Navigation – Plan du site

Kongo à Cuba. Transformations d’une religion africaine

Erwan Dianteill
p. 59-80

Résumés

Avec la traite et l’esclavage, la religion des Bakongo s’est implantée à Cuba où elle a pris le nom de palo monte. Elle s’y est transformée tout en conservant la mémoire de ses origines. Ce souvenir apparaît dans les chants et les prières, mais aussi dans les documents écrits circulant dans la communauté des croyants. Des esprits kongo ont été identifiés aux orichas yoruba et aux saints catholiques, par un phénomène de double articulation. On montre ici que si l’influence catholique est manifestement antérieure à la déportation des Bakongo à Cuba, il existe aussi une influence du vaudou haïtien sur le palo monte qui n’a pu se produire qu’à Cuba. L’association d’éléments kongo, yoruba et catholique se combine donc avec une troisième influence, celle d’une autre religion afro-américaine, elle-même déjà composite en Haïti. On voit ici toute la complexité du processus d’élaboration d’une religion afro-américaine, issue à la fois de la restructuration de pratiques traditionnelles et d’incorporation d’éléments exogènes de toute provenance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwan Dianteill, « Kongo à Cuba. Transformations d’une religion africaine », Archives de sciences sociales des religions, 117 | 2002, 59-80.

Référence électronique

Erwan Dianteill, « Kongo à Cuba. Transformations d’une religion africaine », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 117 | janvier - mars 2002, mis en ligne le 18 novembre 2005, consulté le 26 juin 2017. URL : http://assr.revues.org/2480 ; DOI : 10.4000/assr.2480

Haut de page

Auteur

Erwan Dianteill

Centre d’Études Interdisciplinaires des Faits Religieux, E.H.E.S.S.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org