Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique

Mladen Kozul, Le corps érotique au xviiie siècle : Amour, péché, maladie

Oxford, Voltaire Foundation, University of Oxford, 2011, 244 p.
Isabelle Jonveaux
p. 221
Référence(s) :

Mladen Kozul, Le corps érotique au xviiie siècle : Amour, péché, maladie, Oxford, Voltaire Foundation, University of Oxford, 2011, 244 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 février 2013.

1Dans un contexte d'intérêt toujours plus grand pour le corps dans les sciences sociales, qui touche aussi maintenant la sociologie des religions, l'ouvrage de Mladen Kozul peut apporter un regard nouveau sur le lien entre rapport érotisé et rapport religieux au corps au xviiie siècle. Si le titre ne semble pas augurer a priori d'un livre centré sur la question religieuse, cette dernière occupe cependant une place importante dans la définition du corps et les enjeux du roman érotique comme nous allons le voir.

2À travers de nombreux exemples littéraires tirés de Laclos, Prévost ou encore Boyer d'Argens, l'auteur étudie la porosité élevée qui existe entre les discours littéraires, religieux et médicaux. Selon elle, le roman érotique se nourrit du discours religieux, dans ce que ce dernier formule pour justement essayer de le réguler : « Retenons de l'idée de Foucault selon laquelle les discours régulateurs religieux et médical surtout, génèrent la sexualité par la description et la régulation mêmes des phénomènes qu'ils s'acharnent à contrôler » (p. 6). L'utilisation du discours théologique comme accès à l'érotisme, par des scènes impliquant des moines, religieuses ou prêtres (Vénus dans le cloître par exemple) montre en réalité toute l'ambiguïté qui réside dans les pratiques religieuses encouragées à l'époque pour châtier le corps dans les parties mêmes qui l'avaient entraîné vers le péché. Le châtiment du corps par la pénitence et l'infliction des mortifications peut finalement conduire à une véritable jouissance. L'extase elle-même, comme le montre la célèbre statue de sainte Thérèse n'est pas affranchie de toute ressemblance avec la volupté corporelle. Le rapprochement incessant des romans érotiques entre les pratiques pénitentielles et l'accès à la jouissance dénonce ainsi en filigrane l'ambivalence de ces pratiques religieuses qui peuvent conduire au but contraire de celui escompté. Des théologiens eux-mêmes, comme l'Abbé Boileau et son Histoire des flagellants, mettent en garde contre une mortification qui conduirait au plaisir selon les parties du corps sur lesquelles elle est infligée.

3Mladen Kozul entend donc montrer que le roman érotique n'est pas seulement une réaction au discours ecclésial sur le corps, mais aussi une volonté de montrer que ce dernier n'en a pas le monopole : il « conteste à l'Église le droit d'énoncer la seule vraie morale » (p. 170). Et surtout, elle soutient la thèse que sa condamnation par l'Église trouverait son origine dans le fait qu'il met à jour l'équivoque de certaines pratiques religieuses pénitentielles à l'époque où le corps, comme instrument ambivalent de salut ou de péché, est au centre du discours religieux.

4Cette remise en perspective par la littérature du corps érotique et religieux au xviiie siècle peut donc constituer un apport intéressant pour une meilleure compréhension des confrontations autour de la définition morale du corps, qui finalement, transposées dans un registre plus moderne, demeurent encore actuellement. On soulignera aussi la réflexion pertinente sur la question des pénitences qui trouve un écho particulier aujourd'hui dans le discours des religieux qui semblent – en réaction à des dérives passées – mettre à distance toute pratique qui impliquerait trop le corps dans un but mortificatoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Jonveaux, « Mladen Kozul, Le corps érotique au xviiie siècle : Amour, péché, maladie », Archives de sciences sociales des religions, 160 | 2012, 221.

Référence électronique

Isabelle Jonveaux, « Mladen Kozul, Le corps érotique au xviiie siècle : Amour, péché, maladie », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 160 | octobre-décembre 2012, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 23 août 2014. URL : http://assr.revues.org/24022

Haut de page

Auteur

Isabelle Jonveaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org