Navigation – Plan du site
Bulletin Bibliographique

Sabine Doering-Manteuffel, L’Occulte. Histoire d’un succès à l’ombre des Lumières. De Gutenberg au World Wide Web

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, coll. « Bibliothèque allemande », 2011, 288 p.
Stéphane François
p. 162
Référence(s) :

Sabine DOERING-MANTEUFFEL, L’Occulte. Histoire d’un succès à l’ombre des Lumières. De Gutenberg au World Wide Web, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011, 288 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 février 2013.

1L'auteur, ethnologue et historienne, nous offre, avec cet ouvrage, un tableau intéressant de l'occultisme depuis Gutenberg jusqu'à l'aire d'Internet. Le choix du terme « occultisme » est intéressant, car ce terme n'apparaît qu'au cours du XIXe siècle, en 1842 pour être précis, comme l'ont montré les spécialistes de la question, notamment Jean-Pierre Laurant. En fait, avant cette époque, on ne peut guère parler d'occultisme ou d'ésotérisme : les pratiques « occultistes » étaient davantage des restes de pratiques antiques, populaires, voire savantes, dont le sens a été perdu, que de réelles pratiques occultes, au sens où nous l'entendons aujourd'hui. Bref, il s'agit plus de pratiques irrationnelles qui se maintinrent en dépit de l'avènement de la rationalité que de pratiques « occultes »... Cette idée est d'ailleurs présente dans le titre de son introduction « À l'ombre des Lumières ». L'auteur semble oublier que la notion de « progrès », née des Lumières et apparue à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles, n'est pas une ascension linéaire, heureuse, facile sur tous les plans. L'arrachement à la vie traditionnelle, aux routines équilibrées de l'analphabétisme, de la haute fécondité et de la forte mortalité, produisit dans un premier temps, paradoxalement, presque autant de désorientation et de souffrance que d'espoir et d'enrichissement. Elle produisit de forts rejets, la critique de la modernité en étant une. Elle ne prend en compte non plus le fait que ces pratiques doivent aussi être vues comme une réponse au désenchantement du monde alors naissant.

2De fait, les premiers chapitres, « La pierre philosophale et la peste », « Le laboratoire détruit », « Une bande de fous incurables » sont davantage une analyse de quelques pratiques qu'une réelle analyse de l'occultisme. Une fonction qui, par contre, est brillamment remplie par les chapitres traitant de l'époque contemporaine : « Des signes sur le mur », « Espoir dans le champ de la mort », « Monde primitif et univers », « Au pays des fées » et, enfin, « Moteurs de recherche dans l'au-delà ». À ce titre, les trois derniers chapitres sont passionnants pour celui qui s'intéresse aux transformations de l'occultisme contemporain. En effet, le chapitre « Monde primitif et univers » se penche sur les évolutions de l'occultisme germanique (allemand, autrichien et suisse alémanique) de l'apparition de la Société théosophique d'Helena Petrovna Blavatsky à la formulation des thèses du Suisse Erich von Dänicken sur les « anciens astronomes ». Avec ce chapitre, l'auteur dévoile au lecteur non germaniste une terra incognita : l'occultisme racial germanique. Le suivant, est aussi très intéressant, car il met à jour la généalogie des « crop circles », ces figures géométriques, d'abord circulaires, puis de plus en plus complexes, qu'on trouve dans certains champs de céréales anglo-saxons. L'auteur montre très bien le canular originel et sa mutation en un discours mystique irrationnel. Enfin, le dernier chapitre fournit au lecteur un panorama de l'irrationnel occultisant présent sur Internet. Son analyse des auteurs occultisants participant à l'encyclopédie libre Wikipedia est passionnante.

3Un petit bémol à signaler cependant dans l'ouvrage : le parti-pris scientiste. L'auteur aurait en effet gagné à rester neutre. Mais il est vrai que certains scientifiques ont du mal à analyser sans a priori ces objets d'études, comme l'a mis en évidence Wiktor Stoczkowski dans un article intitulé « Rires d'ethnologues ». Il y écrit fort justement que « L'ignorance, la stupidité, la folie, l'archaïsme, l'infirmité logique, sont les instances para-explicatives couramment évoquées dans la très riche littérature produite par les debunkers (démystificateurs), lesquels, acceptant avec une aimable tolérance l'altérité conceptuelle en dehors de l'Occident, tiennent à lui livrer dans leur propre culture une bataille acharnée, au nom de la défense de la raison » (Wiktor Stoczkowski, « Rires d'ethnologues », L'Homme, no 160, 2001/4, p. 107). Quoi qu'il en soit, Sabine Doering-Manteuffel nous offre avec ce livre une étude vivante et subtile de toute une série de pratiques sociales marginales dignes d'intérêt pour tous ceux qui s'intéressent aux marges religieuses de nos sociétés occidentales. Enfin, ses approches historique et ethnologique seront très utiles d'un point de vue méthodologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane François, « Sabine Doering-Manteuffel, L’Occulte. Histoire d’un succès à l’ombre des Lumières. De Gutenberg au World Wide Web  », Archives de sciences sociales des religions, 160 | 2012, 162.

Référence électronique

Stéphane François, « Sabine Doering-Manteuffel, L’Occulte. Histoire d’un succès à l’ombre des Lumières. De Gutenberg au World Wide Web  », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 160 | octobre-décembre 2012, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 24 avril 2014. URL : http://assr.revues.org/23938

Haut de page

Auteur

Stéphane François

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org