Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique

Leyb Ben Oyzer, La beauté du Diable. Portrait de Sabbataï Zevi

Présenté, annoté et traduit du yiddish amstellodamois du XVIIIe siècle par Nathan Weinstock. Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque d'Études juives », no 45, 2001, 280 p.
Yves Chevalier
p. 118
Référence(s) :

Leyb Ben Oyzer, La beauté du Diable. Portrait de Sabbataï Zevi, Présenté, annoté et traduit du yiddish amstellodamois du XVIIIe siècle par Nathan Weinstock. Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque d'Études juives », no 45, 2001, 280 p.

Texte intégral

1Sabbataï Zevi (1626-1676) constitue un cas particulier d'une dimension qui traverse le judaïsme : la dimension messianique, particulièrement active dans le judaïsme séfarade. Il a su susciter un engouement extraordinaire, qui est allé bien au-delà du cercle des fidèles qui l'ont suivi et son aventure a eu des répercussions en dehors de l'espace et du temps où elle s'est déroulée. À Amsterdam, elle a interrogé autant la communauté ashkénaze, composée de juifs yiddishophones, que la communauté séfarade portugaise. Leyb ben Oyzer (Rosenkranz), chamach vene'eman – c'est-à-dire bedeau en chef et homme de confiance – de la communauté ashkénaze d'Amsterdam, s'est, comme d'autres, intéressé à cette histoire et a cru un temps que Sabbataï Zevi était bien le Messie attendu, malgré sa conversion à l'Islam ; il s'est renseigné auprès de gens susceptibles de lui communiquer des informations de première main (c'est-à-dire auprès d'anciens disciples de Zevi passant par Amsterdam) et a lu ce qui avait été publié sur lui. C'est en 1711 qu'il commence à rédiger sa chronique ; il l'interrompt, inachevée, sept ans plus tard. On pense qu'il est décédé en 1722, son fils succédant alors à ses fonctions. Le manuscrit était connu des spécialistes ; il a été partiellement publié à Jérusalem en 1978.

2Une traduction française de ce texte est ici publiée, due à Nathan Weinstock qui s'est spécialisé dans la mise à disposition du public français des textes du domaine yiddish. On trouvera (p. 65-220) le texte du Portrait de Sabbataï Zevi, que Nathan Weinstock a subdivisé en un avant-propos et vingt-quatre chapitres (le manuscrit yiddish ne comportant aucune subdivision). Il a ajouté huit annexes, complémentaires du texte de Leyb ben Oyzer. Il a surtout rédigé une longue présentation (p. 7-60) sous le titre « Forcer l'avancement du Royaume de Dieu » : le messianisme de Sabbataï Zevi et ses répercussions. Replaçant d'abord l'expérience de Sabbataï Zevi dans le contexte de messianisme juif, il en décrit ensuite le déroulement, puis en suit les avatars plus ou moins souterrains, avec la secte crypto-juive des Dönmeh et certains courants sabbatéens, avec surtout le Frankisme (qui, selon Scholem, représente « la dernière étape de l'évolution du mouvement sabbataïste ») qui se développe dans la seconde moitié du xviiie siècle en Pologne.

3Le texte de Leyb ben Oyzer permettra de se faire une idée de ce qu'un lettré du début du XVIIIe siècle pouvait penser du mouvement initié par Sabbataï Zevi et des raisons qu'il avait de le considérer comme un « faux » messie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevalier, « Leyb Ben Oyzer, La beauté du Diable. Portrait de Sabbataï Zevi », Archives de sciences sociales des religions, 160 | 2012, 118.

Référence électronique

Yves Chevalier, « Leyb Ben Oyzer, La beauté du Diable. Portrait de Sabbataï Zevi », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 160 | octobre-décembre 2012, mis en ligne le 21 février 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/24238

Haut de page

Auteur

Yves Chevalier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org