de l’époque. Ainsi, lorsqu’un journaliste de L’Écho d’Alger décrit un départ de pèlerins en 1913, il est frappé de voir ces indigènes « repris par leur religion » marquer des signes d’hostilité à l’égard de leurs administrateurs de commune mixte, là où jusqu’alors le dévouement le disputait chez eux à la gratitude. Le risque s’intensifie au retour du pèlerinage où le pèlerin peut rapporter avec lui des germes de révolte et d’épidémie :

  • 35  L'Écho d'Alger, article « le pèlerinage à La Mecque » du 24 octobre 1913.

« Chaque hadj [sic] devient par la force des choses un agent du panislamisme dans lequel il a communié avec les multitudes venant de l’Orient et du Sud. [...] La sainteté qu’il en [de La Mecque] rapporte, nous en avons montré les effets détestables contre lesquels aucun lazaret ne peut nous prémunir. Il en restera probablement imprégné tout le reste de sa vie, et c’est un homme à jamais fermé à toutes nos avances, à toutes nos tentatives pour aborder son âme. [...] Quant aux germes épidémiques, les précautions d’hygiène pourront peut-être nous en préserver, quand le retour s’effectuera régulièrement. Mais combien reviennent subrepticement par des points non surveillés du littoral ou de la frontière terrestre ? »35.

27De tels propos ne sont pas éloignés de ceux que l’on peut lire en métropole au sujet des pèlerins catholiques se rendant à Rome. En témoigne l’exemple de l’« affaire de Vintimille » lorsque, en février 1900, des inspecteurs sanitaires italiens interdisent l’entrée dans le territoire italien à une délégation de pèlerins français non vaccinés. Un journaliste du quotidien satirique Le Voltaire écrit alors :

  • 36  Archives Nationales (AN), F19/5562, article du 8 février 1900.

« Les pèlerins sont dans une cruelle incertitude. A-t-on craint qu’ils ne fussent contaminés à Rome, ou a-t-on voulu, au contraire, préserver les Romains de contacts dangereux ? »36.

28Dans l’imaginaire républicain, et plus particulièrement chez un certain nombre de libres-penseurs, fanatisme, pèlerinage et saleté sont souvent associés et illustrés par la vie du pèlerin Benoît-Joseph Labre (J. Lalouette, 2002). Ce schéma est parfaitement transposable au pèlerinage musulman d’Algérie où l’on estime que, par son manque d’hygiène et son absence d’instruction, le pèlerin, a fortiori s’il est de basse condition, est une cible privilégiée pour la propagande panislamique et le choléra. Sale, le pèlerin pauvre l’est d’autant plus qu’il refuse les bienfaits de la médecine occidentale. Tel est le constat dressé par le médecin de colonisation Ferdinand Jousseaulme lors du pèlerinage de 1894 : alors même que « les Arabes ne savent pas se soigner eux-mêmes », ceux-ci semblent avoir mis un point d’honneur à l’éviter durant la traversée (F. Jousseaulme, 1894 : 11). Quant au fanatisme du musulman, il est la conséquence directe de son manque d’instruction ou plus exactement de l’éducation reçue dans les écoles coraniques qui font alors l’objet d’une vigilance particulière de la part des autorités algériennes (C.-R. Ageron, 2005). Dans une célèbre conférence délivrée à la Sorbonne en 1883, Ernest Renan avait déjà souligné l’hostilité de l’islam à la science et comment l’éducation religieuse prédisposait au fanatisme (E. Renan, 2005), ce que résume le consul de Djeddah Robert Arnez qui ne fait pas mystère de ses sympathies pour la libre-pensée :

  • 37  ADN, Djeddah, 57, dépêche du 20 février 1912.

« L’indigène sans l’instruction n’est guère qu’une brute dont la haine pour le maître chrétien est en raison directe de son fanatisme religieux »37.

  • 38  Le montant de cette somme minimale s'élève à mille francs dans les décennies 1880 et 1890, AOM, 16 (...)
  • 39  Ce comité est intégré en 1889 au ministère de l'intérieur, sous la forme d'une direction de l'assi (...)
  • 40  AOM, GGA, 16h/86. L'expression est du docteur Lathuraz-Viollet dans un rapport du 24 juillet 1896 (...)

29Le pèlerin musulman représente un défi permanent face aux deux piliers de la République naissante que sont l’hygiène et l’instruction. Ajoutons que sa condition de gyrovague est en contradiction avec le projet de sédentarisation de l’« arabe » que les stéréotypes coloniaux assimilent au nomade, paresseux, et voleur, par opposition au kabyle sédentaire et industrieux (P. Lorcin, 2005). La lutte contre le vagabondage constitue même une priorité nationale, en métropole comme dans les colonies (E. Larché, 1892). Le régime de l’indigénat fait ainsi obligation à tout indigène ayant manifesté son désir de s’éloigner de sa commune de rattachement de se munir d’un passeport intérieur. Assimilé à un vagabond sale et fanatique, le pèlerin musulman est la cible d’une réglementation particulièrement restrictive (Chantre, 2009). La délivrance de passeports de pèlerinage est ainsi conditionnée au respect d’un certain nombre d’obligations visant à éliminer soigneusement les pèlerins « indigents » : obligation pout tout candidat au pèlerinage de s’être acquitté de ses impôts, de ne pas laisser sa famille ou ses affaires en souffrance, de justifier la possession d’un billet aller et retour mais également de disposer d’un pécule minimum, justifié par la prescription coranique en vertu de laquelle tout musulman est tenu d’accomplir son pèlerinage seulement s’il en a les moyens38. L’ensemble de ces obligations sont soigneusement consignées dans les premiers articles de l’arrêté algérien du 10 décembre 1894 qui constitue en lui-même un parfait exemple de « réglementarisme colonial » (C. Taraud, 2003). Enfin et surtout, le pèlerinage annuel est à la merci des autorisations annuelles délivrées à Paris par le Comité consultatif d’hygiène39 au regard de l’état sanitaire en Méditerranée et en mer Rouge. Ce « pèlerinage à autorisation » (Le Châtelier, 1910) va contribuer à générer un contre-pèlerinage clandestin, réservé aux plus pauvres d’entre eux, qualifié d’« armée irrégulière du pèlerinage » par un médecin de colonisation40

Dans l’Inde britannique

  • 41  La révolte des Cipayes, autrement appelée « Grande Rébellion » par les historiens indiens est le n (...)
  • 42  Les deux expressions sont du consul Reyts, FO 195/870, 27 mai et 20 août 1875.

30Dans l’Inde britannique, cette stigmatisation du pèlerin pauvre reflète l’évolution des relations entre les autorités coloniales et la communauté musulmane. La révolte des Cipayes41 a ainsi révélé une réelle phobie du musulman qu’un certain tropicalisme médical doublé d’orientalisme assimile alors à un individu sale et fanatique (T. Metcalf, 1994). Ainsi, dans l’esprit des britanniques, dérèglement politique et dérèglement sanitaire, fanatisme et épidémie, se sont conjugués pendant la révolte de 1857. Un pamphlet attribue alors aux rebelles la responsabilité de la vague de choléra qui explose en Inde au cours de la même période (J. E. W. Rotton, 1858). Dans une société victorienne marquée par une idéologie de la maîtrise des corps, on reproche au musulman son manque de « self control ». Le traumatisme causé par cette rébellion conduit cependant à réfléchir sur les causes de son éclatement. Certains auteurs comme William Hunter y voient le résultat de l’éducation trop longtemps négligée des jeunes musulmans. Ainsi est-il du devoir du gouvernement de l’Inde d’adapter son système éducatif pour faire émerger de nouvelles élites musulmanes plus loyales (W. W. Hunter, 1872). À l’heure où commence à émerger la force d’opposition représentée par le Parti du Congrès, le pouvoir anglo-indien mesure tout l’intérêt politique qu’il peut retirer d’élites musulmanes loyales et conservatrices (P. Robb, 2002). Cette logique est à l’œuvre lors des recensements organisés par les britanniques à partir de 1872, qui obéissent au modèle hindou de la caste, utilisée comme un équivalent des classes sociales anglaises. En fonction de leur éducation et de leur statut social, les Indiens se voient alors répartis entre groupes « respectables » et groupes « non respectables » (M. Boivin, 2009 ; K. Jones, 1981). Se trouve ainsi reproduite en Inde la logique duale qui guide la société victorienne (P. Chassaigne, 2008) : d’un côté, le monde des notables et des possédants, projection d’un ordre aristocratique métropolitain très largement sublimé (D. Cannadine, 2001), de l’autre, celui de la masse silencieuse des démunis, privés de droits politiques. Cette distinction trouve pleinement à s’appliquer s’agissant des pèlerins musulmans où il convient désormais d’opposer aux « ignorant and fanatical paupers », les « respectable, intelligent and unbigotted Mahomedan gentlemen »42. Tandis que les pèlerins pauvres concentrent toutes les critiques, les notables musulmans sont traités avec les faveurs qu’ils méritent. Dans la gestion du pèlerinage, ces musulmans « éduqués » vont constituer des médiateurs indispensables. Beaucoup d’entre eux assument ainsi, avant chaque départ en pèlerinage, la charge officielle de « protector of pilgrims ». C’est en grande partie par leur truchement que le scandale des pèlerins indigents est porté à la connaissance des autorités anglo-indiennes.

31L’accroissement de l’offre de transport vers le Hedjaz a en effet entraîné une recrudescence des départs de pèlerins pauvres. En se fondant sur l’indicateur du non-paiement des taxes sanitaires, le Conseil supérieur de santé de Constantinople constate une explosion du nombre de ces pèlerins sans ressources (destitutes). Avec une moyenne de 20 % des effectifs débarqués entre 1874 et 1888 – soit environ 8 000 pèlerins par an – ceux-ci dépasseraient certaines années le tiers du total des pèlerins étrangers débarqués au Hedjaz.

  • 43  Entre 1876 et 1878, deux mauvaises moussons entraînent une pénurie de riz et blé dur. Sont touchés (...)
  • 44  FO 195/1987, Bulletin de l'Office sanitaire de Djeddah de décembre 1897.
  • 45  T. Metcalf, op. cit., p. 160.

32Cette augmentation des indigents peut être imputable à la dégradation des conditions économiques des États indiens43. Les autorités coloniales britanniques préfèrent, de leur côté, mettre en avant la coutume héritée de l’empire moghol en vertu de laquelle les riches princes ou marchands envoient chaque année au Hedjaz des pèlerins pauvres afin d’accomplir le hajj en leur nom et place (M. Pearson, 1995). L’afflux de pèlerins indigents constitue dès lors l’un des principaux griefs des associations de notables musulmans, telle la National Muhammadan Society fondée en 1877 par Sayyid Amir Ali. Or, comme le rappelle le vice-consul Abdur Razzack, c’est parmi les indigents que l’on trouve la plus forte mortalité. Elle serait liée tant au manque de nourriture, qu’au séjour au Hedjaz ainsi qu’aux effroyables conditions de transport dans des navires où, « réfugiés dans un étroit espace, réduits aux dernières limites de la misère, [ils] sont entassés dans un emplacement malsain envahi par les eaux croupissantes et deviennent par ce fait la proie des maladies »44. Selon lui, la propagation de la maladie est moins une affaire de contagion qu’une affaire d’environnement et d’imprévoyance individuelle, les pèlerins partis sans ressource constituant une proie de choix pour les maladies. Dans une société hiérarchisée comme l’Inde britannique, la maladie et la saleté sont l’apanage des catégories défavorisées et constituent un puissant marqueur social. Or en frappant tous les corps sans distinction de statut, le choléra vient précisément remettre en cause cet ordre de croyances. Ainsi, l’opposition farouche des anglo-Indiens au paradigme de la contagiosité a-t-elle d’abord des fondements socio-politiques qu’il faut rechercher dans ce que Thomas Metcalf appelle une « idéologie de la distance »45.

  • 46  FO 78/4094, 27 février 1886.
  • 47  FO 881/1451, 13 mai 1883.

33L’autre argument développé par Abdur Razzack contre les pèlerins indigents vient de ce que ces derniers pénalisent par leur négligence l’ensemble des pèlerins indiens en fournissant autant d’arguments aux partisans d’un renforcement du système quarantenaire46 Hostile à toute réglementation internationale du pèlerinage, le vice-consul ne se prononce pas moins en faveur d’un système de passeports obligatoires qui présenterait, selon lui, l’avantage de contrôler les mouvements suspects. Au risque de se faire rappeler à l’ordre par son consul qui estime que ce contrôle ne permettra jamais de détecter les conspirateurs les plus habiles et que « politiquement parlant, il vaut mieux faire peu que trop faire »47.

  • 48  FO 78/4094, 26 avril 1886.
  • 49  . « Nous déclarons qu'il est de notre volonté royale et de notre bon plaisir qu'aucun de nos sujet (...)

34Mais à l’intérieur du sous-continent, la question du traitement des pèlerins indigents divise la communauté musulmane (S. Mishra, 2011). Si certains notables musulmans sont favorables à un renforcement des contraintes au départ du pèlerinage – à commencer par l’obligation d’un pécule –, d’autres font remarquer que tout obstacle apporté au pèlerinage ne manquerait pas de déchaîner les foudres des musulmans48. Aussi, considérant qu’une intervention de sa part serait le pire des remèdes, le gouvernement de l’Inde, conformément à la déclaration de tolérance de la reine Victoria prononcée au lendemain de la révolte des Cipayes49, intervient le moins possible par la voie réglementaire et privilégie les circulaires et la diffusion d’informations par l’intermédiaire des « protectors of pilgrims ». Il considère qu’au même titre qu’une quarantaine, une restriction à la liberté de pèlerinage constituerait une atteinte inadmissible à la liberté de mouvement constitutive de cet « empire de la circulation » (P. Grosser, 2010 : 19). Ainsi, tandis que les migrants intérieurs font l’objet de la plus grande vigilance de la part des autorités (N. Bhattachraya, 2006), les pèlerins musulmans à destination du Hedjaz se voient dès lors accorder toute facilité au départ (R. Singha, 2008).

Se protéger du pèlerinage : le lazaret, le navire et le cachot

35L’affluence croissante des pèlerins sans ressources n’en constitue pas moins un défi à la modernité sanitaire. Sur le plan international, la réponse passe d’abord par la volonté de mieux maîtriser les flux pèlerins, notamment la mise en place d’un outil statistique avec la création de l’office sanitaire de Djeddah ainsi que l’adoption d’instruments juridiques adaptés à l’instar de la convention sanitaire internationale de 1894. Après avoir longtemps, par souci d’ordre public, considéré le pèlerin musulman comme un voyageur ordinaire, le gouvernement de l’Inde se résigne alors à adopter une réglementation spéciale, l’Indian Pilgrimage Navigation Act de 1895 qui vient sanctionner le principe d’une inspection médicale obligatoire au départ. Par ailleurs, l’épidémie de peste qui éclate à Bombay en 1896 vient à bout des dernières résistances du gouvernement de l’Inde, contraint, sous la pression internationale, d’interdire les départs en pèlerinage l’année suivante (D. Arnold, 1993). Mais la réponse la plus spectaculaire réside sans aucun doute dans la mise en place d’un cordon sanitaire en mer Rouge matérialisé par une ceinture de stations quarantenaires, solution prolongée par d’autres formes d’isolement, plus prononcées qu’ailleurs dans l’Algérie coloniale.

Des lazarets à l’efficacité douteuse

  • 50  S. Chiffoleau y voit l'imposition d'une pureté hygiénique (nazafâ) que l'on tenterait de substitue (...)
  • 51  ADN, Unions Internationales (UI), 1er versement, 527, 6 décembre 1899.

36Pour prévenir toute nouvelle épidémie de choléra, la conférence de Constantinople de 1866 a concentré son attention sur un projet d’organisation sanitaire en mer Rouge, qui se concrétise quelques années plus tard par l’installation de stations quarantenaires aux deux extrémités de la mer Rouge – le Sinaï et le détroit de Bab-el-Mandeb – où voyageurs et pèlerins venus par la voie maritime seront désormais tenus à des séjours d’observation. Ce « dogme du double verrou » (S. Chiffoleau, 2012) tarde cependant à se mettre en place, principalement pour des raisons financières. En 1877, la station de Tor (al-Tûr), à l’entrée du golfe de Suez, est mise en service. Elle est dédiée exclusivement aux pèlerins de la « route du Nord » qui doivent y purger une quarantaine de vingt jours au retour du hajj. Après la désacralisation rituelle de fin de pèlerinage, c’est un nouveau rituel de purification, de nature sanitaire cette fois-ci, qui s’enclenche50. Une fois les pèlerins débarqués, le navire est soumis à une désinfection complète puis à une dératisation par les agents du service sanitaire. Les pèlerins sont ensuite parqués dans une vaste salle d’attente. Femmes et hommes sont séparés et dirigés vers la salle des douches pendant qu’il est procédé à la désinfection de leurs vêtements et bagages placés dans des étuves à vapeur. Ils sont alors conduits dans l’un des vingt-deux campements sanitaires. Dotée d’étuves et de pulvérisateurs, mais également d’une salle d’autopsie, d’une salle de bactériologie et d’une grande pharmacie51, la station de Tor passe pour un fleuron de la modernité sanitaire. Un pèlerin algérien la décrit alors comme « la plus grande et la mieux organisée de toutes les quarantaines du monde » (Ben Chérif, 1919 : 183).

  • 52  FO 195/1415, 17 novembre 1882.
  • 53  Harisson M., art. cit., p. 124-125.
  • 54  FO 195/1482, 3 octobre 1891.

37Par contraste la station quarantenaire de Camaran, située au large du port yéménite d’Hodeïdah, subit les foudres des Anglo-indiens. Depuis 1882, les pèlerins de la « voie du Sud » sont tenus de s’y arrêter à l’aller pour une période d’observation minimale de quatre jours. Envoyé au rapport, Abdur Razzack, dénonce des taxes sanitaires excessives destinées à financer de coûteux équipements, la cherté de la nourriture, des conditions de logement déficientes, ou encore les mauvais traitements infligés par les gardes quarantenaires52. L’année suivante, une pétition de la National Muhammadan Society décide le gouvernement des Indes à diligenter une enquête53. De leur côté, les vice-consuls d’Hodeïdah se rendent épisodiquement dans la station pour mieux en dénoncer les dysfonctionnements54. Cependant les missions d’inspection successives du Conseil supérieur de santé de Constantinople, envoyées à la suite de ces plaintes, restent impuissantes à équiper convenablement ce lazaret qui conserve jusqu’à la Grande Guerre un aspect de camp improvisé. À cette époque, un notable indien y dénonce encore les conditions de désinfection, mais aussi le manque d’eau potable et de nourriture. Il n’a pas de mots assez durs pour critiquer l’hôpital du lazaret au même titre que les gardiens de la station, brutaux et vénaux, qui n’hésitent pas à maltraiter les pèlerins « considérés comme le choléra personnifié » (S. Mishra, 2011 : 91).

  • 55  ADN, Djeddah, 56, rapport de la Commission d'inspection des lazarets sur le lazaret d'Abou-Saad, W (...)
  • 56  ADN, Djeddah, 56, 10 mai 1908.

38Pour les pèlerins partis isolément, des lazarets de fortune sont créés à Souakin au Soudan ainsi qu’au large du port de Djeddah sur les îlots d’Abou-Saad, Wasta et Abou-Ali. Ces stations sont régulièrement critiquées pour leur manque d’équipements et leurs capacités d’accueil trop restreintes55. En cas de forte affluence, l’administration quarantenaire du Hedjaz est facilement débordée et doit se résoudre à laisser débarquer les pèlerins porteurs du choléra, comme lors du hajj de 190856. L’inadaptation du contrôle sanitaire des pèlerins à l’aller est par ailleurs flagrante si l’on en croit les statistiques sanitaires réunies par plusieurs épidémiologistes français (F. Borel, 1904 ; F. Duguet, 1932 ; L. Couvy, 1934).

39Si les pèlerins ne rejettent pas en masse les nouvelles méthodes sanitaires, ils sont en revanche plus nombreux à dénoncer l’arbitraire des isolements sanitaires et les mauvaises conditions de leur séjour. C’est afin d’y échapper que les pèlerins de la « route du Nord » évitent soigneusement la voie maritime et viennent gonfler les contingents de « clandestins ».

Épidémies de choléra au Hedjaz entre 1880 et 1914

Durée, taux de mortalité et provenance

Année

Nombre

de décès

Taux de mortalité

(en % de l’ensemble

des pèlerins présents

à Arafat)

Durée

de l’épidémie

à La Mecque

(en jours)

Provenance

de l’épidémie

1881

 4 292

5,3

74

Aden

1882

   622

0,7

31

Inde

1883

   455

0,6

29

1890

 4 439

1,8

25

Inde

1891

 3 207

2,5

40

Inde

1893

32 994

  9

28

Yémen

1895

   306

0,2

30

Inde

1902

 5 379

3,5

33

Java

1908

 5 608

3,2

54

Inde, Sinope

1910

   855

0,6

24

Java

1911

 2 018

1,4

60

Singapour

1912

 3 398

1,9

80

Proche-Orient

Quand l’organisation du hajj confine à l’internement

  • 57  Statistiques fournies par le Conseil supérieur de santé de Constantinople. FO 78/4328, rapport du (...)
  • 58  ADN, Djeddah, 56 et 57, 22 février 1912.
  • 59  AOM, GGA, 16h/84, 22 avril 1891.
  • 60  Article « Lettre d'Algérie », Le Tell, 6 novembre 1913.

40Au vu des exigences sanitaires posées par le hajj, les empires, et partant, les autorités sanitaires internationales, ont tôt fait de privilégier des déplacements groupés sur des « navires à pèlerins », mode de déplacement qui, pour les pèlerins eux-mêmes, présente, à défaut du confort, le double avantage de la rapidité et de la sécurité. En matière de transport de pèlerins, l’hégémonie britannique est totale. Sur l’ensemble de la décennie 1880, sur les 1 182 navires ayant acheminé des pèlerins, 490 battent pavillon britannique, soit plus de 41 %57. Ils représentent la moitié des navires à pèlerins en 1900-1901 et presque les trois quarts en 1911-191258. Afin de conserver la maîtrise de leur pèlerinage, les autorités françaises, avec l’appui de certains armateurs marseillais, cherchent à imposer le principe du pavillon national. En 1891, le ministre de l’Intérieur déclare que ne seront agréés que les navires appartenant à des compagnies françaises ayant une étuve à vapeur sous pression et un médecin désigné par le gouvernement59. Les arguments invoqués sont, une nouvelle fois, sanitaires, les paquebots transatlantiques français étant réputés plus hygiéniques que les cargo-boats britanniques de la route des Indes. Enfin, le voyage à bord de navires battant pavillon français est conçu comme un prolongement de l’ordre colonial sur les mers, puisqu’un « commissaire du gouvernement » y représente le gouverneur général. Des administrateurs coloniaux, dotés de prérogatives de puissance publique, y font respecter la réglementation sanitaire et servent d’intermédiaires entre les pèlerins et les personnalités extérieures. Ainsi le « navire à pèlerins » algérien est-il d’abord envisagé comme une manifestation de la souveraineté du gouvernement colonial sur ses sujets et, aux dires d’un journaliste de l’époque, s’apparente à des « prisons flottantes »60. Cet encadrement des déplacements n’est pourtant pas sans présenter un certain nombre de limites.

  • 61  Voir, par exemple, AOM, GGA, 16h/87, plaintes enregistrées à bord du navire « Olbia » en 1902.

41D’une part, les garanties de confort et de sécurité renforcées censées justifier ce régime spécial sont loin d’être respectées, avec, semble-t-il, la complicité des autorités algériennes soucieuses de ne pas faire peser de charges excessives sur les armateurs. Dès lors, les plaintes affluent concernant les cas d’entassement des pèlerins, d’installations médicales déficientes ou encore les abus divers du personnel de bord61. D’autre part, ce régime d’affrètement présente un coût élevé et rend illusoire toute perspective de concurrencer les unités britanniques. Le succès très relatif de ce « pèlerinage administré » (P. Boutry, 2000) au regard des objectifs de protection sanitaire et politique incite les autorités algériennes à renforcer les contrôles au retour du pèlerinage. Aussi, la quarantaine à la station de Tor, est-elle doublée, jusqu’en 1914, par un séjour supplémentaire d’observation au lazaret du cap Matifou, au large d’Alger (L. Escande, 1990).

  • 62  ADN, Djeddah, 57, 20 février 1912.
  • 63  AOM, GGA, 16h/88, courrier du préfet d'Oran du 10 mai 1906 au gouverneur général précisant qu'il a (...)

42De retour dans leur foyer, les pèlerins font par ailleurs l’objet d’une surveillance administrative discrète mais non moins réelle. Le charisme dont bénéficie le hajjî à son retour de pèlerinage contribue souvent à le rendre suspect62. Périodiquement, des enquêtes sont réalisées afin d’évaluer les dispositions d’esprit des Maghrébins rentrés de La Mecque et leur possible influence sur leurs coreligionnaires. Initialement réalisées par les bureaux arabes et les services de renseignement, ces enquêtes impliquent la plupart des échelons administratifs63.

  • 64  ADN, Tunisie, Postes du Sud, Zarzis, circulaire no 5 signée du résident général du 8 mars 1911 à l (...)
  • 65  ADN, Tunisie, Postes du Sud, Kebili, 125, 17 juillet 1896.
  • 66  ADN, Djeddah, 53, 23 mars 1889.
  • 67  Archives Générales de Tunisie (AGT), 276 bis, dossier 6.3, « indigènes algériens arrêtés en Tunisi (...)
  • 68  S. Thénault, Violence ordinaire dans l'Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à rési (...)
  • 69  En 1912, le consul Armez estime qu'« il n'y a jamais moins de 350 indigents en nombre moyen annuel (...)

43Enfin, les pèlerins clandestins – dont nous avons fait observer plus haut qu’ils concentraient les craintes des autorités coloniales liées au pèlerinage –, font l’objet d’une surveillance assidue aux frontières. Maires et administrateurs de communes mixtes sont tenus de signaler les mouvements de clandestins, au même titre qu’en Tunisie les cheikhs et khalifas64. Les clandestins arrêtés à la frontière tunisienne subissent une quarantaine de huit jours dans des lazarets de fortune, installés sous des tentes ou des gourbis, éloignés des oasis pour éviter tout risque de contagion65. Les peines auxquelles ils s’exposent sont très hétérogènes et peuvent aller de cinq francs d’amende66 pour des pèlerins tunisiens dépourvus de passeport jusqu’à une peine disciplinaire de deux à quatre mois d’emprisonnement au pénitencier de Tadmit, pour des pèlerins algériens convaincus des mêmes délits67. Dans ce dernier cas de figure, la condamnation moyenne est de deux mois d’emprisonnement et de cent francs d’amende. Selon l’enquête effectuée par Sylvie Thénault, la répression des départs clandestins en pèlerinage prend des proportions importantes, allant jusqu’à constituer, entre 1889 et 1914, le troisième motif d’internement, après le vol de bétail (bechara) et la délinquance urbaine68. Représentant en moyenne 10 % des effectifs maghrébins – soit une moyenne annuelle de 250 à 300 pèlerins – les clandestins sont en constante progression69. Si bien qu’en 1904, c’est, à sa façon, un constat d’échec que dresse le consul de Djeddah Étienne Dubief à propos de l’organisation algérienne du pèlerinage :

« On assiste maintenant parmi nos populations musulmanes à ce double phénomène :

1o Désuétude rapide du pèlerinage réglementé auquel ne pouvaient être admis que des individus jouissant en route d’un bien-être relatif, et par là-même défendus jusqu’à un certain point contre les épidémies ;

  • 70  ADN, UI, 1er versement, 530, 3 février 1904.

2o Organisation simultanée d’un pèlerinage clandestin, dont la vogue menace d’aller croissant, précisément parce qu’il a échappé à tout contrôle, et qui, si l’on n’y porte remède, entraînera de plus en plus un ramassis de faméliques »70.

  • 71  L'article 16 de la loi du 15 juillet 1914 sur le régime de l'indigénat en Algérie vient supprimer (...)

44Critiquée de toutes parts, cette organisation contraignante, tant sur le plan sanitaire qu’administratif, est abandonnée à la veille de la Grande Guerre71. La peur d’une contagion épidémique et politique suscitée par le pèlerinage à La Mecque a provoqué chez les Européens une réponse essentiellement défensive, matérialisée par le renforcement des frontières sanitaires autour des lieux saints de l’islam, réplique de la modernité coloniale au périmètre sacré (haram) qui protège les lieux saints de toute intrusion des non-musulmans. Cette réponse des États européens est symptomatique d’une intégration croissante de la « biopolitique » (M. Foucault, 1976) dans la gestion des empires coloniaux. Cette peur de la contagion, construite autour du double mythe de la pandémie cholérique et du panislamisme conçu, dans une perspective eschatologique, comme un grand soir des empires coloniaux, est largement liée à un processus d’information imparfaite où la rumeur le dispute à l’ignorance des modes de transmission épidémiques. S’il persiste sous une forme atténuée après la Grande Guerre, cet imaginaire colonial du hajj tend à s’épuiser sous l’effet de plusieurs facteurs. Les progrès de la bactériologie et la généralisation de la vaccination vont contribuer à éloigner le risque cholérique des lieux saints de l’islam, désormais soumis à des pathologies plus ordinaires. Le fantasme panislamique est quant à lui mis à mal par l’abolition du califat en 1924 et l’arrivée au pouvoir d’une monarchie saoudienne soucieuse de normalisation politique et diplomatique.

Haut de page

Bibliographie

Ageron Charles-Robert, 2005, Les algériens musulmans et la France 1871-1919, Paris, Bouchène.

Alberti Amedeo, 1912, I Musulmani e La Mecca, I Riti, Napoli, Melfi e Joele.

Artusiat Céleste, 1893, Contre La Mecque, Paris, Oudin.

Ben Chérif, 1919, Aux villes saintes de l’islam, Paris, Librairie Hachette.

Burton Richard Francis, 2007, Voyage à La Mecque (Personal Narrative of a Pilgrimage to Al Madinah and Meccah, 1855), Paris, Payot.

Bhattacharya Neeladri, 2006, « Predicaments of Mobility. Peddlers and Itinerants in Nineteenth Century Northwestern India », in Markovits C., Pouchepadass J., Subrahmanyam S. (éds.), Society and Circulation. Mobile People and Itinerant Cultures in South Asia 1750-1950, Londres, New York, Delhi, Anthem Press, p. 193-204.

Boivin Michel, 2009, « Les musulmans et la nation dans l’Inde britannique : approche historique d’une représentation », in Borde D., Falaize B. (éds.), Religions et colonisation, Paris, Les Éditions de l’Atelier, p. 263-272.

Borel Frédéric, 1904, Choléra et peste dans le pèlerinage musulman, Paris, Masson.

Boutry Philippe, Fabre Pierre-Antoine, Julia Dominique (éds.), 2000, Rendre ses vœux. Les identités pèlerines dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Caetani Leone, 1912, La funzione dell’Islam nell’évoluzione della civiltà italiana, Roma, Casa editrice italiana.

Cannadine David, 2001, Ornamentalism. How the British Saw their Empire, London, Penguin Books.

Chabbi Jacqueline, 1997, Le seigneur des tribus. L’islam de Mahomet, Paris, Noêsis.

Chantre Luc, 2009, « Se rendre à La Mecque sous la Troisième République, contrôle et organisation des déplacements des pèlerins du Maghreb et du Levant entre 1880 et 1939 », Cahiers de la Méditerranée, 78-2, p. 202-227.

Charmes Gabriel, 1883, L’Avenir de la Turquie. Le Panislamisme, Paris, Calmann Lévy.

Chassaigne Philippe, 2008, Histoire de l’Angleterre des origines à nos jours, Paris, Flammarion.

Chiffoleau Sylvia, 2012, Genèse de la santé publique internationale, Beyrouth, Rennes, Institut français du Proche-Orient et Presses universitaires de Rennes.

Christie James, 1876, Cholera Epidemics in East Africa, London, Macmillan.

Couvy Louis, 1934, Le Choléra et le pèlerinage musulman au Hedjaz, Paris, OHIP.

Daguillon Léon, 1866, Le Hedjaz (pèlerinage à La Mecque). Étude sur sa géographie, ses caravanes, ses épidémies, Paris, Challamel.

Deringil Selim, 1998, The Well Protected Domains. Ideology and the Legitimation of Power in the Ottoman Empire, 1876-1909, London, New York, I. B. Tauris.

Djaït Hichem, 2008, La vie de Muhammad, tome II. La prédication prophétique à La Mecque, Paris, Fayard.

Dobbin Christine, 1970, Basic Documents in the Development of Modern India and Pakistan, London, Van Nostrand Reinhold Company.

Dodwell Henry, 1932, The Indian Empire 1858-1918 (The Cambridge History of the British Empire, vol. 5), Cambridge University Press.

Doughty Charles Montagu, 2001, Arabia Deserta (Travels in Arabia Deserta, 1888), Paris, Payot.

Duguet Firmin, 1932, Le Pèlerinage à La Mecque au point de vue religieux, social et sanitaire, Paris, Éditions Rieder.

Dupront Alphonse, 1987, Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, Gallimard.

Durkheim Émile, [1912] 2008, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France.

Escande Laurent, 1990, « Le pèlerinage à La Mecque vu d’Algérie. Aspects sanitaires (1870-1940) », mémoire de maîtrise, université d’Aix-Marseille.

Fischer-Tiné Harald, The Limits of British Colonial Control in South Asia. Spaces of Disorder into the Indian Ocean Region, 2008.

Foucault Michel, 1976, Histoire de la sexualité. Tome 1 : La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Georgeon François, 2003, Abdülhamid II, le Sultan-Calife, Paris, Fayard.
–, 1997, « Le sultan caché. Réclusion du souverain et mise en scène du pouvoir à l’époque de Abdülhamid II (1876-1909) », Turcica, 29.

Grosser Pierre, 2010, « Comment écrire l’histoire des relations internationales aujourd’hui ? Quelques réflexions à partir de l’Empire britannique », Histoire@Politique, Politique, Culture, Société, 10.

Haddad Mouloud, 2010, « Les maîtres de l’heure : soufisme et eschatologie en Algérie coloniale (1845-1901) », Revue d’histoire du xixe siècle, 41, p. 49-61.

Hammoudi Abdellah, 2005, Une Saison à La Mecque, Paris, Le Seuil.

Harrison Mark, 1992, « Quarantine, Pilgrimage and Colonial Trade: India 1866-1900 », The Indian Economic and Social Review, 29-2.

Headrick Daniel, 1981, The Tools of Empire. Technology and European Imperialism in the Nineteenth Century, Oxford, Oxford University Press.

Hunter William Wilson, 1872, The Indian Musulmans, London, Trübner & Co.

Jervis Robert, 1976, Perception and Misperception in International Politics, Princeton University Press.

Jones Kenneth, 1981, « Religious Identity and the Indian Census », in Barrier N. G. (éd.), The Census in British India, New Perspectives, Delhi, Manohar.

Jorland Gérard, 2010, Une société à soigner. Hygiène et salubrité en France au xixe siècle, Paris, Gallimard.

Jousseaulme Ferdinand, 1894, Un voyage de pèlerins algériens à La Mecque. Quelques considérations sur l’application des mesures sanitaires internationales dans la mer Rouge, Montpellier, Imprimerie centrale du Midi.

Kaddache Mahfoud, 2003, L’Algérie des Algériens de la préhistoire à 1954, Paris, Edif 2000.

Karpat Kemal, 2001, The Politicization of Islam, Oxford, Oxford University Press.

Keck Frédéric, 2010, Un monde grippé, Paris, Flammarion.

Kimon Daniel, 1897, La pathologie de l’islam et les moyens de le détruire. Étude psychologique, Paris, chez l’auteur.

Laffan Michael, 2002, « “A Watchful Eye”. The Meccan Plot of 1881 and Changing Dutch Perception of Islam in Indonesia », Archipel, 63.

Lalouette Jacqueline, 2002, La République anticléricale xixe-xxe siècles, Paris, Le Seuil.

Landau Jacob, 1990, The Politics of Pan-Islam. Ideology and Organization, Oxford, Clarendon Press.

Larché Émile, 1892, « Le vagabondage et la mendicité en Algérie », Revue pénitentiaire, 23, Paris.

Le Châtelier Alfred, « Politique musulmane. Lettre à un conseiller d’État », Revue du Monde musulman, vol. XII, no IX, Paris, E. Leroux, 1910.

Leroy-Ladurie Emmanuel, 1978, « Un concept : l’unification microbienne du monde (xive-xviie siècles) », in Leroy-Ladurie E., Le territoire de l’historien, vol. 2, Paris, Gallimard.

Les sociétés secrètes chez les musulmans par l’abbé Rouquette, 1899, Paris, Librairie Delhorme et Briguet.

Liauzu Claude, 1994, L’Europe et l’Afrique méditerranéenne de Suez (1869) à nos jours, Bruxelles, Complexe.

Lorcin Patricia, 2005, Kabyles, arabes, français : identités coloniales, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

Luizard Pierre-Jean, 2006, Le choc colonial et l’islam, Paris, La Découverte.

Maraval Pierre, 2011, Lieux saints et pèlerinages d’Orient. Histoire et géographie des origines à la conquête arabe, Paris, Cerf et CNRS Éditions.

Metcalf Thomas, 1994, Ideologies of the Raj, the New Cambridge History of India, III (4), Cambridge University Press.

Mishra Saurabh, 2011, Pilgrimage, Politics and Pestilence. The Haj from the Indian Subcontinent, 1860-1920, New Dehli, Oxford University Press.

Ochsenwald William, 1980, The Hidjaz Railroad, Charlottesville, University Press of Virginia.
–, 1984, Religion, Society and the State in Arabia. The Hidjaz under Ottoman Control 1840-1908, Ohio State University Press.

Pearson Michael, 1995, Pilgrimage to Mecca. The Indian Experience, 1500-1800, Princeton, Markus Wiener Publishers.

Piquet Caroline, 2009, Histoire du canal de Suez, Paris, Perrin.

Proust Adrien, 1895 « Le pèlerinage à La Mecque et la propagation des épidémies », Revue des Deux Mondes, 15 mai 1895.

Qureshi Naeem, 1999, Pan-Islam in British Indian Politics, Leiden, Brill.

Rapport médical de M. Delarue, commissionné par M. le Gouverneur général d’Algérie à bord du « Picatvia » pour le pèlerinage de La Mecque en 1891, 1892, Alger, Girault.

Recueil des traités de la porte ottomane avec les puissances étrangères, 1868, tome 3, Paris, Amyot.

Renan Ernest, [1892] 2005, L’islam et la science, conférence en Sorbonne, Paris, L’Archange Minotaure.

Robb Peter, 2002, A History of India, New York, Palgrave.

Roff William, 1982, « Sanitation and Security. The Imperial Powers and the Nineteenth Century Hajj », Arabian Studies, 6, p. 143-160.

Rossi Giovanni, 1897, Nei Paesi d’Islam. Impressioni e Ricordi, Roma, Rocca S. Casciano.

Rotton John, Warton Edward, 1858, The Chaplain’s Narrative of the Siege of Delhi from the Outbreak at Leerut to the Capture of Delhi, Londres, Smithe, Elder and Co.

Siegfried André, 1960, Itinéraires de contagion. Épidémies et idéologies, Paris, Armand Colin.

Singha Radhika, 2008, « The Problem of the Pauper Pilgrim in Colonial India c. 1882-1925 », in Tambe A., Fischer-Tiné H. (éds.), The Limits of British Colonial Control in South Asia. Spaces of Disorder in the Indian Ocean Region, London, Routledge.

Subrahmanyam Sanjay, 2005, Explorations in Connected History. From the Tagus to the Ganges, Oxford, Oxford University Press.

Taraud Christelle, 2003, La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot.

Thénault Sylvie, 2012, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob.

Turner Victor, [1969] 1990, Le phénomène rituel. Structures et contre-structures (The Ritual Process : Structure and Anti-Structure), Paris, Presses universitaires de France.

Tolan John, 2003, Les Sarrasins. L’islam dans l’imagination européenne au Moyen-Âge, Paris, Flammarion.

Triaud Jean-Louis, 1995, La légende noire de la Sanusiyya, une confrérie musulmane saharienne sous le regard français (1840-1930), Paris, Éditions de la MSH.

Wald Priscilla, 2008, Contagious: Cultures, Carriers and the Outbreak Narrative, Durham, London, Duke University Press.

Haut de page

Notes

1  L'estimation basse est celle de la commission ottomane du Hedjaz envoyée sur les lieux ; l'estimation haute celle de la communauté des consuls et médecins sanitaires européens. C'est cette dernière qui est retenue lors de la conférence sanitaire de Constantinople en 1866.

2  « Rapport à la Conférence sanitaire sur les questions du programme relatives à l'origine, à l'endémicité, à la transmissibilité et à la propagation du choléra en date du mois de mai 1866 », in Recueil des traités de la porte ottomane avec les puissances étrangères, tome 3, Paris, Amyot, 1868, p. 460.

3  On passe ainsi de 2 millions de tonnes de marchandises en 1875 à 20 millions de tonnes en 1913. Cf. Liauzu C., L'Europe et l'Afrique méditerranéenne de Suez (1869) à nos jours, Bruxelles, Complexe, 1994. Le nombre de passagers passe, quant à lui de 26 758 en 1870 à 252 691 en 1910. Cf. Piquet C., Histoire du canal de Suez, Paris, Perrin, 2009.

4  On passe d'une moyenne de 700 tonnes en 1850 à 5 500 en 1880 et 26 200 tonnes en 1910. Le prix du frêt aurait quant à lui connu une diminution de l'ordre de 90 % entre 1869 et 1893. Cf. Headrick Daniel H., The Tools of Empire. Technology and European Imperialism in the Nineteenth Century, Oxford University Press, 1981, p. 167-168.

5  Sources : statistiques de l'Office sanitaire de Djeddah.

6  Archives du Foreign Office (FO) 195/1251, 10 mars 1879.

7  Archives Diplomatiques de Nantes (ADN), Djeddah, 55, 10 janvier 1882.

8  ADN, Djeddah, correspondance générale, 6 et 7, 4 novembre 1882.

9  ADN, Djeddah, 56, 29 avril 1893.

10  Voir à ce sujet, Chabbi J., Le seigneur des tribus. L'islam de Mahomet, Paris, Noêsis, 1997 ou encore Djaït H., La vie de Muhammad, tome II. La prédication prophétique à La Mecque, Paris, Fayard, 2008 (trad. française), p. 171. Ainsi le huitième jour du mois de dhû l-hijja est-il traditionnellement appelé yawm at-tarwiya ou jour de l'abreuvement, par référence à la pratique des Bédouins consistant à abreuver leur monture avant de gagner la plaine d'Arafat.

11  Rapport médical de M. Delarue, commissionné par M. le Gouverneur général d'Algérie à bord du « Pictavia » pour le pèlerinage de La Mecque en 1891, Alger, Girault, 1892, p. 37.

12  FO 881/4762, 24 décembre 1882.

13  ADN, Djeddah, correspondance générale, 6 et 7, 4 novembre 1882.

14  Il s'agit d'une course effectuée sept fois de suite par le pèlerin, entre les monticules d'Al Safâ et d'Al Marwa – quatre fois dans un sens et trois fois dans l'autre – en mémoire de la course d'Agar dans le désert destinée à trouver une source pour abreuver son fils Ismail.

15  ADN, Djeddah, Correspondance générale, 1, 20 juillet 1859.

16  Archives d'Outre-Mer (AOM), GGA, 16h/84, circulaire du 6 juillet 1880. Les autorités locales répercutent fréquemment cette conception. Ainsi, un préfet d'Oran fait-il remarquer en 1907 qu'« il eut été préférable, à mes yeux, de ne pas permettre à nos sujets musulmans d'aller ranimer leur fanatisme au foyer de l'islam » (AOM, 16h/88, 7 janvier 1907).

17  Sur l'imaginaire médiéval de l'islam, voir Tolan J., Les Sarrasins. L'islam dans l'imagination européenne au Moyen-Âge, Paris, Flammarion, 2003.

18  Kimon D., La Pathologie de l'islam et les moyens de le détruire. Étude psychologique, Paris, chez l'auteur, 1897, p. 51.

19  Proust A., « Le pèlerinage à La Mecque », art. cit., p. 386.

20  FO 195/1251, 12 mars 1879.

21  Ibid., 6 août 1879.

22  Ibid., 22 décembre 1880.

23  FO 195/1313-14, rapport confidentiel de Yussuf Kudzzi du 10 décembre 1880 sur la situation de La Mecque et du Hedjaz.

24  Dépêche du 18 mai 1881, citée in Laffan M., « “A Watchful Eye” ; The Meccan Plot of 1881 and Changing Dutch Perception of Islam in Indonesia », Archipel, 63, 2002, p. 96.

25  AOM, 16h/84, 31 mai 1882.

26  Sur cette « perception of centralization », voir Jervis R., Perception and Misperception in International Politics, Princeton University Press, 1976.

27  Sur le contexte d'émergence du panislamisme, voir Karpat K., The Politicization of Islam, Oxford University Press, 2001 ; Landau J., The Politics of Pan-Islam. Ideology and Organization, Oxford, Clarendon Press, 1990 ; Qureshi N., Pan-Islam in British Indian Politics, Brill, Leiden, 1999.

28  Sur le cas spécifique du mahdisme algérien, voir Haddad M., « Les maîtres de l'Heure : soufisme et eschatologie en Algérie coloniale (1845-1901) », p. 49-61, Revue d'histoire du xixe siècle, 41, 2010.

29  Plus de deux cents opuscules à la gloire du nouveau sultan-calife auraient ainsi été publiés entre 1880 et 1908, cf. Georgeon F., Abdülhamid II, op. cit., p. 200.

30  ADN, Unions Internationales (UI), 1er versement, 528, 1er mai 1902.

31  Voir, par exemple, ADN, UI, 1er versement, 529, 16 novembre 1900.

32  ADN, Constantinople, E, 293, 28 juillet 1900. C'est l'époque où sont lancées de vastes enquêtes sur le rôle des confréries auprès des différents postes d'Orient.

33  Les sociétés secrètes chez les musulmans par l'abbé Rouquette, Paris, Librairie Delhorme et Briguet, 1899, p. VI, p. 155.

34  Caetani L., La funzione dell'Islam nell'évoluzione della civiltà italiana, Rome, Casa editrice italiana, 1912, p. 33.

35  L'Écho d'Alger, article « le pèlerinage à La Mecque » du 24 octobre 1913.

36  Archives Nationales (AN), F19/5562, article du 8 février 1900.

37  ADN, Djeddah, 57, dépêche du 20 février 1912.

38  Le montant de cette somme minimale s'élève à mille francs dans les décennies 1880 et 1890, AOM, 16h/83, 21 juillet 1887.

39  Ce comité est intégré en 1889 au ministère de l'intérieur, sous la forme d'une direction de l'assistance et de l'hygiène publique.

40  AOM, GGA, 16h/86. L'expression est du docteur Lathuraz-Viollet dans un rapport du 24 juillet 1896 adressé au directeur de la santé de la ville d'Alger.

41  La révolte des Cipayes, autrement appelée « Grande Rébellion » par les historiens indiens est le nom donné à la mutinerie de soldats indiens de l'armée de la compagnie des Indes orientales entre mai 1857 et juin 1858.

42  Les deux expressions sont du consul Reyts, FO 195/870, 27 mai et 20 août 1875.

43  Entre 1876 et 1878, deux mauvaises moussons entraînent une pénurie de riz et blé dur. Sont touchés les États de Madras, de Mysore, d'Oudh, d'Hyderabad et du Deccan où la famine provoque 800 000 morts, cf. Dodwell H. H., The Indian Empire 1858-1918 (The Cambridge History of the British Empire, vol. 5), Cambridge University Press, 1932, p. 300-304.

44  FO 195/1987, Bulletin de l'Office sanitaire de Djeddah de décembre 1897.

45  T. Metcalf, op. cit., p. 160.

46  FO 78/4094, 27 février 1886.

47  FO 881/1451, 13 mai 1883.

48  FO 78/4094, 26 avril 1886.

49  . « Nous déclarons qu'il est de notre volonté royale et de notre bon plaisir qu'aucun de nos sujets ne soit favorisé en aucune façon, ni molesté, ni inquiété en raison de sa foi ou de ses pratiques religieuses, mais que tous puissent jouir également de la protection égale et impartiale de la loi ; et nous enjoignons et ordonnons à tous ceux qui ont reçu autorité de nous de s'abstenir de toute interférence avec les croyances religieuses et les cultes d'un quelconque de nos sujets sous peine de souffrir notre plus grand déplaisir », déclaration du 1er novembre 1858 ; cf. Dobbin C., Basic Documents in the Development of Modern India and Pakistan, Londres, Van Nostrand Reinhold Company, 1970, p. 20.

50  S. Chiffoleau y voit l'imposition d'une pureté hygiénique (nazafâ) que l'on tenterait de substituer à la pureté religieuse (tahâra) propre au rite pèlerin, op. cit., p. 214.

51  ADN, Unions Internationales (UI), 1er versement, 527, 6 décembre 1899.

52  FO 195/1415, 17 novembre 1882.

53  Harisson M., art. cit., p. 124-125.

54  FO 195/1482, 3 octobre 1891.

55  ADN, Djeddah, 56, rapport de la Commission d'inspection des lazarets sur le lazaret d'Abou-Saad, Wasta et Abou-Ali, présenté au Conseil supérieur de la santé le 12 juin 1906.

56  ADN, Djeddah, 56, 10 mai 1908.

57  Statistiques fournies par le Conseil supérieur de santé de Constantinople. FO 78/4328, rapport du 21 septembre 1890.

58  ADN, Djeddah, 56 et 57, 22 février 1912.

59  AOM, GGA, 16h/84, 22 avril 1891.

60  Article « Lettre d'Algérie », Le Tell, 6 novembre 1913.

61  Voir, par exemple, AOM, GGA, 16h/87, plaintes enregistrées à bord du navire « Olbia » en 1902.

62  ADN, Djeddah, 57, 20 février 1912.

63  AOM, GGA, 16h/88, courrier du préfet d'Oran du 10 mai 1906 au gouverneur général précisant qu'il a envoyé une circulaire aux maires et administrateurs leur prescrivant d'interroger les pèlerins à leur retour de pèlerinage.

64  ADN, Tunisie, Postes du Sud, Zarzis, circulaire no 5 signée du résident général du 8 mars 1911 à l'attention des commandants militaires des territoires du Sud.

65  ADN, Tunisie, Postes du Sud, Kebili, 125, 17 juillet 1896.

66  ADN, Djeddah, 53, 23 mars 1889.

67  Archives Générales de Tunisie (AGT), 276 bis, dossier 6.3, « indigènes algériens arrêtés en Tunisie au retour de La Mecque », dépêche du gouverneur général du 17 décembre 1912.

68  S. Thénault, Violence ordinaire dans l'Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2012. Sur les 423 dossiers examinés pour les départements d'Alger et de Constantine, 61 (soit 14 %) sont relatifs à des infractions à la réglementation sur les départs en pèlerinage.

69  En 1912, le consul Armez estime qu'« il n'y a jamais moins de 350 indigents en nombre moyen annuel, 400 avec les Marocains », ADN, Djeddah, 57, 20 février 1912.

70  ADN, UI, 1er versement, 530, 3 février 1904.

71  L'article 16 de la loi du 15 juillet 1914 sur le régime de l'indigénat en Algérie vient supprimer le régime d'autorisation en vigueur pour les pèlerinages, à charge pour le pèlerin de se conformer aux conditions et prescriptions sanitaires en vigueur.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Nombre moyen de pèlerins débarqués dans le port de Djeddah entre 1870 et 19155
URL http://assr.revues.org/docannexe/image/25258/img-1.png
Fichier image/png, 61k
URL http://assr.revues.org/docannexe/image/25258/img-2.png
Fichier image/png, 3,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Chantre, « Entre pandémie et panislamisme », Archives de sciences sociales des religions, 163 | 2013, 163-190.

Référence électronique

Luc Chantre, « Entre pandémie et panislamisme », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 163 | juillet-septembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/25258 ; DOI : 10.4000/assr.25258

Haut de page

Auteur

Luc Chantre

CRIHAM (Centre de recherches interdisciplinaires en histoire, art et musicologie), EA 4270 Université de Poitiers, luc.chantre@univ-poitiers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org