Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
156-62

Claude Langlois, Catholicisme, religieuses et société. Le temps des bonnes sœurs

Paris, Éditions Desclee de Brouwer, 2011, 217 p.
Frédéric Gugelot
p. 189
Référence(s) :

Claude Langlois, Catholicisme, religieuses et société. Le temps des bonnes sœurs, Paris, Éditions Desclee de Brouwer, 2011, 217 p.

Texte intégral

1L'ouvrage sélectionne avec bonheur une dizaine des articles consacrés par Claude Langlois au monde congréganiste depuis sa thèse, Le catholicisme au féminin. Regroupés en trois thèmes, Activités – Histoires – Figures, l'ouvrage déploie les différentes facettes des religieuses au sein du catholicisme du xixe siècle. Si le livre rend facile d'accès des textes autrement dispersés, ils dévoilent surtout la logique d'une recherche, tant leur rapprochement permet de déceler les lignes de force du travail de l'auteur.

2La première partie évoque l'explosion de l'offre congréganiste (400 nouvelles familles naissent aux cours du siècle) qui largement répond aux nouvelles demandes sociales que l'État ou la société est incapable d'assurer, de l'enseignement aux prisons de femmes en passant par la garde des malades à domicile et le soin aux vieillards. La professionnalisation fut néanmoins lente, avec hésitations et à-coups tant la logique professionnelle pouvait heurter celle de l'engagement spirituel. La quête d'une spécialisation devient pourtant vitale tant l'acceptation publique des congrégations dépend largement de leur utilité sociale. Le choix ou non de l'internationalisation (C. Langlois parle de « multinationales » pour certaines d'entre elles) se révèle décisif pour le développement, et parfois même la survie, de la congrégation. Cette première partie dévoile un monde d'une grande diversité.

3La deuxième partie évoque les aléas du siècle. Ces congrégations surmontent rien moins que la Révolution française et ses suites, l'extension du capitalisme industriel et la lutte anti-congréganiste. Les exemples traités vont de la reprise d'un lieu monastique prestigieux, Royaumont, à l'enquête menée par le nouveau régime républicain en 1878, pour connaître les forces exactes de l'ennemi, ou le difficile choix de l'exil ou de la sécularisation au tournant du siècle, lors des épisodes de la politique anti-congréganiste menée par la République. Les religieuses se montrent inventives et réactives pour sauver leur mode de vie, préserver leurs engagements et poursuivre leurs missions.

4La troisième partie s'attache à trois figures de fondatrices postrévolutionnaires : Jeanne Antide Thouret (Sœurs de la charité de Besançon), Anne-Marie Javouhey (Saint-Joseph de Cluny) et Jeanne Jugan (Petites sœurs des pauvres). S'y décèlent les différentes facettes d'un charisme largement mis à l'épreuve par l'époque. Aucun de ces parcours n'est de tout repos, s'engager dans une fondation produit toujours soucis, affrontements d'autorité et de reconnaissance contre des hommes et des évêques qui n'entendent pas abandonner une parcelle de pouvoir.

5Ces articles prouvent combien au croisement d'une histoire religieuse renouvelée et de l'histoire du genre, Claude Langlois a su redonner voix à ces grandes enfouies que sont les religieuses du xixe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Claude Langlois, Catholicisme, religieuses et société. Le temps des bonnes sœurs », Archives de sciences sociales des religions, 156 | 2011, 189.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Claude Langlois, Catholicisme, religieuses et société. Le temps des bonnes sœurs », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 156 | octobre-décembre 2011, document 156-62, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://assr.revues.org/23518

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org