Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
156-99

Franz Ržiha, Études sur les marques de tailleurs de pierre, la géométrie secrète, l'histoire, les rites et les symboles des compagnons tailleurs de pierre du Saint-Empire romain germanique et de la Grande Loge de Strasbourg

Préface, biographie et notes de Roland Bechmann, Jean-Michel Mathonière et Marco Rosamondi, trad. de l'allemand par Laetitia Harnagea.Paris-Dieulefit, Éditions de La Maisnie - La Nef de Salomon, 2010, 200 p.
Jean-Pierre Laurant
p. 269
Référence(s) :

Franz Ržiha, Études sur les marques de tailleurs de pierre, la géométrie secrète, l'histoire, les rites et les symboles des compagnons tailleurs de pierre du Saint-Empire romain germanique et de la Grande Loge de Strasbourg, Préface, biographie et notes de Roland Bechmann, Jean-Michel Mathonière et Marco Rosamondi, trad. de l'allemand par Laetitia Harnagea, Paris-Dieulefit, Éditions de La Maisnie - La Nef de Salomon, 2010, 200 p.

Texte intégral

1Cette seconde réédition française, la première traduction datant de 1993, d'un travail déjà ancien : Studien über Steinmetz-Zeichen (1889, réédition allemande en 1983), témoigne de la vitalité d'un type d'interprétation, mis en place au xixe siècle. Il fondait ses certitudes sur l'existence d'une science secrète propre aux opératifs et transmise depuis l'Antiquité au monde arabo-byzantin puis au Moyen Âge occidental. Cette science que l'on avait pu opposer à la « science sacerdotale » avait servi d'argument dans les débats du xixe siècle : « l'art royal » dont la franc-maçonnerie avait hérité face à la tradition de l'Église. L'enquête menée par l'auteur, ingénieur de son état, sur des milliers de marques issues de la BauHütte, l'organisation compagnonnique germanique (sous l'autorité de Strasbourg semble-t-il) dont il donne préalablement un aperçu de l'organisation à travers textes et rituels, lui a permis de constater la permanence de règles fixes à caractère géométrique, la section dorée fournissant la clef principale de ses explications. J.-M. Mathonière rappelle à ce propos que l'auteur a été largement utilisé par Matila Ghyka dans son livre Le nombre d'or, rites et rythmes pythagoriciens dans le développement de la culture occidentale (1931, préface de Paul Valéry). Soixante pages sont consacrées à la reproduction des marques et l'appareil critique est particulièrement riche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Laurant, « Franz Ržiha, Études sur les marques de tailleurs de pierre, la géométrie secrète, l'histoire, les rites et les symboles des compagnons tailleurs de pierre du Saint-Empire romain germanique et de la Grande Loge de Strasbourg », Archives de sciences sociales des religions, 156 | 2011, 269.

Référence électronique

Jean-Pierre Laurant, « Franz Ržiha, Études sur les marques de tailleurs de pierre, la géométrie secrète, l'histoire, les rites et les symboles des compagnons tailleurs de pierre du Saint-Empire romain germanique et de la Grande Loge de Strasbourg », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 156 | octobre-décembre 2011, document 156-99, mis en ligne le 17 février 2012, consulté le 27 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/23561

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Laurant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org