Navigation – Plan du site
Figures et substituts de saints

Les « vraies » statues et leurs substituts

“Real” statues and their substitutes
Las “verdaderas” imágenes y sus substitutos
Marlène Albert-Llorca
p. 251-268

Résumés

Dans tout le monde chrétien, on raconte de certaines images cultuelles, le plus souvent des images de la Vierge Marie, qu'elles auraient été miraculeusement découvertes à l'endroit où s'élève leur sanctuaire. Ces récits, qui visent à justifier la sacralité et donc les pouvoirs miraculeux de ces images (presque toujours des statues dans le monde catholique) impliquent que chacune d'elles est une réalité unique. Car, s'il peut y avoir de multiples représentations de la Vierge Marie, il n'existe qu'une seule statue à avoir été découverte à tel endroit et dans telles circonstances. Il arrive, néanmoins, que la statue destinataire du culte public ne soit pas celle dont la légende raconte la découverte mais une autre que l'on est amené à substituer à la « vraie ». Cet article examine plusieurs cas où il en va ainsi et s'attache à cerner la valeur que les dévots octroient, dans chaque cas, à la « vraie » image et à son substitut.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

imagen de culto, copia, ritual, Virgen, ermita
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ces images sont toujours des icônes dans le christianisme orthodoxe et le plus souvent des statues (...)

1Selon un légendaire répandu dans le christianisme latin comme dans la chrétienté orthodoxe, certaines images cultuelles1, le plus souvent des images représentant la Vierge Marie, auraient une origine surnaturelle. Dès le vie siècle, on raconte ainsi que l'icône d'Édesse fut produite par le Christ lui-même, qui appliqua son visage sur un linge où ses traits restèrent à jamais imprimés. Bien plus tardivement, on trouve des légendes comparables à propos des images mariales : telle Vierge aurait été apportée par des anges ; un saint aurait peint ou sculpté telle autre ; telle autre encore aurait été découverte grâce à un signe du Ciel alors qu'on l'avait enterrée pour éviter qu'elle ne soit profanée par des impies. Ces légendes visent, de toute évidence, à affirmer la sacralité de ces objets. Suggérer que la statue est une sorte de relique, qu'elle émane d'un être saint ou qu'elle vient de l'au-delà, c'est dire en effet que sa valeur ne tient pas, ou pas seulement, à ce qu'elle représente la Vierge Marie mais à ce qu'elle est, en elle-même, une chose sainte et donc puissante. Aussi toutes ces images sont-elles réputées miraculeuses.

  • 2  Je désigne uniquement, par l'expression « images miraculeuses », les images auxquelles est attaché (...)
  • 3  J'écarte donc les gravures, statuettes, etc. destinées aux dévotions privées. J'ai examiné les pro (...)

2Les légendes attachées à leur découverte impliquent, par ailleurs, que chacune d'elles est une réalité unique. Car, s'il peut y avoir de multiples représentations de la Vierge Marie, il n'existe qu'une seule statue à avoir été découverte à tel endroit et dans telles circonstances. Aussi toutes les images miraculeuses2 ont-elles un nom propre qui est aussi le plus souvent celui du lieu de leur invention : Notre-Dame de Font-Romeu, Notre-Dame de Nuria, etc. Il arrive, néanmoins, que la statue destinataire du culte public3 ne soit pas celle dont la légende raconte la découverte mais une autre statue que l'on est amené à substituer, pour des raisons variables, à la « vraie ». On pourrait s'attendre, en toute rigueur, à ce que ce substitut soit investi par les dévots d'un degré de sacralité moindre que l'original, du moins lorsqu'ils savent (ce n'est pas toujours le cas, on va le voir) qu'il s'agit cette fois d'un artefact humain. Or, dans certaines situations, le substitut est traité comme s'il était investi de la même sacralité que l'original. Comment comprendre qu'il puisse en aller ainsi ?

Le substitut, une statue reliquaire

3Le premier cas que j'examinerai est celui des statues qui sont venues remplacer, dans l'Espagne franquiste, les images miraculeuses détruites au cours des crises anticléricales et iconoclastes qui se produisirent lors de l'instauration de la deuxième République espagnole, en 1931, puis après l'annonce du coup d'État du général Franco, en juillet 1936. Sa victoire, à l'issue de la guerre civile qui suivit son coup d'État, se traduisit entre autres choses par la restauration du culte catholique et de ses moyens d'exercice : bon nombre de Vierges miraculeuses qui avaient été mises en pièces ou brûlées furent refaites dans les années d'après-guerre.

4Au cours des années 1990, période où j'ai effectué mes enquêtes, aucun de mes interlocuteurs (des femmes, le plus souvent), n'avait oublié ces événements. Dans la dizaine de localités vouées à une Vierge miraculeuse où je me suis rendue, on m'a donc raconté la façon dont elle avait été détruite (dans un bûcher allumé par des individus étrangers à la communauté locale, m'a-t-on toujours dit) ou, plus exactement, dont on avait essayé de la détruire. Car, partout, les personnes avec qui je me suis entretenue ont affirmé qu'une partie de la statue originelle avait été retrouvée dans les cendres du bûcher : ici, sa tête ; là, une de ses mains ; ailleurs, un doigt ou encore le sceptre de l'Enfant Jésus. Et, partout, on m'a également assuré que ce vestige avait été intégré à la nouvelle statue : le parallélisme avec les statues reliquaires des saints est ici frappant, l'image originelle tenant dans ce cas le rôle du corps du saint.

5Autre exemple de cette affirmation d'une continuité substantielle entre l'image miraculeuse et son substitut, l'histoire présumée du « calvaire » et de la restauration de la Mare de Déu dels Desamparats, patronne de Valence et de sa région, telle que la rapporte dans un ouvrage publié en 1993 un de ses hagiographes, journaliste de Las Provincias, le quotidien de la droite catholique valencienne. Le sanctuaire de la Vierge, situé au centre de la ville, fut attaqué par un groupe de Républicains le 21 juillet 1936 : ils criblèrent la statue de balles, puis mirent le feu à l'édifice. Quelques dévots réussirent à en retirer la statue, qui fut transportée et cachée dans la mairie de Valence. On l'en sortit à la fin de la guerre mais, comme elle avait été défigurée par les balles, il fallut la restaurer avant de la rendre au culte. Un sculpteur aurait affirmé alors qu'il avait secrètement pris un moulage de cire de la tête de la Vierge avant la guerre, moulage qu'il utilisa pour refaire son visage (B. Bueno Tárrega, 1993 : 163-164).

  • 4  Dans un des livres qu'il a écrits sur la Vierge de Valence, le Père Aparicio Olmos, qui fut chapel (...)
  • 5  Les fidèles n'ont certes pas toujours le moyen de juger de cette ressemblance, disposant rarement (...)

6Ce procédé, dont on peut douter qu'il ait été effectivement utilisé4, n'est pas sans évoquer une pratique que Philippe Ariès commente dans son livre sur la mort en Occident. Au xve siècle, explique-t-il, l'Église offrait à la vénération des fidèles des effigies de cire ou de bois représentant les saints, effigies réalisées à partir de moulages pris sur leur visage immédiatement après leur mort. On appelait ces effigies des « représentations » ou des « représentations au vrai » et elles étaient l'objet d'une dévotion aussi forte que les tombeaux et les reliquaires (P. Ariès, 1977 : 170-171). C'est également le cas de la statue actuelle de la Mare de Déu dels Desamparats : ressemblant parfaitement à la statue originelle5 et ayant avec elle, de plus, un lien métonymique, elle en est aussi une « représentation au vrai » et peut donc être investie du même degré de sacralité que son modèle.

7Dans le cas de figure qui vient d'être examiné, l'original et son substitut se succèdent dans le temps, la « statue reliquaire » venant prendre la place d'une image disparue ou du moins défigurée. Or il arrive aussi que la « vraie » statue et sa réplique soient contemporaines. Quelle relation est alors établie entre elles ? En effet, si l'on conçoit qu'une « statue reliquaire » puisse occuper la même place et avoir la même valeur que l'image miraculeusement découverte qui l'a précédée, cela paraît plus difficile lorsque les deux statues coexistent. J'examinerai d'abord ce qu'il en est à Font-Romeu, le plus important des lieux de pèlerinage des Pyrénées-Orientales.

La « métayère » et sa patronne

  • 6  En catalan, Font-Romeu signifie fontaine (ou source) du pèlerin. On ignore si le lieu fut ainsi no (...)
  • 7  Depuis 1957, Font-Romeu n'est plus un hameau d'Odeillo mais un des trois membres d'un groupement c (...)

8La Vierge de Font-Romeu aurait été découverte par un bouvier qui gardait ses bêtes sur une estive située au-dessus du village d'Odeillo. Intrigué par le comportement de son taureau qu'il vit plusieurs jours de suite gratter le sol près de la source qui a donné son nom au lieu6, il le suivit et découvrit la statue à demi enfouie. Avertie de ce prodige, la population d'Odeillo, dont dépendait alors le territoire de Font-Romeu7, accourut sur les lieux et transporta la Vierge à l'église paroissiale Saint-Martin d'Odeillo ; elle y resta jusqu'au moment où une chapelle fut construite pour elle, à l'endroit même de l'invention (photo no 1).

Photo 1. 

Photo 1. 

La « vraie » statue de Notre-Dame de Font-Romeu devant son ermitage, le jour de sa fête

(début xxe siècle, © Musée de Cerdagne, fonds Gironès)

9Jusque-là, rien que de très classique : on dit de la plupart des Vierges miraculeuses qu'elles furent découvertes dans un écart, celui où s'élève aujourd'hui leur sanctuaire. Les Vierges auxquelles sont consacrés ces ermitages n'en sortent jamais ou, dans les rares endroits où cela se produit, ne le font qu'à des occasions exceptionnelles et pour quelques jours seulement : parfois transférée pour sa fête à l'église paroissiale de la commune où se trouve l'ermitage, la statue pouvait aussi, autrefois, y être transportée lorsque la population, affectée par quelque calamité, voulait implorer son intercession, ce qui amenait généralement à la garder dans l'église pour une neuvaine. Le cas de Font-Romeu est, à cet égard, tout à fait singulier. Car, jusqu'au début du xxe siècle, la Vierge ne restait dans son ermitage que pendant quelques semaines, entre le dimanche de la Trinité, au mois de mai, et le 2 juillet, jour de la fête de la Visitation ; pendant les dix autres mois de l'année, elle était dans l'église d'Odeillo.

10Cette situation s'explique en partie par la situation géographique de l'ermitage. Comme il se trouve à 1 800 mètres d'altitude, il était très difficile d'y accéder pendant l'hiver. Jusqu'au début du xxe siècle, période où l'on construisit une route carrossable et une voie de chemin de fer, il était donc fermé pendant la mauvaise saison. Sans doute aurait-on pu y laisser la statue, comme on le faisait à Nuria, un sanctuaire marial qui se trouve sur le versant espagnol de la montagne, à peu près à la même altitude que Font-Romeu. On préféra, du côté français, transférer la statue à Odeillo, situé moins haut dans la montagne. Le souhait de protéger la statue des intempéries n'explique pas, cependant, la date choisie pour la descendre : le 2 juillet, l'hiver est encore loin ! Force est donc de penser qu'on avait d'autres raisons de redescendre si vite la statue à Odeillo. On peut supposer que l'une d'elles était la volonté de la population d'Odeillo de garder la Vierge le plus longtemps possible dans ses murs. Car une statue dotée de pouvoirs miraculeux est un bien précieux...

11Les translations de la Vierge entre l'ermitage et l'église ont perduré jusqu'à nos jours, le seul changement notable étant celui de la date de sa descente – el Baixar en catalan –, que l'on déplaça du 2 juillet au 8 septembre au début du xxe siècle. À cette date, l'Église célèbre la Nativité de Marie et c'est aussi le jour où l'on fête généralement les Vierges miraculeuses. Il en allait ainsi pour Notre-Dame de Font-Romeu comme en témoigne, entre autres sources, l'inventaire des sanctuaires mariaux de Catalogne qu'établit au xviie siècle un dominicain, Narcis Camós (1657). Or, à la fin du xixe siècle, on célébrait cette fête à l'ermitage... alors même que la Vierge se trouvait déjà à Odeillo à cette date ! Un érudit local, l'abbé Rous, ne manqua pas de relever cette anomalie dans l'opuscule sur l'histoire de la Vierge qu'il publia en 1890 ; il y souligne que l'absence de la statue enlève « un de ses attraits les plus émouvants » à la fête célébrée pour elle (Rous, 1890 : 257). C'est sans doute pour redonner tout son lustre à la célébration qu'on décida de fixer la « descente » de la Vierge au 8 septembre. Cette décision était d'autant plus judicieuse que Font-Romeu commençait alors à être une station renommée, tant pour les sports d'hiver que pour les loisirs estivaux, et qu'une fête brillante pouvait attirer une partie des touristes qui s'y trouvaient en septembre.

  • 8  La quantité d'ex-votos, et plus particulièrement de tableaux votifs toujours exposés aujourd'hui d (...)

12À l'époque où l'on fermait l'ermitage pendant l'hiver, le fait que la statue de Notre-Dame de Font-Romeu ne s'y trouvait plus n'avait rien de gênant. Mais, lorsqu'il devint possible d'y accéder en toute saison, il devint difficile de perpétuer cette situation. On décida donc de l'ouvrir toute l'année, mais tout en continuant à transférer la statue à Odeillo. Arrêter les translations, en effet, c'eût été rompre avec une vénérable tradition qui contribue à marquer la singularité de la Vierge de Font-Romeu : seules les images miraculeuses sont périodiquement transférées de l'ermitage construit sur le lieu de leur invention à l'église paroissiale8. Il était difficile, cependant, d'ouvrir au culte une chapelle dont la titulaire était absente. Il fallut donc pallier cette absence en mettant une autre statue de la Vierge en lieu et place de la statue originale – que les habitants de la région appellent souvent la Vierge de l'Invention, certainement pour la distinguer de son substitut (photo no 2).

Photo 2. 

Photo 2. 

La « Vierge gardienne » de l'ermitage de Notre-Dame de Font-Romeu

(photo M. Albert-Llorca)

13Que savent les fidèles de cette permutation et qu'en pensent-ils ? La question se pose d'autant plus qu'une troisième statue de la Vierge intervient dans le rituel des translations : celle de Notre-Dame d'Odeillo, une sculpture du début du

  • 9  Il y eut même une période où l'on reléguait la Vierge au presbytère lorsque Notre-Dame de Font-Rom (...)

14xiiie siècle qui n'a jamais été réputée miraculeuse (photo no 3). Jusque dans les années 1950, cette statue et la Vierge de l'Invention occupèrent tour à tour la même place dans l'église d'Odeillo : une niche située au centre du retable du maître-autel. Mais la Vierge de l'Invention l'occupait, comme on l'a dit, entre le 8 septembre et le dimanche de la Trinité, donc durant la majeure partie de l'année. Or, durant la même période, la Vierge d'Odeillo était placée dans le retable de la chapelle située à gauche du maître-autel9. Cette situation faisait apparaître la Vierge d'Odeillo comme ayant un rang inférieur à celle de Font-Romeu, voire comme un simple substitut puisqu'elle venait remplacer celle-ci au-dessus du maître-autel quand elle était dans son ermitage. C'est peut-être pour éviter cette hiérarchisation que le clergé local, dans les années 1950, réserva à Notre-Dame d'Odeillo la niche au-dessus du maître-autel, place qu'elle occupe toujours durant toute l'année, et à la Vierge de Font-Romeu, celle de la chapelle latérale. Cependant, à la fin de la procession qui l'amène de son ermitage à l'église, le 8 septembre, on la dépose au centre de la nef de façon à ce que les pèlerins puissent venir baiser son manteau avant qu'elle soit placée dans sa niche.

Photo 3. 

Photo 3. 

Notre-Dame d'Odeillo au centre du retable du maître autel de l'église Saint-Martin d'Odeillo,

(Crédit photographique : cg66 / CCRP / Dinh Thi Tien – Image Maker)

15Il en allait du moins ainsi en 1994, année où j'ai participé à la Baixá. Tout au long de cette journée, j'ai systématiquement demandé aux pèlerins avec qui j'ai pu parler quelle était l'identité des statues en jeu : celle que l'on avait déposée sur des brancards devant la porte de l'ermitage était-elle la Vierge de l'Invention ? Une autre allait-elle prendre sa place dans l'ermitage ? Qu'en était-il de la Vierge d'Odeillo ? La plupart de mes interlocuteurs ne s'étaient, visiblement, jamais avisés qu'il pouvait y avoir plusieurs statues ; certains ignoraient même l'existence de la Vierge d'Odeillo. Un homme, parmi ceux qui la connaissaient, m'expliqua que celle-ci était plus ancienne que la Vierge de l'Invention (ce qui est tout à fait exact) et il ajouta : « La Vierge d'Odeillo a remplacé Notre-Dame de Font-Romeu à l'époque où celle-ci avait été enterrée pour la mettre à l'abri des Cathares ». La Vierge d'Odeillo aurait donc été, avant son invention, un substitut de la Vierge de Font-Romeu. Cette affirmation traduit, à mon sens, l'inégale valeur dévotionnelle attachée aux deux statues, inégalité que manifestait avant les années 1950, comme on l'a vu, leur place respective dans l'église d'Odeillo.

16Hiérarchisées, également, la Vierge de l'Invention et la statue qui prend sa place à l'ermitage en automne et en hiver. Une femme m'apprit qu'on appelait celle-ci « la métayère » et m'expliqua qu'on lui donne ce nom – celui de Verge Guardiana (Vierge gardienne) est également usité – parce qu'elle est chargée de veiller sur l'ermitage en l'absence de la « patronne ». Peut-être parce qu'elle avait eu vent du fait, bien réel, que la statue offerte au culte est une copie (la statue originale de Notre-Dame de Font-Romeu ayant été mise en lieu sûr pour éviter qu'elle ne soit volée) ou parce qu'elle savait qu'il en est ainsi à Nuria, une autre femme affirma que la Vierge de l'Invention ne quitte jamais son sanctuaire : « La statue qui est dehors aujourd'hui [notre entretien se déroulait juste avant le départ de la procession], c'est une copie fidèle de la vraie. Elle a été faite par un sculpteur qui s'est retiré dans un ermitage pendant un an, à Saint-Laurent de Cerdans, avant de la faire ».

17Les substituts, réels ou supposés, de la Vierge de l'Invention sont donc inégalement valorisés. Dans le premier cas, on marque clairement sa moindre valeur : un métayer ou un gardien est socialement inférieur au propriétaire qui l'emploie. Dans le second, on dote la copie d'une origine presque aussi prestigieuse que celle de l'original : pour la « vraie » statue, comme on l'a vu, un inexplicable surgissement en ce monde ; pour sa copie, une fabrication humaine, mais effectuée par un sculpteur qui était à n'en pas douter un saint homme. Cela apparaît encore mieux si l'on précise que l'on attribue la paternité de la statue de Notre-Dame de Nuria à saint Gilles, dont on dit qu'il aurait vécu en ermite dans l'estive où s'élève le sanctuaire et où il gardait des troupeaux. Mon interlocutrice a sans doute, vraisemblablement sans en avoir conscience, démarqué ce récit pour donner une origine valorisante à la copie de la Vierge de l'Invention.

18À Font-Romeu, la hiérarchisation de la « vraie » statue et des substituts en jeu, réels ou supposés, est opérée de façon plus ou moins accusée et cela tient à l'inégale importance sociale et rituelle de chacun d'eux. La « métayère » n'est pas impliquée dans le rituel des translations entre Font-Romeu et Odeillo et cela seul suffit à la reléguer à une place secondaire : à peu près déserté en temps normal, l'ermitage ne s'anime guère que les jours où la statue y est montée ou en est descendue. En revanche, la Vierge que l'on descend le 8 septembre ne peut, à défaut d'être la « vraie », être une image quelconque : sacralisé par contact dans le cas des statues reliquaires, le substitut l'est ici via la construction d'un nouveau récit d'origine. Ce procédé a été également utilisé dans des cas où existent, pour reprendre les termes de l'historien Philippe Martin, des « sanctuaires-mères », consacrés à une « vraie » image, et des « pèlerinages relais » dédiés à une copie devenue miraculeuse à son tour (cité par Sansterre, 2011 : 9). L'église du couvent des Augustins de Barcelone fut ainsi consacrée à la Mare de Déu dels Desamparats, patronne de Valence et on y plaça donc une copie de cette statue. Mais on dota cette copie d'une origine et de pouvoirs miraculeux : on raconta qu'elle était miraculeusement apparue dans la mâture d'un navire pris dans une tempête et l'avait sauvé du naufrage (illustration no 4).

Illustration no 4. 

Illustration no 4. 

La gravure du cantique évoque l'apparition miraculeuse de la copie de la Mare de Déu dels Desemparats dans la mâture d'un navire en péril puis son transfert à son sanctuaire barcelonais

(coll. M. Albert-Llorca, photo Alain Guey)

  • 10  Ce nom, cependant, désigne sa fonction et est en cela très différent des noms qui spécifient habit (...)

19Ainsi posée comme l'égale de la « vraie » image, la copie tend aussi dans les cas de ce type, comme le souligne Jean-Marie Sansterre, à « prendre son autonomie par rapport à la figure initiale » au point qu'elle reçoit parfois un autre nom. C'est aussi ce que l'on a fait pour singulariser la « métayère » de Font-Romeu10 mais celle-ci ne peut pour autant s'émanciper de la « vraie » statue puisqu'elle vient se substituer à elle ponctuellement, sans devenir la titulaire d'un autre lieu saint.

20Mes deux interlocutrices ont établi une hiérarchie, plus ou moins marquée, entre la Vierge de l'Invention et son substitut, mais il existe des situations où cette hiérarchisation semble disparaître. Ainsi, à Valence, où interviennent dans le culte de la Mare de Déu dels Desamparats à la fois la « vraie » et une statue appelée la Peregrina (la Pèlerine) qui est en quelque sorte sa doublure, étant chargée, comme on va le voir, de remplacer la « vraie » dans les situations où celle-ci court le risque d'être détériorée.

La Vierge en pèlerine

  • 11  La tête de la Mare de Déu dels Desamparatas est très penchée en avant, particularité qui a conduit (...)

21Actuellement patronne de Valence et du Pays valencien, la Mare de Déu dels Desamparats fut initialement celle d'une confrérie créée au xve siècle sous le nom de « Confraria dels Ignoscens e Desamparats ». Comme l'indique son nom, cette pieuse association assistait les innocents (enfants, malades mentaux) et les personnes démunies (pauvres, criminels, etc.) notamment en s'occupant de les enterrer chrétiennement. À cette fin, elle se dota d'une effigie de la Vierge, faite de bois et de carton-pierre, qui était déposée sur le cercueil des défunts pris en charge par la confrérie11. Par la suite, lorsque le culte de la Vierge eut dépassé le cercle de ses premiers fidèles, une seconde effigie, destinée à figurer dans la chapelle de la confrérie et réalisée avec le même type de matériaux, vint remplacer la précédente. Au début du xviiie siècle, elle était devenue si fragile qu'on décida de limiter de façon drastique ses sorties processionnelles, de façon à éviter de la briser. Mais, comme on ne pouvait les supprimer entièrement, on décida de faire une autre effigie pour prendre sa place en ces occasions : c'est cette image processionnelle (qui a été refaite deux fois depuis le xviiie siècle) que l'on appela et que l'on appelle toujours la Peregrina.

  • 12  Les limites de l'actuelle Comunidad valenciana correspondent à peu de choses près à celles de l'an (...)

22Peu fréquentes durant les xviiie et xixe siècles, les sorties de la « vraie » statue sont devenues encore plus rares au xxe siècle. Si l'on excepte le transfert destiné à la sauver de l'incendie allumé par les Républicains, en 1936, puis son retour dans son sanctuaire en 1939, elle n'a quitté celui-ci que quatre fois : en 1923, date de son couronnement canonique ; en 1941, où elle reçut une nouvelle couronne, la première ayant été prise par les Républicains ; en 1948, pour le 25e anniversaire de son couronnement ; le 13 mai 1961, enfin, où l'on célébra son accession au titre, conféré par le pape Jean XXIII, de patronne de l'ancien royaume de Valence12 – elle était seulement, jusque-là, patronne de la ville. Si ces cérémonies furent présidées par la statue originelle, c'est qu'elles avaient un poids symbolique particulier, toutes soulignant la dignité particulière de la Mare de Déu dels Desamparats. C'est le cas de l'accession au titre, évidemment moins fréquent que celui de patronne d'un village ou d'une ville, de patronne de la région de Valence. Aussi prestigieux pour une statue, le droit d'être canoniquement couronnée, l'Église ne le délivrant qu'au terme d'une enquête établissant qu'elle est l'objet d'une dévotion particulièrement vive et ancienne. Seule la « vraie » statue pouvait donc être couronnée en 1923. Le 25e anniversaire de l'événement se déroula quant à lui en présence de trente et une autres Vierges, que l'on avait fait venir pour l'occasion de différentes localités de la région : peut-être trouva-t-on gênant, dans ce contexte, de sortir la Peregrina et non la « vraie » statue...

23Si celle-ci a rarement quitté son sanctuaire, la Peregrina, en revanche, a beaucoup cheminé durant le xxe siècle, à la fois à l'intérieur de la ville de Valence et dans la région. Ses déplacements furent particulièrement fréquents dans les années qui suivirent la guerre civile, période où le franquisme voulut re-christianiser un pays que la seconde République s'était attachée à séculariser. Ainsi, le 8 mai 1948, pour le 25e anniversaire de son couronnement, la statue originelle sortit en procession dans les rues de la ville mais, dans les mois qui suivirent, c'est la Peregrina qui visita les quartiers périphériques de la cité puis les localités des environs. C'est également elle qui parcourut, en 1961, un « royaume » que l'on posait ainsi comme le sien : transportée sur un navire de guerre de Valence à Alicante, la ville portuaire la plus méridionale de la province, elle remonta ensuite à la capitale par voie de terre sur les épaules des dévots qui se relayaient pour la porter. Les autres sorties de la Peregrina ont été motivées par des raisons moins politiques. Les paroisses de la ville et de ses environs immédiats ont souvent demandé à la recevoir pour rehausser leur fête locale ; comme bien d'autres images mariales du pays, elle a participé à de multiples reprises, jusqu'au début du xxe siècle, à des procesiones de rogativa, des processions rogatoires destinées à implorer le secours du Ciel lorsque la population était affectée par un malheur particulièrement grave.

  • 13  Elle a reçu ce titre, conféré dans le monde hispanique à des Vierges particulièrement vénérées, à (...)
  • 14  Cette fonction d'intercession, de même que la qualification de « reine », est attribuée à la Vierg (...)
  • 15  En ce sens, le cas de la « pèlerine » est très comparable à celui des copies d'icônes que l'on fai (...)

24Si les cérémonies les plus éclatantes du xxe siècle ont été présidées par la « vraie » statue, la Peregrina, on le voit, n'en a pas moins tenu une place centrale dans les pratiques cultuelles des Valenciens. La relation de la Peregrina à la « vraie » statue est, en ce sens, bien différente de celle qu'institue le rite à Font-Romeu. Comme on l'a vu, la hiérarchie entre la patronne et sa « métayère » y est clairement marquée, ce que j'ai proposé de mettre en rapport avec l'inégale importance de leur fonction cultuelle. On pourrait certes penser, de prime abord, qu'il en va également ainsi dans le cas de Valence : c'est la statue originale qu'on y a solennellement couronnée, c'est elle aussi qui a reçu le titre de patronne de l'ancien royaume de Valence, elle, enfin, qui a reçu celui de Generalissima, Capitaine Général des armées, et l'écharpe rouge qui est l'emblème de ce titre13. Sa dignité de reine – un personnage a priori bien supérieur à un pèlerin – est marquée plus quotidiennement par le fait qu'elle dispose d'une corte de honor, une cour d'honneur composée de femmes qui se relaient pour prier devant elle, et qu'elle se donne à voir bien au-dessus de la nef où se trouvent les fidèles. La « vraie » statue est ainsi située en position de divinité, que l'on vient respectueusement prier. Mais cette distance qui contribue à la sacraliser doit aussi être amoindrie, voire supprimée, pour qu'elle puisse remplir la fonction qui est la sienne, intercéder pour les humains auprès de Dieu14. C'est ce qu'elle fait, me semble-t-il, en devenant la « pèlerine » qui vient parmi eux partager leurs joies et leurs peines15. La Peregrina, en d'autres termes, a un rôle dans le culte aussi nécessaire que la statue originale, chacune cristallisant en quelque sorte une des facettes de la Vierge, personnage à la fois divin et humain, lointain et proche.

  • 16  En contexte rural, on transfère la statue, comme on l'a vu pour Font-Romeu, de l'ermitage à l'égli (...)

25Le rite où la proximité de la statue avec les dévots est portée au plus haut point est le traslado, le transfert de la statue – ou plus précisément de sa copie – de son sanctuaire à la cathédrale de Valence16. Il prend place le deuxième dimanche de mai, jour de la fête de la Mare de Déu dels Desamparats. À l'aube a lieu la Descoberta, rituel où l'on met en scène, comme l'indique son nom, la découverte de la statue – la « vraie » bien entendu. La veille de la fête, après les vêpres, on occulte la niche où elle se trouve habituellement en faisant descendre une tenture. On ferme alors les portes du sanctuaire et on les rouvre vers trois heures du matin pour laisser entrer les fidèles qui sont venus assister à la Descoberta. Le rite a lieu vers cinq heures et consiste à lever lentement la tenture pour faire (ré)apparaître la Vierge aux yeux des fidèles qui attendaient fébrilement ce moment. La légende attachée à la Mare de Déu dels Desamparats raconte qu'elle fut apportée aux membres de la confrérie placée sous son patronage par des anges, qui la déposèrent de nuit sur l'autel de la chapelle de cette confrérie. Quand les confrères, le matin venu, ouvrirent les portes de la chapelle, ils découvrirent la statue sur l'autel : c'est ce moment que le rite réactive chaque année.

26Après la Descoberta, une messe solennelle est célébrée sur la place qui s'étend devant le sanctuaire de la Vierge. Pendant ce temps, à l'intérieur, on apprête la Peregrina. C'est elle en effet que l'on va transférer à la cathédrale, à la fin de l'office ; elle y demeurera toute la journée avant d'être ramenée dans son sanctuaire, à la tombée de la nuit, au terme d'une procession d'une extrême solennité. Son traslado du matin, son transfert à la cathédrale, a un aspect très différent. Tout au long du trajet, la statue est assaillie par une foule animée, semble-t-il, du seul désir de la toucher. Pour y arriver, certains vont jusqu'à ramper sur la tête et les épaules de ceux qui s'agglutinent autour d'elle ; passent aussi de mains en mains, au-dessus des têtes, les enfants que l'on veut mettre en contact avec elle. Ceux qui ont réussi à l'approcher tentent bien souvent, quant à eux, de saisir un pan de son manteau pour la tirer vers eux. La statue, alors, s'engloutit un instant dans cette marée humaine avant d'être redressée par ses porteurs et de repartir, comme un bateau ivre, au milieu des vivats et des cris apeurés de la foule : « Ils vont la casser ! ». Une centaine de mètres sépare le sanctuaire de la Vierge de la cathédrale ; la statue met près de deux heures à les parcourir.

27Certains des participants au rite ignorent – ou dénient – que la statue transférée à la cathédrale est toujours la Peregrina. Une femme m'a ainsi confié lors de l'une des fêtes auxquelles j'ai assisté : « La vraie statue ne sort qu'une fois tous les dix ans. Moi, je suis venue cette année parce que c'est la vraie qui va sortir ». Son cas, cependant, semble assez isolé. Tous les autres dévots avec qui je me suis entretenue savaient que c'est la Peregrina qui sort le jour de la fête et ont justifié la substitution par la fragilité et la valeur inestimable de la « vraie » statue. Les deux effigies, au demeurant, ne sont pas exactement identiques. Singularisée par son nom, la Peregrina l'est aussi par son habillement. Elle porte un manto comme la statue originale mais pas de tunique, si bien qu'on voit la partie antérieure de la sculpture. En principe, la « vraie » est seule, aussi, à pouvoir porter le fajín, l'écharpe rouge qui marque son rang de Generalissima.

28Les deux effigies sont distinctes mais on peut fort bien ignorer qu'elles interviennent toutes deux dans le rituel, celui-ci se déroulant de façon à ce qu'elles n'apparaissent jamais en même temps. La Peregrina se trouve habituellement dans la sacristie du sanctuaire de la Mare de Déu dels Desamparats, et elle est donc invisible depuis la nef. Le jour de la fête, on ne la sort de la sacristie qu'après avoir fermé les portes du sanctuaire et celles-ci ne sont rouvertes que pour la laisser sortir, à la fin de la messe de la Descoberta : les fidèles peuvent donc croire que c'est la « vraie » statue qui sort à ce moment-là puisqu'ils n'ont vu qu'elle dans le sanctuaire. Une fois la Peregrina installée dans la cathédrale, certes, on rouvre le sanctuaire de la Vierge de façon à permettre à ceux qui le souhaitent d'aller prier devant la « vraie » statue ; j'ai pu constater, cependant, qu'ils étaient fort peu nombreux. Le soir, enfin, avant le départ de la procession qui ramène la Peregrina au sanctuaire, on baisse à nouveau la tenture devant la « vraie » statue et on ne la relève qu'une fois que l'on a fermé les portes de la sacristie où l'on a fait entrer la Peregrina. Cela revient à suggérer que c'est la « vraie » statue, et non sa copie, qui a parcouru les rues en procession avant de regagner sa place au-dessus du maître autel.

  • 17  Il en va de même à Almonte, pour la procession du lundi de Pentecôte en l'honneur de la Vierge del (...)

29Même si le rituel dénie en quelque manière que deux statues participent au rituel, les Valenciens, comme je l'ai dit, savent pour la plupart ce qu'il en est. Comment donc peuvent-ils manifester tant de ferveur à la Peregrina ? Précisons d'abord que ce rite a pris sa forme actuelle en 1912, année où le chef du Parti Républicain de Valence déclara à la chambre des députés qu'il y avait dans la ville plus de votes en faveur de la République qu'en faveur de la Vierge. Les jeunes catholiques valenciens répondirent en s'emparant de la statue lors du traslado – elle était portée, jusque-là, par douze prêtres en chasuble – et en la livrant en quelque sorte à la foule (B. Bueno Tàrrega, 1993 : 119-120)17. Déclenchés pour exprimer une position politique, les débordements des fidèles ne sont donc pas la manifestation d'une émotivité incontrôlée, et cela est également vrai aujourd'hui. Le traslado est en effet organisé de façon à permettre aux dévots qui le souhaitent d'approcher la statue et de la toucher et l'on s'en aperçoit lorsqu'on le compare à la procession qui l'accompagne, le soir, lorsqu'elle revient à son sanctuaire. Dans le cortège défilent un régiment, les représentants des corps constitués de la ville, les autorités civiles, militaires et religieuses et l'harmonie municipale qui joue des marches solennelles ; il se ferme sur la statue, richement parée et transportée sur un paso automobile qu'encadrent plusieurs séminaristes en aube blanche. Cet apparat institue une distance qui est, au contraire, supprimée lors du transfert à la cathédrale, où aucune barrière matérielle ou symbolique ne sépare les fidèles de la statue et de ses porteurs : tout est fait au contraire pour que la Vierge prenne alors « un bain de foule ».

  • 18  Je pense surtout à ceux qui veulent approcher la statue, généralement parce qu'ils ont une grâce à (...)
  • 19  J'emprunte l'expression à J.-P. Vernant, 1983.

30Le comportement dévotionnel des fidèles – que certains catholiques valenciens jugent excessif – découle donc de la situation rituelle bien plus que d'une ferveur qui lui préexisterait. On peut, en d'autres termes, dire du rite du traslado ce que Michael Houseman dit du rite en général : « l'état d'esprit des participants procède de leur comportement, plutôt que l'inverse. Cela ne signifie pas que des sentiments et des intentions bien réels ne soient pas à l'œuvre, mais que ces sentiments et ces intentions sont informés par les actions conventionnelles réalisées par les participants autant qu'ils peuvent être considérés comme fournissant la base de ces actions » (2012 : 190). On comprend mieux, si tel est le fonctionnement du rite et ses effets sur ses acteurs18, que ceux-ci puissent difficilement, dans le traslado, s'arrêter à penser que la statue qui leur est donnée à toucher – à l'inverse de ce qui se produit habituellement – n'est qu'une copie. Le type d'interaction rituelle qu'ils établissent avec elle impose en quelque manière l'idée qu'il s'agit d'un objet sacré, la « vraie » statue, voire même un sujet, la Vierge Marie, qui viendrait se « présentifier »19 dans ces statues ou encore, si je suis certains de mes interlocuteurs, la Mare de Déu dels Desamparats, une entité singulière qu'ils identifient à la fois à la « vraie » statue et à la Peregrina.

Conclusion

  • 20  J.-M. Sansterre (op. cit. : 11) a souligné que, dans certains cas, le transfert de sacralité a été (...)

31Comme le montre l'ethnographie que je viens d'évoquer, le substitut d'une image miraculeuse (image elle-même plus ou moins identifiée à une personne) n'occupe pas toujours, contrairement à ce que l'on aurait pu penser a priori, une place secondaire par rapport à son original. Dans le premier cas de figure examiné, la continuité du culte exige que la copie qui vient remplacer l'original disparu soit investie de la même sacralité que celui-ci, ce que l'on obtient en établissant entre eux un lien à la fois métaphorique et métonymique20. Ce transfert de sacralité est plus problématique lorsque les statues coexistent, leur coprésence montrant qu'il y a un original et un substitut et invitant, du même coup, à les hiérarchiser. Cependant, comme on l'a vu, cette hiérarchisation n'est pas toujours opérée. Le substitut n'est pas toujours relégué à un rang secondaire, comme dans le cas de la « métayère » de Font-Romeu et cela, d'abord, parce que la valeur de l'image est construite par sa fonction dans le culte (gardienne d'un ermitage peu fréquenté ou intercesseur indispensable des hommes) et – mais ceci est lié à cela –, par les interactions rituelles que l'on a avec elle.

  • 21  La fête a lieu le lundi de Pentecôte. J'y ai assisté en 2011.

32Je me permettrai d'évoquer rapidement un dernier cas qui le montre à l'évidence. À Prats de Mollo, dans le sanctuaire de Notre-Dame du Coral, on peut voir à la fois une Vierge assise d'époque romane que mes interlocuteurs ont appelée la Vierge de l'Invention et une Vierge à l'enfant debout, de facture bien plus récente, qu'ils m'ont présentée comme la copie de la précédente21. Or c'est cette « copie » qui est manifestement l'objet du culte : dressée dans une niche située au-dessus du maître autel, c'est à elle que l'on adresse les prières et les chants ; il s'agit en outre d'une effigie habillée de robes offertes par des femmes de Prats de Mollo. L'autre statue, en revanche, se trouve à gauche de l'abside, derrière une vitrine très semblable à celles qui abritent les pièces de musée, et personne ne lui prête attention. Si l'on m'a confirmé que c'était elle la « vraie » statue, la Vierge miraculeusement découverte, c'est bien l'autre que l'on vénère.

  • 22  Dans le christianisme orthodoxe, la valeur accordée à la réplication est explicite. Toute icône, e (...)

33Cela ne signifie pas, cependant, que l'on n'attache pas d'importance à la « vraie » image. Dans les cas où la statue originelle a été détruite, c'est bien parce qu'on la considérait comme une chose sainte qu'il a fallu croire qu'on en avait gardé une relique et qu'on l'avait intégrée à la statue qui a pris sa place. C'est aussi, en partie au moins, parce qu'on considère la statue originelle comme sacrée et donc puissante que l'on donne à croire, à Valence, que c'est elle qui est transférée à la cathédrale. C'est enfin pour cela qu'on s'efforce partout de faire un lien entre la « vraie » image et son substitut. La chose est évidente dans le cas de ce que j'ai appelé les statues reliquaires et l'est aussi, moins nettement sans doute, dans le cas valencien. La Peregrina, en effet, y est liée à la « vraie » statue à la fois parce qu'elle réside dans le même sanctuaire et qu'elle est présentée comme sa copie. Ce terme, il faut le souligner, a été utilisé par la plupart de mes interlocuteurs et sur tous les terrains que je viens d'évoquer. Or, son inadéquation était parfois patente, à Prats de Mollo en particulier où la Vierge de l'Invention et sa « copie » diffèrent du tout au tout. Mais les dévots doivent penser qu'elles sont identiques, ou du moins semblables, pour pouvoir justifier qu'elles ont pour eux la même valeur. Une copie est sans doute moins valorisée que l'original dont elle est la réplique mais, en même temps, c'est leur similitude, réelle ou supposée, qui permet de penser qu'elles ont la même identité et le même pouvoir22.

Haut de page

Bibliographie

Albert-Llorca Marlène, 1992, « L'image à sa place. Approche de l'imagerie religieuse imprimée », Terrain, no 18, mars, p. 116-128.
–, 2002, Les Vierges miraculeuses. Légendes et rituels, Paris, Gallimard, coll. « Le temps des images ».

Aparicio Olmos Emilio Maria, 1978, La imagen original de Nuestra Señora de los Desamparados, Valencia, Ediciones Mater Desertorum.

Aries Philippe, 1977, L'homme devant la mort, Paris, Seuil.

Bueno Tárrega Baltasar, 1993, La Mare de déu dels Desamparats. Un relato periodístico de la patrona de Valencia a través de « Las Provincias », Valencia, Federicho Domenech S. A.

Camós Narciso, 1657, Jardín de Maria plantado en el principado de Cataluña, Barcelona.

HousemaN Michael, 2012, Le rouge est le noir. Essais sur le ritual, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Les Anthropologiques ».

Mathon Jean-Bernard (dir.), 2011, Romanes et gothiques. Vierges à l'Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, catalogue d'exposition, Milan, Silvana Editoriale.

Molinié Antoinette, 1994, « Terre d'asile des dieux. L'Andalousie et ses rituels », Diogène, no 166.

Rous Émile abbé, 1890, Histoire de Notre-Dame de Font-Romeu (diocèse de Perpignan), Lille, Desclée de Brouwer et Cie.

Sansterre Jean-Marie, 2011, « Unicité du prototype et individualité de l'image : la Vierge Marie et ses effigies miraculeuses, approche diachronique d'une croyance entre évidence, rejet et ambiguïté », in Lenain T., Sansterre J.-M., Dekoninck R. (éds.), Image et prototype, Degrés, no 145-146.

Seraïdari Katerina 2005, Le culte des icônes en Grèce, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Les Anthropologiques ».

Toffin Gérard, 2009, « Exposer/voir. L'image divine dans la religion et l'art néwar (Himalaya) », L'Homme, no 189, janv.-mars.

Vernant Jean-Pierre, 1996 [1983]. « De la présentification de l'invisible à l'imitation des apparences », in Vernant J.-P., Mythe et pensée chez les Grecs : études de psychologie historique, Paris, La Découverte, 1996.

Haut de page

Notes

1  Ces images sont toujours des icônes dans le christianisme orthodoxe et le plus souvent des statues dans le catholicisme. Dans la mesure où je traite uniquement de celui-ci, que j'ai étudié sur des terrains situés dans les Pyrénées, françaises et espagnoles, et dans l'est de l'Espagne (Catalogne et Pays valencien), je parlerai le plus souvent de statues.

2  Je désigne uniquement, par l'expression « images miraculeuses », les images auxquelles est attachée une légende d'invention.

3  J'écarte donc les gravures, statuettes, etc. destinées aux dévotions privées. J'ai examiné les processus de leur sacralisation dans une autre publication (M. Albert-Llorca, 1992).

4  Dans un des livres qu'il a écrits sur la Vierge de Valence, le Père Aparicio Olmos, qui fut chapelain de la basilique, précise que le nouveau visage de la statue ressemblait si peu à l'original qu'on jugea nécessaire de faire une nouvelle restauration, qui fut effectuée pendant les jours de la Semaine Sainte où l'on voile toutes les statues (1978 : 66).

5  Les fidèles n'ont certes pas toujours le moyen de juger de cette ressemblance, disposant rarement de photographies de la statue originelle. Leur ressemblance, j'y reviendrai, est sans doute présupposée sans que personne éprouve le besoin de la vérifier. Notons aussi que personne ne semble remarquer que les images gravées ne ressemblent nullement aux statues qu'elles sont supposées représenter fidèlement (cf. M. Albert-Llorca, 1992).

6  En catalan, Font-Romeu signifie fontaine (ou source) du pèlerin. On ignore si le lieu fut ainsi nommé après l'institution des pèlerinages au sanctuaire de la Vierge ou s'il portait déjà ce nom auparavant.

7  Depuis 1957, Font-Romeu n'est plus un hameau d'Odeillo mais un des trois membres d'un groupement communal appelé « Font-Fomeu Odeillo Via ».

8  La quantité d'ex-votos, et plus particulièrement de tableaux votifs toujours exposés aujourd'hui dans l'ermitage, manifeste aussi ce caractère miraculeux.

9  Il y eut même une période où l'on reléguait la Vierge au presbytère lorsque Notre-Dame de Font-Romeu prenait place dans l'église (J.-B. Mathon, 2011 : 166).

10  Ce nom, cependant, désigne sa fonction et est en cela très différent des noms qui spécifient habituellement les statues de la Vierge, qu'ils soient en rapport avec la liturgie (par exemple Vierge de la Chandeleur, Vierge des Douleurs, etc.) ou, pour les statues miraculeusement découvertes, avec le lieu où se trouve leur sanctuaire.

11  La tête de la Mare de Déu dels Desamparatas est très penchée en avant, particularité qui a conduit les Valenciens à la surnommer la geperudeta (la petite bossue) et qu'elle devrait à sa vocation initiale de gisant : comme sa tête reposait sur un coussin, elle était très redressée. Je n'assume pas la responsabilité de cette étiologie...

12  Les limites de l'actuelle Comunidad valenciana correspondent à peu de choses près à celles de l'ancien royaume de Valence, dénomination de la région usitée par la droite catholique.

13  Elle a reçu ce titre, conféré dans le monde hispanique à des Vierges particulièrement vénérées, à deux reprises : lors du siège de Valence par les troupes napoléoniennes et après la guerre civile, où cette dignité lui fut de nouveau accordée par le général Franco.

14  Cette fonction d'intercession, de même que la qualification de « reine », est attribuée à la Vierge Marie par l'Église. Les pratiques que j'évoque sont donc tout à fait conformes à la théologie mariale, à ceci près cependant que la Mare de Déu dels Desamparats n'est pas toujours identifiée à la Vierge Marie dans l'esprit des dévots.

15  En ce sens, le cas de la « pèlerine » est très comparable à celui des copies d'icônes que l'on fait circuler de maison en maison dans certaines îles grecques, les originaux restant dans l'église. Comme l'a souligné K. Seraïdari, ces copies sont, de fait, aussi vénérées, voire plus, que leurs originaux (K. Seraïdari, 2005). On peut aussi comparer ces manipulations des images de culte et celles qu'a décrites G. Toffin dans un univers religieux apparemment très différent du christianisme, celui du Népal, où « la plupart des statues ont une forme fixe [elle ne sort pas du temple] et une forme mobile [destinée à sortir en procession et vénérée seulement dans ce cadre] » (2009 : 154-156).

16  En contexte rural, on transfère la statue, comme on l'a vu pour Font-Romeu, de l'ermitage à l'église paroissiale. Le rite valencien est un équivalent de ces transferts, mais dans le contexte d'une ville épiscopale.

17  Il en va de même à Almonte, pour la procession du lundi de Pentecôte en l'honneur de la Vierge del Rocio (A. Molinié, 1994 et dans ce même ouvrage) mais, dans ce cas, c'est la « vraie » statue qui est déplacée et donnée à toucher. Notons que, lorsqu'elle est transférée de son ermitage à Almonte, avant sa fête, elle est habillée en Pastora, en bergère. Ici, c'est donc la même statue, mais habillée de deux façons différentes, qui remplit deux fonctions rituelles différentes alors qu'on utilise pour cela, à Valence, deux statues différentes.

18  Je pense surtout à ceux qui veulent approcher la statue, généralement parce qu'ils ont une grâce à demander – peut-être aussi, pour certains, par bravade ou pour être filmés par les reporters de la télévision régionale, qui passe toujours des images du traslado dans son journal. Avant le traslado, en effet, la majorité des fidèles se replient prudemment sur les bords de la place de la basilique pour ne pas risquer d'être pris dans les remous qui entourent la Vierge.

19  J'emprunte l'expression à J.-P. Vernant, 1983.

20  J.-M. Sansterre (op. cit. : 11) a souligné que, dans certains cas, le transfert de sacralité a été obtenu par le simple fait de placer la copie dans le même lieu cultuel que l'original.

21  La fête a lieu le lundi de Pentecôte. J'y ai assisté en 2011.

22  Dans le christianisme orthodoxe, la valeur accordée à la réplication est explicite. Toute icône, en principe, est une copie d'une icône antérieure, le modèle originel étant une icône acheiropoïète, non faite de main d'homme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. 
Légende La « vraie » statue de Notre-Dame de Font-Romeu devant son ermitage, le jour de sa fête
Crédits (début xxe siècle, © Musée de Cerdagne, fonds Gironès)
URL http://assr.revues.org/docannexe/image/24956/img-1.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Photo 2. 
Légende La « Vierge gardienne » de l'ermitage de Notre-Dame de Font-Romeu
Crédits (photo M. Albert-Llorca)
URL http://assr.revues.org/docannexe/image/24956/img-2.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Photo 3. 
Légende Notre-Dame d'Odeillo au centre du retable du maître autel de l'église Saint-Martin d'Odeillo,
Crédits (Crédit photographique : cg66 / CCRP / Dinh Thi Tien – Image Maker)
URL http://assr.revues.org/docannexe/image/24956/img-3.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Illustration no 4. 
Légende La gravure du cantique évoque l'apparition miraculeuse de la copie de la Mare de Déu dels Desemparats dans la mâture d'un navire en péril puis son transfert à son sanctuaire barcelonais
Crédits (coll. M. Albert-Llorca, photo Alain Guey)
URL http://assr.revues.org/docannexe/image/24956/img-4.png
Fichier image/png, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Albert-Llorca, « Les « vraies » statues et leurs substituts », Archives de sciences sociales des religions, 161 | 2013, 251-268.

Référence électronique

Marlène Albert-Llorca, « Les « vraies » statues et leurs substituts », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 161 | Janvier-Mars 2013, mis en ligne le 30 mai 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/24956 ; DOI : 10.4000/assr.24956

Haut de page

Auteur

Marlène Albert-Llorca

Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires Centre d'anthropologie sociale, Université de Toulouse-Le Mirail, marlene.albert@wanadoo.frFr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org