Navigation – Plan du site
Informations bibliographiques
130.44

Ural Manço (éd.), Reconnaissance et discrimination. Présence de l'islam en Europe occidentale et en Amérique du Nord

Paris, L'Harmattan, 2004, 371 p. (coll. « Compétences Interculturelles »)
Nikola Tietze
p. 113-202

Texte intégral

1Le livre a pour objectif d'identifier les enjeux de la lutte contre les discriminations que subissent les populations de confession islamique dans un certain nombre de pays de l'Union européenne (Allemagne, Belgique, France, Royaume-Uni, Espagne, Italie), au Canada et aux États-Unis. Dans cette perspective, les auteurs décrivent l'histoire de l'installation des musulmans dans chacun de ces pays, les profils de leur pratique religieuse, le degré de l'institutionnalisation de l'islam dans le système de régulation nationale et les représentations de l'islam qui émergent dans les débats publics nationaux (concernant ce dernier aspect notamment, cf. le chapitre d'Omero Marongiu-Perria qui résume d'une manière remarquable l'évolution de l'image des musulmans en France). Ils tentent ainsi d'articuler la situation et l'organisation des croyants aux discriminations dont ils peuvent être victimes, notamment après les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington.

2L'enchaînement de problématiques permet d'introduire une réflexion sur les liens possibles entre l'histoire de l'immigration, les situations socio-économiques des populations musulmanes et la régulation politique ou juridique de la religion en général. Grâce à des contributions – comme celle de Jocelyne Cesari (« Islams américain et européen, modèles divergents mais politiques convergentes dans l'après 11 septembre 2001 ») et celle de Sami Zemmi (« Islamophobie. Clé de lecture de l'exclusion sociale et politique des musulmans en Occident ») – et à la conclusion particulièrement intéressante d'U. Manço (sur les différents modes nationaux d'institutionnalisation de l'islam et qui propose des explications généralisées concernant le traitement différentiel ou discriminatoire de l'islam par rapport aux autres cultes), l'ouvrage collectif surmonte le risque de se restreindre à une juxtaposition des conditions nationales des musulmans.

3Par ailleurs, les chapitres concernant chaque pays révèlent des particularités intéressantes comme par exemple la difficulté des musulmans en Grande-Bretagne à trouver une place dans le dispositif bien développé de la lutte contre les discriminations, cette lutte s'articulant autour de la notion de races (ethnicité et origine nationale), et non autour de celle de religion (cf. Ceri Peach : « Royaume-Uni. Reconnaissance de l'islam, mais marginalité sociale des musulmans »). Enrique E. Raya Lozano et Marta Pasadas del Amo décrivent d'une manière convaincante la situation en Espagne. Ils insistent sur le fait singulier de l'émergence d'un islamo-régionalisme en Andalousie à la fin des années 1970, porté par quelques désenchantés des mouvements de gauche et par certains membres de la mouvance alternative. Le rôle des convertis (pas seulement d'origine espagnole, mais aussi de l'Europe entière qui sont attirés par des villes comme Grenade, Cordoue ou Séville) semble en outre être plus important dans l'islam espagnol que dans d'autres pays européens. Denise Helly souligne la forte hétérogénéité des conditions socio-économiques, des origines ethniques, des pays de provenance et des courants religieux de l'islam au Canada. Elle empêcherait la structuration communautaire dans le pays et rendrait la lutte contre les discriminations particulièrement difficile. Cette auteure apporte par ailleurs une analyse détaillée des conséquences de la loi antiterroriste canadienne, adoptée après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Alors que Claire de Galembert décrit les imbrications entre le développement de l'islam, la politique de régulation allemande et la Turquie, Dominik Hanf résume brillamment la gestion de l'islam par la juridiction allemande qui a longtemps comblé les lacunes, voire l'absence de la politique. Giuliana Candia met en évidence la rapidité avec laquelle les organisations islamiques se sont développées en Italie, et souligne leur discours sur la Umma, censée faire lien en dépit des origines nationales des musulmans dans ce pays. U. Manço et Meryem Kammaz insistent, en revanche, sur la concurrence entre les organisations islamiques belges qui entrave l'institutionnalisation de l'islam, déjà défavorisée par un climat de méfiance et d'ingérence des autorités gouvernementales. Dans cet ensemble de mise en perspective des situations nationales particulières, il est quelque peu regrettable qu'aucun chapitre ne soit consacré à des dispositifs anti-discriminatoires supranationaux, telles que les directives et politiques de régulation au niveau de l'Union Européenne ou du Conseil de l'Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nikola Tietze, « Ural Manço (éd.), Reconnaissance et discrimination. Présence de l'islam en Europe occidentale et en Amérique du Nord », Archives de sciences sociales des religions, 130 | 2005, 113-202.

Référence électronique

Nikola Tietze, « Ural Manço (éd.), Reconnaissance et discrimination. Présence de l'islam en Europe occidentale et en Amérique du Nord », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 130 | avril - juin 2005, document 130.44, mis en ligne le 17 novembre 2005, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://assr.revues.org/2427

Haut de page

Auteur

Nikola Tietze

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org