Navigation – Plan du site

Atamalcualiztli ou à la recherche du tamoanchan perdu essai d’interprétation d’une fête religieuse des anciens mexicains

Patrick Saurin

Résumés

Tous les huit ans, les Aztèques célébraient une fête étonnante appelée Atamalcualiztli. L’analyse développée ici, à partir de témoignages en langue nahuatl et de manuscrits pictographiques recueillis au XVI e siècle, révèle que le jeûne observé à cette occasion obéissait à la nécessité de laisser reposer la nourriture mais venait également rappeler une faute irrémédiable commise par les dieux au Tamoanchan, une sorte de paradis originel. Enfin, le rapprochement d’un hymne sacré chanté lors de cette fête avec le Popol Vuh établit d’indiscutables convergences entre la pensée des Aztèques et celle des Maya. Dans les deux conceptions, le cycle du maïs est évoqué par un mythe construit sur un schème narratif identique relatant en particulier une faute sexuelle commise près d’un arbre et une partie de jeu de balle dans l’inframonde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Saurin, « Atamalcualiztli ou à la recherche du tamoanchan perdu essai d’interprétation d’une fête religieuse des anciens mexicains », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 119 | juillet - septembre 2002, mis en ligne le 05 septembre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://assr.revues.org/23222 ; DOI : 10.4000/assr.23222

Haut de page

Auteur

Patrick Saurin

Docteur en histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org