Navigation – Plan du site

Autorité publique, pluralisation et sectorisation religieuse en modernité tardive

Pauline Côté
p. 19-39

Résumés

La pluralisation religieuse est généralement considérée comme un trait dominant de la modernité. La teneur actuelle des rapports entre États et groupements religieux, particulièrement la réaction publique au phénomène sectaire en Europe, fait toutefois ressortir son articulation avec une logique politique concomitante, celle de la sectorisation religieuse. Alors que la logique de pluralisation conduit à créer un espace public en religion, la logique de sectorisation induit le protectionnisme religieux et l’authentification religieuse. Suivant les mesures de pluralisation/sectorisation des religions effectivement prises par la gouverne, on proposera de distinguer divers types de politiques publiques pluralistes : libérale, élitiste, démocratique et technocratique. Règle générale, plus la sectorisation est poussée, plus l’autorité publique s’approprie de manière exclusive le phénomène religieux. Quelques décisions politiques, administratives et judiciaires récentes seront discutées en guise d’illustration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Côté, « Autorité publique, pluralisation et sectorisation religieuse en modernité tardive », Archives de sciences sociales des religions, 121 | 2003, 19-39.

Référence électronique

Pauline Côté, « Autorité publique, pluralisation et sectorisation religieuse en modernité tardive », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 121 | janvier - mars 2003, mis en ligne le 17 novembre 2005, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/2384 ; DOI : 10.4000/assr.2384

Haut de page

Auteur

Pauline Côté

Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org