Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

L'Église à l'épreuve du pentecôtisme. L'expérience religieuse à l'île de La Réunion

Doctorat en anthropologie-ethnologie, sous la direction de Bernard Champion, Université de La Réunion, soutenu le 25 mars 2011.
Valérie Aubourg
p. 309-358

Texte intégral

1À l'île de La Réunion, les mouvements pentecôtistes charismatiques se développent depuis une quarantaine d'années. L'importance particulière qu'ils accordent à l'émotion religieuse exerce un rôle pivot dans leur capacité d'attraction. Favorisant les preuves tangibles de l'agir divin au détriment des dogmes, ils concourent à l'imprécision des croyances et à la fluidification des itinéraires religieux, ils contribuent à la poussée des individualismes religieux, ils encouragent la scissiparité ecclésiale. En ces différents éléments, ils mettent l'Église à l'épreuve.

2Néanmoins, une analyse fouillée de cette mouvance en société créole conduit à interroger cette relativisation des institutions, de la tradition, des médiations dont elle se prévaut. En effet, une enquête de terrain et le recueil d'entretiens fait apparaître trois grandes catégories de facteurs construisant l'expérience religieuse de type émotionnel : le contexte sociopolitique, des dynamiques religieuses propres aux Églises et des dispositifs institutionnels d'enculturation et de socialisation.

3En premier lieu, l'analyse de l'implantation des mouvements pentecôtistes charismatiques met en exergue deux phases : de 1966 à 1982, puis de 1983 à nos jours. En effet, dans un premier temps (les années 1960-1970), la société réunionnaise connaît un bouleversement profond. En trois décennies, ses habitants passent d'une situation extrêmement précaire à une amélioration considérable de leurs conditions matérielles d'existence. Mais le train de la modernité laisse également une partie de la population au bord du chemin et ce contexte est propice au développement des assemblées de Dieu, puis du Renouveau charismatique catholique. En effet, ces deux mouvements, qui rencontrent un succès important parmi les laissés-pour-compte de cette évolution, apparaissent comme une réponse aux mutations rapides enregistrées par la société insulaire et à ses conséquences sur le tissu social traditionnel.

4Puis, dans un second temps (les années 1980), l'application outremer des lois de décentralisation libère l'expression des identités – Malbar, Kaf, Malgash, Shinoi. Ce mouvement en faveur d'une reprise culturelle encourage les insulaires à rechercher leurs racines. Il se traduit également par un « renouveau » religieux qui dans chaque milieu ethnoculturel donne lieu à des cumuls – des éléments chrétiens, malgaches, africains, tamouls, chinois, voire musulmans, peuvent être agrégés – ou à des retours aux matrices cultuelles originelles. Simultanément, dans les marges du pentecôtisme, une autre forme de réponse est apportée à la question de l'identité réunionnaise à travers la diffusion d'un pentecôtisme « nouvelle vague ». En effet, à partir de 1983, plus d'une cinquantaine de nouvelles assemblées voient le jour. La plupart d'entre elles se concentrent dans la zone sud de l'île et, à leur tête, élèvent au rang de leaders, des hommes en majorité issus d'un milieu socioculturel identique : d'origine créole blanc. Pour beaucoup, le succès de cette mouvance évangélique charismatique tient dans son indépendance affichée vis-à-vis de toute communauté extérieure au département. Ces nouveaux groupes sont totalement indigènes : ce sont des « groupes pei » qui réintègrent des éléments culturels propres à la société créole au détriment des acteurs et des pratiques marqués du sceau de la métropole.

5Ainsi, l'enquête menée en terrain réunionnais montre tout d'abord combien l'expérience pentecôtiste charismatique est inséparable du contexte social de sa production.

6Cette recherche souligne ensuite combien la naissance des différents mouvements pentecôtistes charismatiques insulaires résulte de dynamiques religieuses propres aux Églises : la première est celle de la globalisation, qui met en lumière les reconfigurations des pratiques et croyances religieuses locales au sein d'un monde devenu transnational. La seconde est celle de la concurrence entre protestants et catholiques qui permet tout d'abord de comprendre l'attitude bienveillante de l'Église catholique vis-à-vis du Renouveau charismatique. Ce dernier fait figure de « contre-feu » au développement du pentecôtisme. Il se révèle un moyen efficace de reprise en main des Réunionnais attirés par le pentecôtisme et de neutralisation de courants progressistes et politisés traversant le clergé. La troisième, est celle de la régulation du pentecôtisme première et seconde « vague », qui montre comment la normalisation des Assemblées de Dieu et du Renouveau diocésain s'accompagne d'une différenciation interne (à la mouvance pento-charismatique) plus marquée qu'elle ne l'était initialement. D'autre part, ce processus de régulation enregistré par les deux premiers mouvements, Assemblées de Dieu et Renouveau charismatique, explique l'attrait exercé par les nouveaux groupes qui se sont implantés à partir des années 1980.

  • 1  Enquête de terrain menée de 2005 à 2010.

7Enfin, une immersion prolongée1 au cœur des groupes pentecôtistes et charismatiques réunionnais permet de constater le rôle joué par les communautés ecclésiales et familiales dans le cadrage des expériences religieuses individuelles. Une approche ethnographique de trois comportements – la glossolalie, l'éducation des enfants et la vocation au ministère pastoral – met en évidence combien les groupes auxquels les croyants adhèrent codifient leurs pratiques et fabriquent leur « virtuosité » religieuse. Certes, chaque assemblée postule la possibilité d'une irruption du sacré, mais chacune à sa manière, appréhende la manifestation de l'agir divin selon des modalités qui lui sont propres. En dépit de l'effervescence à laquelle ces communautés sont identifiées, elles opèrent un réel travail de transmission de leurs « us et coutumes » auprès de leurs membres, et ce, dès leur plus jeune âge.

8De par ces différents éléments ainsi mis en évidence, force est de constater combien l'expérience religieuse émotionnelle est loin de rimer exclusivement avec effervescence, immédiateté, malléabilité. Elle comporte aussi sa part de régulation, de socialisation, de transmission. C'est au cœur de cette dialectique que s'inscrit cette étude en terre réunionnaise.

Haut de page

Notes

1  Enquête de terrain menée de 2005 à 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Aubourg, « L'Église à l'épreuve du pentecôtisme. L'expérience religieuse à l'île de La Réunion », Archives de sciences sociales des religions, 160 | 2012, 309-358.

Référence électronique

Valérie Aubourg, « L'Église à l'épreuve du pentecôtisme. L'expérience religieuse à l'île de La Réunion », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 160 | octobre-décembre 2012, mis en ligne le 14 mars 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/24577

Haut de page

Auteur

Valérie Aubourg

valerie.aubourg@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org