Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
156-104

Dominik Sieber, Jesuitische Missionierung, priesterliche Liebe, sakramentale Magie. Volkskulturen in Luzerne 1563 bis 1614

Bâle, Schwabe Verlag, Coll. « Luzerner Historische Veröffentlichungen », 2005, 297 p.
Jean-Louis Schlegel
p. 276
Référence(s) :

Dominik Sieber, Jesuitische Missionierung, priesterliche Liebe, sakramentale Magie. Volkskulturen in Luzerne 1563 bis 1614, Bâle, Schwabe Verlag, Coll. « Luzerner Historische Veröffentlichungen », 2005, 297 p.

Texte intégral

1Cette monographie – une thèse de doctorat soutenue à Zurich en 2002 – porte sur une époque brève, à peine cinquante ans, et une région très circonscrite, celle de Lucerne. Mais elle est éclairante sur la mise en œuvre de la Contre-Réforme en Suisse entière (et peut-être au-delà), à une période encore peu éloignée du concile de Trente, et sur le rôle des Jésuites dans la reconquête du terrain perdu. Traduisons le titre en le paraphrasant partiellement : « Présence missionnaire jésuite, amours sacerdotales, sacramentaux magiques. Cultures populaires à Lucerne de 1563 à 1614 ». Conçue dans une perspective d'« histoire des mentalités », comme le souligne le sous-titre sur les « cultures populaires », cette étude confirme de manière détaillée une méthode de « recatholicisation » à la fois intransigeante, notamment par l'absence de compromis avec le clergé défaillant (pour raison de concubinage, d'alcoolisme...), et douce, par accommodation partielle des jésuites avec les cultures locales. Sur le premier point, les jésuites tranchaient avec l'attitude des autorités, qui toléraient les « amours des prêtres » pourvu que la distribution des sacrements et les pratiques de piété catholiques soient assurées. Ils exigent ou encouragent les deux : le célibat fidèlement respecté par les prêtres et une vie sacramentelle intense, où la confession – pratiquée par eux (et aussi par les capucins) comme une direction et une persuasion spirituelles – et les « sacramentaux » au sens large (bénédictions, prières, exorcismes, dévotion des reliques...) tiennent une grande place. Une spiritualité sensible, de guérison corporelle et spirituelle, avec des aspects « magiques », est appuyée systématiquement dans une ligne d'obéissance et de confiance envers l'Église et les autorités civiles catholiques qui, avec l'évêque du lieu, ont appelé les jésuites à la rescousse. En discontinuité, cependant, avec des aspirations populaires concurrentes, car par ailleurs les pratiques de guérison non admises (guérisseurs, magiciens, sorcières) sont sévèrement pourchassées – y compris par le bras séculier des autorités civiles. On serait tenté de dire qu'on essaie de substituer des moyens magiques catholiques (ou « baptisés ») à d'autres venus du fond des âges et cultivés hors du terreau chrétien. Dans la ligne tridentine est également mise en œuvre une formation des prêtres, avant l'ouverture d'un collège (le succès des collèges jésuites est déjà avéré, vers la fin du xvie siècle, en Europe du Sud) et la construction d'une « église des Jésuites ». L'entreprise ne va pas sans difficultés au début, car les jésuites sont dénoncés par leurs détracteurs, dans des plaintes ouvertes ou anonymes, pour des méthodes peu scrupuleuses, le goût de l'argent, l'outrepassement de leurs compétences, et aussi parce qu'ils sont étrangers à la nation suisse et qu'ils seraient peu amicaux à son égard. Les jésuites en mission à Lucerne viennent, de fait, d'Allemagne ou de régions éloignées de Lucerne ; ils sont appelés avec insistance (jusqu'à Rome, auprès du Général des Jésuites voire du pape lui-même) par les autorités politiques et religieuses suisses, ce qui explique une certaine animosité d'une partie du clergé local, mais n'empêche pas qu'ils soient vite estimés de la population pour leur compétence, leur proximité et leur probité. Peut-être faudrait-il parler de la construction volontaire, par des moyens appropriés, d'un « catholicisme populaire » qui aura ensuite, sous des formes diverses, une large postérité par la suite dans le sud de l'Allemagne, en Autriche et même bien au-delà. Un catholicisme qui est aussi, ne l'oublions pas, une forme d'emprise sur les fidèles (et donc une « forme politique », un confessionnalisme), emprise qui semble depuis la seconde moitié du xxe siècle en grande difficulté pour se maintenir, mais dont la disparition ne signifie pas nécessairement la fin d'une « culture catholique » profonde. L'ouvrage comporte des cartes ainsi que des illustrations très pertinentes (images et objets du patrimoine local, reproduits en couleur). Nombreux documents en annexe, suivis d'une abondante bibliographie et d'un volumineux index des noms propres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Schlegel, « Dominik Sieber, Jesuitische Missionierung, priesterliche Liebe, sakramentale Magie. Volkskulturen in Luzerne 1563 bis 1614 », Archives de sciences sociales des religions, 156 | 2011, 276.

Référence électronique

Jean-Louis Schlegel, « Dominik Sieber, Jesuitische Missionierung, priesterliche Liebe, sakramentale Magie. Volkskulturen in Luzerne 1563 bis 1614 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 156 | octobre-décembre 2011, document 156-104, mis en ligne le 17 février 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://assr.revues.org/22949

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Schlegel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org