Navigation – Plan du site
Varia

Bien dire, le geste et la parole

Salutation cérémonielle et organisation sociale (Ceará, Brésil) 
Blessings: speech and gesture. Ceremonial greetings and social organisation in Ceará (Brazil)
Bien decir, el gesto y la palabra. Saludo ceremonial y organización social, (Ceará, Brasil)
Agnès Clerc-Renaud
p. 73-93

Résumés

Dans cette localité du Nordeste du Brésil, la reconnaissance sociale de la parenté consanguine passe par la bénédiction, acte quotidien d'allégeance d'une personne à ses ascendants directs et à ses consanguins aînés, mais aussi à son parrain et ses marraines, allégeance conduisant à Dieu. L'analyse ethnologique des multiples dimensions, gestuelles, verbales, et temporelles de la bénédiction montre qu'elle ne peut pas être considérée comme un simple salut, mais comme un cérémonial quotidien dont les implications engagent toute la société. Par conséquent, cette pratique est intrinsèquement liée à l'organisation sociale : sa forme est partie prenante de la construction des espaces et des temps sociaux tout comme elle est construite par eux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2016.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Une bénédiction réciproque
Un procès de socialisation
Dimensions rituelles et mythiques
De multiples relais ?
« Bien dire »
Rite et usage

Aperçu du texte

Le propos de cet article est d'interroger un mode particulier de salutation cérémonielle en vigueur au Brésil : la bénédiction entre parents, observée au cours de deux années d'enquête ethnologique  à Jericoacoara, localité littorale du nord de l'État du Ceará.

Au-delà des spécificités de chaque contexte, le rôle social des salutations dans la vie courante a été largement exploré par les ethnologues et ethnolinguistes : ouvrir une séquence d'actes de communication entre deux personnes, définir et affirmer l'identité et le rang, manipuler les relations en vue d'atteindre des fins spécifiques (Goody, 1972 : 40) ; « réduire l'incertitude sociale » d'une rencontre (Firth, 1972 : 30-31) et reconnaître cette dernière comme socialement acceptable (ibid. : 1) ; « reconnaître publiquement le statut » des parties en présence, nouveaux arrivants et déjà présents (Duranti, 1992 : 668) ; instaurer la « médiation dans des situations où il semble que pourrait s'élever un conflit » (Riviere, 1971 : ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Clerc-Renaud, « Bien dire, le geste et la parole », Archives de sciences sociales des religions, 158 | 2012, 73-93.

Référence électronique

Agnès Clerc-Renaud, « Bien dire, le geste et la parole », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 158 | Avril-juin, mis en ligne le 24 juillet 2012, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://assr.revues.org/23803 ; DOI : 10.4000/assr.23803

Haut de page

Auteur

Agnès Clerc-Renaud

Université de Strasbourg, UMR 7236 – Cultures et sociétés en Europe, agnes.clerc-renaud@misha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org