Navigation – Plan du site

Sans l’État pas de transmission de la religion ? Le cas de l’Angleterre

James A. Beckford
p. 57-68

Résumés

Cet article analyse les conditions particulières dans lesquelles la transmission de la religion se trouve conditionnée par le lien étroit qui existe entre l’État britannique et l’Église établie en Angleterre. L’idée principale développée ici est qu’un ethos de pluralisme et de tolérance ne suffit plus à garantir le droit à la liberté dans un pays qui devient de plus en plus diversifié en matière de religion. La « structure de possibilité d’action » privilégie toujours l’Église établie ainsi que les autres Églises principales dans les domaines de la sphère publique où les instances de l’État règlent la définition et la pratique du religieux « admissible  ». L’article se réfère aux sphères de l’éducation nationale, des aumôneries de prison et de l’audiovisuel public, quelques exemples de la volonté de l’État de régler la transmission de la religion par le biais de la défense des consommateurs. L’article s’achève par l’idée que le droit à la liberté religieuse est compromis par une nouvelle forme d’érastianisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

James A. Beckford, « Sans l’État pas de transmission de la religion ? Le cas de l’Angleterre », Archives de sciences sociales des religions, 121 | 2003, 57-68.

Référence électronique

James A. Beckford, « Sans l’État pas de transmission de la religion ? Le cas de l’Angleterre », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 121 | janvier - mars 2003, mis en ligne le 17 novembre 2005, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/2387 ; DOI : 10.4000/assr.2387

Haut de page

Auteur

James A. Beckford

Université de Warwick – Coventry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org