Navigation – Plan du site

La responsabilité et l’engagement

Martine Gross

Texte intégral

1Au lendemain des manifestations (18 novembre 2012, 13 janvier 2013) contre le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe, je me suis demandée pourquoi des centaines de milliers de personnes, parfois venus de très loin, étaient descendues dans la rue. En 1984, les manifestants protestaient contre un projet de loi qui risquait de les priver de la liberté de scolariser leurs enfants dans l’école de leur choix. Aujourd’hui, le projet de loi de 2013 ne menace pas personnellement les manifestants. Et pourtant, mobilisés par un argumentaire apocalyptique, ils sont venus exprimer leurs convictions, sauver la société menacée d’extinction, la différence des sexes menacée d’effacement, protéger les enfants d’un mensonge épouvantable, etc.

2Malgré l’effort pour éviter l’homophobie1 ordinaire, les slogans ou les propos entendus lors d’interviews de participants n’en sont pas exempts.

3- « Je ne vois pas où ira la limite. Peut-être dans ce cas, pourra-t-on aussi un jour marier trois femmes, trois hommes, deux femmes et un homme »

4- « La France a besoin d’enfants pas d’homosexuels »

5- « Cela ébranlera les fondements de notre société. »

6- « Et pourquoi pas des unions avec les animaux ? »

7- « Après le mariage gay, ce sera la polygamie et l'inceste. »

8- « Je critique les comportements (homosexuels), je dis qu'ils sont inférieurs moralement. »

9- « Ce n’est pas contre des personnes que nous nous battons, mais contre les forces du mal »

10pour ne citer que quelques exemples. Certains manifestants, interrogés par les médias, n’ont pas hésité à qualifier l’homosexualité de désordre ou de danger pour les fondements de la société. La mobilisation des extrémistes (Civitas, notamment) a même donné lieu à des violences physiques. De fait, l’ouverture des débats autour du mariage a libéré la parole homophobe dans la société française. L’association SOS-homophobie2 a reçu en décembre 2012 trois fois plus d'appels et de témoignages qu'en décembre 2011. Cette explosion est selon l’association directement liée au débat et à la violence libérés lors des manifestations.

  • 3 Olivier Bobineau, « L’Église catholique est à l’agonie », Rue 89, 4 novembre 2012.

11Pour les forces de droite comme pour l’Église catholique « à l’agonie »3, le projet de loi est l’occasion d’un rappel et d’un rassemblement des troupes. Mais l’élan vient de plus loin. Cette manifestation est l’expression d’un mouvement traditionnel qui, depuis le XIXe siècle, résiste à toutes les évolutions sociétales : le vote des femmes, le divorce par consentement mutuel, le travail des femmes, la contraception, l’IVG, etc.

12Les slogans et les propos tenus lors des manifestations sont tous issus d’un argumentaire utilisé à la fois par les partis de l’opposition, des représentants religieux, notamment ceux de l’Église catholique et du judaïsme consistorial, et une frange de psychanalystes. Selon eux, la discrimination envers les homosexuels est juste. Déjà en juillet 1992, la Congrégation pour la doctrine de la foi dirigée par le cardinal Ratzinger, justifiait les discriminations à l’égard des homosexuels en soulignant que « l'orientation sexuelle ne constitue pas une qualité comparable à la race, l'origine ethnique, etc. en ce qui concerne la non-discrimination. À la différence de celles-ci, l'orientation homosexuelle est objectivement désordonnée et fait naître une préoccupation morale particulière. Il y a des domaines dans lesquels ce n’est pas une discrimination injuste de tenir compte de l’orientation sexuelle, par exemple dans le placement ou l’adoption d’enfants, dans l’engagement d’instituteurs ou d’entraîneurs sportifs, et le recrutement militaire ».

13De leur côté, les psychanalystes n’ont pas vraiment renouvelé la perception de l’homosexualité comme un arrêt du développement. Certains d’entre eux prétendent que le mariage homosexuel serait la fin de la famille, un déni de la différence des sexes, un malheur pour les enfants condamnés à avoir des parents pervers, condamnés à être sans domicile filiatif, etc.

  • 4 Gilles Bernheim, « Mariage homosexuel, parentalité et adoption : ce que l’on oublie souvent de dire (...)

14Comme les arguments religieux ne sont pas de mise dans l’enceinte républicaine, tant le cardinal André Vingt-Trois que le grand rabbin de France, Gilles Bernheim4, appuient leur opposition sur le discours de ces « psychanalystes » et sur une anthropologie naturaliste et institutionnaliste qui cherchent à faire autorité dans les débats. Mais quels sont au juste leurs arguments ?

15André Vingt-Trois dans son discours d’ouverture de l’assemblée plénière des évêques de France, réaffirmant son opposition à l’égalité des droits, fustige « le mariage pour tous » et appelle les fidèles à la mobilisation. « Imposer, déclare-t-il, dans le mariage et la famille une vision de l’être humain sans reconnaître la différence sexuelle serait une supercherie qui ébranlerait un des fondements de notre société et instaurerait une discrimination entre les enfants ». 

  • 5 Danièle Hervieu-Léger, « Mariage pour tous : le combat perdu de l’Eglise », Le Monde, 12 janvier 20 (...)
  • 6 Maurice Godelier, « L’humanité n’a cessé d’inventer de nouvelles formes de mariage et de descendanc (...)

16La sociologue Danièle Hervieu-Léger5 observe que l’Église attribue à l’ordre non institué de la nature l’origine de la famille qu’elle - l’Église - a en réalité elle-même produite, envers et contre les autres types de famille. La famille hétérosexuelle serait une institution naturelle, ce qui est en soi contradictoire, et un invariant anthropologique. Le développement de l’anthropologie devrait justement nous contraindre à reconnaître l’existence de ces autres arrangements familiaux. Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’aberration anthropologique dénoncée par les opposants à l’ouverture du mariage, n’a aucun sens car l’humanité n’a cessé d’inventer de nouvelles formes de mariage et de descendance6. De fait, la famille père-mère-enfants constituée des époux et de leurs enfants n’est pas aujourd’hui la configuration majoritaire. Plus d’un enfant sur deux naît hors mariage. Le mariage n’est plus ce qui fonde la filiation. Il n’y a d’ailleurs plus depuis 2005 dans le Code civil de différences entre les enfants légitimes (nés dans le mariage), naturels (nés hors mariage) ou adultérins. Le divorce par consentement mutuel en 1975 a eu pour effet de multiplier les recompositions familiales. Ces recompositions, l’adoption internationale, les progrès de la médecine procréative ont pluralisé les configurations familiales.

17Dans la première partie de son essai, le grand rabbin développe une théorie du complot selon laquelle « les militants LGBT utiliseront le mariage homosexuel comme un cheval de Troie dans leur entreprise, bien plus large, de nier la sexuation […] et de mieux dynamiter les fondements hétérosexuels de notre société ». Dans la seconde partie, il s’appuie sur une anthropologie naturaliste issue de sa lecture de la Genèse qui poserait depuis toujours l’homme et la femme comme complémentaires. Or, s’il y a bien une complémentarité biologique des sexes, il est beaucoup moins certain que cette complémentarité ait une valeur sociale.

  • 7 Michel Tort, « Psychanalyse de restauration, exception française », Libération, 10 janvier 2013

18Un courant de psychanalystes invoquant des normes transcendantes (la Loi, l’ordre symbolique) sur les questions de filiation et de parenté apporte sa caution aux discours des religions. Selon Michel Tort7, ces « psychanalystes » qui veulent légiférer sur ces questions, ne s’appuient pas sur la clinique. Ils mènent une guerre contre les notions de parentalité et de genre qui les obligent à tenir compte de l’histoire et des rapports de pouvoir. Reste que la question de savoir si l’homoparentalité est ou non préjudiciable au développement de l’enfant, est sans doute la seule qui mérite qu’on s’y penche sérieusement. Peu de recherches scientifiques sont consacrées en France sur ce sujet. Les très nombreuses études publiées à l’étranger démontrant l'innocuité de l’homoparentalité sur le développement de l’enfant sont écartées rapidement par ceux qui s’opposent aux revendications homoparentales.

19Paradoxalement, les représentants de l’Église catholique, le grand rabbin, certains psychanalystes tentent d’effacer les fondements religieux de leurs propos et préfèrent se référer à une anthropologie naturelle qui n’a pour elle que l’argument d’autorité. Tandis que, plus étonnant, dans l’enceinte républicaine d’un pays qui, depuis la Révolution de 1789, se donne pour lois, celles et uniquement celles-là, que l’Assemblée démocratiquement élue adopte, certains politiques n’hésitent pas à en appeler à un « ordre supérieur à la loi » qui n’est certainement pas dans leur esprit, la constitution de la Vème République. L’amendement CL135 présenté par des membres de l’UMP propose en effet qu’un officier d’état civil soit libre de refuser de célébrer un mariage entre personnes de même sexe. Ceci, pour attester qu’un tel mariage « pose un problème de conscience, qu’au nom d’un ordre supérieur à la loi, on est fondé à ne pas accepter. Cette clause de conscience permettrait aux maires de ne pas cautionner des dispositions idéologiques qu’ils ne partagent pas, telles que la théorie du genre, la négation de l’altérité sexuelle et de la filiation biologique, la violation du droit de l’enfant à avoir un père et une mère. »

20C’est bien au nom de principes transcendants que s’expriment les opposants au projet de loi. Finalement, pourquoi sont-ils venus manifester ? Sans doute pour affirmer deux convictions. D’une part que sexualité et procréation doivent rester inextricablement liées. Seule la sexualité procréatrice, c’est-à-dire l’hétérosexualité, serait une sexualité légitime. La procréation doit résulter d’une union sexuelle ou à défaut passer pour telle. Une telle conviction, outre qu’elle fait place à l’expression de l’homophobie en affirmant la supériorité de l’hétérosexualité sur l’homosexualité, ignore, voire combat, des évolutions telles que la contraception qui délie la sexualité de la procréation, ou la procréation médicalement assistée (PMA) qui délie la procréation de la sexualité. La contraception permet de vivre une sexualité libérée de la crainte de mettre au monde des enfants non désirés. Lorsqu’on combat une telle vision de la sexualité, une sexualité pour le plaisir, on ne peut que s’opposer à toute forme de légitimation de l’homosexualité. De son côté, la PMA permet à des couples infertiles de procréer sans union sexuelle. Rappelons que l’encyclique Humanae Vitae s’oppose à toute PMA, y compris intraconjugale. La plupart de ceux qui s’opposent à la PMA pour les couples de femmes, ne s’opposent pas à ce que des couples infertiles de sexes différents puissent recourir à un don de gamètes en se faisant ensuite passer pour les géniteurs de leurs enfants nés de ce don. Les lois de bioéthique qui encadrent le recours au don de gamète organisent un mensonge légal. Dans l’hypothèse d’un don de sperme, l’homme stérile devient père en utilisant l’une des deux modalités d’établissement de la filiation conçues pour la filiation charnelle : la présomption de paternité (en mariage) ou la reconnaissance (hors mariage). Il n’a pas le droit de contester la filiation établie et s’il refuse la reconnaissance, sa responsabilité est engagée. Le droit l’oblige donc à passer pour le géniteur de l’enfant alors que par hypothèse il ne l’est pas. Lorsque les manifestants crient « on ne ment pas aux enfants », ils font porter la responsabilité du mensonge légal à ceux-là même, les parents homosexuels, qui ne sont jamais tentés de le proférer. Car s’il y a bien une famille qui restitue à l’enfant dans la transparence une histoire de sa conception, c’est la famille homoparentale. Comment pourrait-elle faire autrement ? Les familles homoparentales ébranlent la construction de cette fiction qui fait toujours passer les parents pour des géniteurs. Elles rendent à la fois possible et nécessaire de revenir sur le sens que l’on donne aux mots : père, mère, parents et atteignent en cela la deuxième conviction des opposants.

21La deuxième conviction exprimée est que filiation et procréation devraient rester inextricablement liées. Les définitions attachées aux termes parent, père, mère devraient signifier un lien biologique. Des parents ne sauraient être autres que des géniteurs et on parle de ces derniers comme de plus « vrais » parents que les autres. Ce faisant on hiérarchise, comme on l’a fait pour la sexualité, les parents qui procréent et ceux, qui ne procréent pas. Pourtant les parents adoptifs sont d’aussi « vrais » parents que ceux de naissance. Pourtant, ces couples qui ont recours à un don de gamète, qu’ils soient de même sexe ou de sexes différents ont réalisé leur projet parental en donnant autant d’importance au fait de procréer qu’à celui d’être seulement partie prenante de ce projet. Les enfants qui sont les leurs ne seraient jamais venus au monde sans ce projet parental qui trouve sa réalisation dans le fait que l’un procrée avec l’aide d’un tiers et l’autre pas. Dans le recours au don, celui ou celle qui ne procrée pas est autant « vrai » parent que l’autre. Le père qui a eu recours à un don de sperme pour mettre au monde un enfant n’est pas moins père que celui qui a procréé sans l’aide d’un tiers. De même, la femme qui a eu recours à un don de sperme pour que sa compagne puisse enfanter. Tous les deux, dans un cas comme dans l'autre, sont des parents, non parce qu’ils ont procréé, mais parce que sans le projet parental du couple qu’ils forment respectivement avec leur compagne, leur enfant n’aurait jamais vu le jour.

22Les manifestants ont, semble-t-il, du mal à admettre que le lien de filiation n’est pas synonyme de lien biologique. Des parents peuvent être liés biologiquement à leurs enfants et ils peuvent tout aussi bien ne pas l’être. Mais tant que le droit encouragera la confusion entre filiation et procréation, entre parent et géniteur, il sera difficile d’admettre qu’un enfant puisse avoir deux parents de même sexe. Le droit de la famille ne permet pas actuellement de reconnaître qu’il y a des situations où les trois dimensions, biologiques (être né de), juridiques (être fils/fille de) et sociales (être élevé par) ne sont pas incarnées par les deux mêmes personnes.

  • 8 Le Vatican interdit la procréation en dehors des rapports sexuels (Donum Vitae, 1997 ; Charte des p (...)

23Une filiation homoparentale ferait sauter ces montages de notre culture procréative car les parents de même sexe ne cherchent pas à passer pour les géniteurs de leurs enfants. Cette culture procréative est héritée des principes naturalistes du droit canonique pour lequel sexualité, conjugalité et procréation devraient coïncider8. Notre droit devra s’affranchir de ce modèle naturaliste pour tenir compte de l’évolution des configurations familiales et des progrès scientifiques en matière de procréation assistée. Fonder la filiation sur l’engagement parental plutôt que sur la nature, permettrait de protéger tous les enfants, quel que soit leur environnement familial. L’ordre fondé sur la nature serait remplacé par un autre ordre : celui de la responsabilité et de l’engagement.

Haut de page

Notes

1 D’après le rapport 2012 de l’association SOS Homophobie (http://www.sos-homophobie.org/quest-ce-que-lhomophobie), l’homophobie désigne les manifestations de mépris, rejet, et haine envers des personnes, des pratiques ou des représentations homosexuelles ou supposées l’être. Est ainsi homophobe toute organisation ou individu rejetant l’homosexualité et les homosexuel-le-s, et ne leur reconnaissant pas les mêmes droits qu’aux hétérosexuel-le-s. L’homophobie est donc un rejet de la différence au même titre que la xénophobie, le racisme, le sexisme, les discriminations sociales, liées aux croyances religieuses, aux handicaps, etc.

2 http://www.sos-homophobie.org/

3 Olivier Bobineau, « L’Église catholique est à l’agonie », Rue 89, 4 novembre 2012.

4 Gilles Bernheim, « Mariage homosexuel, parentalité et adoption : ce que l’on oublie souvent de dire », Site du Grand Rabbin de France, 2012.

5 Danièle Hervieu-Léger, « Mariage pour tous : le combat perdu de l’Eglise », Le Monde, 12 janvier 2013.

6 Maurice Godelier, « L’humanité n’a cessé d’inventer de nouvelles formes de mariage et de descendance », Le Monde, 17 novembre 2012.

7 Michel Tort, « Psychanalyse de restauration, exception française », Libération, 10 janvier 2013

8 Le Vatican interdit la procréation en dehors des rapports sexuels (Donum Vitae, 1997 ; Charte des personnels de la santé, 1995)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Gross, « La responsabilité et l’engagement », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 2012-2015, mis en ligne le 25 janvier 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://assr.revues.org/24227

Haut de page

Auteur

Martine Gross

Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CNRS-EHESS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org